Marie-Thérèse de Löwenstein-Wertheim-Rosenberg

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Marie-Thérèse de Löwenstein-Wertheim-Rosenberg

Marie-Thérèse de Löwenstein-Wertheim-Rosenberg, duchesse de Bragance (de son nom complet en allemand, Maria Theresia Sophie Pia Anna Melchiora zu Löwenstein-Wertheim-Rosenberg), née le à Rome et morte le à Vienne, est une princesse autrichienne, devenue duchesse de Bragance par son mariage avec le prince Michel, prétendant au trône du Portugal.

Biographie[modifier | modifier le code]

Famille[modifier | modifier le code]

Elle est le cinquième des huit enfants du prince Charles-Henri de Löwenstein-Wertheim-Rosenberg (1834-1921) et de sa seconde épouse Sophie de Liechtenstein (1837-1899). Elle a pour grands-parents paternels le prince Constantin de Löwenstein-Wertheim-Rosenberg et la princesse Agnès de Hohenlohe-Langenbourg, tandis que ces aïeuls maternels sont le prince Aloïs II de Liechtenstein et la duchesse Françoise Kinsky de Wchinitz et Tettau.

Mariage et descendance[modifier | modifier le code]

Le , elle épouse son cousin germain Michel, duc de Bragance, fils du roi Michel Ier de Portugal et de la princesse Adélaïde de Löwenstein-Wertheim-Rosenberg. Elle reçoit, par mariage, le titre de duchesse de Bragance et celui d'infante du Portugal avec le prédicat d'altesse sérénissime.

De cette union naissent :

  • Isabelle-Marie de Bragance (1894-1970), qui épouse en 1920 le prince François-Joseph de Tour et Taxis (1893-1971), d'où postérité.
  • Marie-Bénédicte de Bragance (1896-1971)
  • Mafalda de Bragance (1898-1918)
  • Marie-Anne de Bragance (1899-1971), qui épouse en 1921 le prince Charles-Auguste de Tour et Taxis (1898-1982), d'où postérité.
  • Marie-Antoinette de Bragance (1903-1973), qui épouse en 1934 Ashley Chanler (1905-1994), descendant du milliardaire John Jacob Astor, dont elle divorce en 1948, d'où postérité.
  • Philippa de Bragance (1905-1990)
  • Édouard de Bragance (1907-1976), duc de Bragance
  • Marie-Adélaïde de Bragance (1912-2012), qui épouse en 1945 Nicolas van Uden (1921-1991), d'où postérité.

Marie-Thérèse meurt le à Vienne, sept années après son conjoint. Elle repose dans l'église du couvent des carmélites dans l'arrondissement de Döbling, à Vienne[1].

Références[modifier | modifier le code]

  1. (de) Alois Jahn: Das Haus Habsburg (Band 2), Seite 275; [1]