Miguel de Bragance

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Michel de Bragance
Miguel de Bragança
Description de cette image, également commentée ci-après

Le prince Michel de Bragance.

Succession

Prétendant au trône de Portugal


(53 ans 8 mois et 17 jours)

Nom revendiqué « Michel II »
Prédécesseur Michel Ier (roi de Portugal)
Successeur Duarte Nuno de Bragança, « duc de Bragance »
Biographie
Titulature « Duc de Bragance »
Dynastie Maison de Bragance
Naissance
Kleinheubach (Bavière)
Décès (à 74 ans)
Seebenstein (Autriche)
Père Michel Ier de Portugal
Mère Adélaïde de Löwenstein-Wertheim-Rosenberg
Conjoints 1) Élisabeth de Tour et Taxis
2) Marie-Thérèse de Löwenstein-Wertheim-Rosenberg
Description de cette image, également commentée ci-après

Prétendants au trône de Portugal

Michel de Bragance (en portugais, Miguel Januário de Bragança), né le à Kleinheubach et mort le à Seebenstein, est un prince portugais de la maison de Bragance. Il est prétendant au trône du Portugal de 1866 à 1920 et porte le titre de courtoisie de « duc de Bragance ».

Biographie[modifier | modifier le code]

Famille[modifier | modifier le code]

Fils de l'ancien roi Michel Ier et d'Adélaïde de Löwenstein-Wertheim-Rosenberg, le prince voit le jour dans la localité bavaroise de Kleinheubach, près de Miltenberg. Son père, déchu en 1834, est en effet banni du Portugal, ainsi que sa descendance.

Jeunesse[modifier | modifier le code]

Il poursuit donc ses études en Allemagne, puis en Autriche, à l'université d'Innsbruck. En 1866, à la mort de son père, il est reconnu par les miguelistes comme prétendant à la couronne portugaise et roi de jure « Michel II ».

Carrière militaire[modifier | modifier le code]

Michel de Bragance sert dans l'armée autrichienne et atteint le rang de colonel au 7e régiment de hussards. Durant la Première Guerre mondiale, il sert comme lieutenant-général mais démissionne en 1916, lors de l'entrée du Portugal dans le conflit aux côtés des Alliés.

Dernières années[modifier | modifier le code]

Il travaille au sein de l'ordre de Malte jusqu'à la fin de la guerre. Le , à la suite d'une querelle avec son fils aîné, qui a épousé une riche héritière américaine, Michel de Bragance renonce à ses droits dynastiques en faveur de son fils Édouard (Duarte), alors âgé de treize ans.

Il meurt en 1927 et est inhumé à l'abbaye de Bronnbach, près de Wertheim.

Mariage et descendance[modifier | modifier le code]

En 1877, il épouse Élisabeth de Tour et Taxis (1860-1881), une nièce de l'empereur d'Autriche. Union dont naissent trois enfants :

  • Michel (1878-1923), duc de Viseu, qui épouse en 1909 Anita Stewart (1886-1977), d'où postérité.
  • François-Joseph (1879-1919), filleul de l'empereur François-Joseph Ier.
  • Marie-Thérèse (1881-1945), qui épouse en 1900 le prince Charles-Louis de Tour et Taxis (1863-1942), d'où postérité.

Veuf, il épouse en secondes noces en 1893 Marie-Thérèse de Löwenstein-Wertheim-Rosenberg (1870-1935), union dont naissent huit enfants :

  • Isabelle-Marie (1894-1970), qui épouse en 1920 le prince François-Joseph de Tour et Taxis (1893-1971), d'où postérité.
  • Marie-Bénédicte (1896-1971)
  • Mafalda (1898-1918)
  • Marie-Anne (1899-1971), qui épouse en 1921 le prince Charles-Auguste de Tour et Taxis (1898-1982), d'où postérité.
  • Marie-Antoinette (1903-1973), qui épouse en 1934 Ashley Chanler (1905-1994), descendant du milliardaire John Jacob Astor, dont elle divorce en 1948, d'où postérité.
  • Philippa (1905-1990)
  • Édouard (1907-1976), duc de Bragance
  • Marie-Adélaïde (1912-2012), qui épouse en 1945 Nicolas van Uden (1921-1991), d'où postérité.

Source[modifier | modifier le code]

  • Jean-Charles Volkmann, Généalogie des rois et des princes aux éditions Jean-Paul Gisserot (1998)

Notes[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :