Accessoire de contrainte

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Fig. 12. – Corset en fer (musée Carnavalet.)

Dans le contexte du bondage, un accessoire de contrainte est un accessoire qui permet de réduire la mobilité du corps d'une personne ou de lui interdire de se déplacer.

Les accessoires de contrainte sont nombreux et variés. Outre les cordes utilisées notamment par le kinbaku, le bondage japonais, d'autres accessoires sont également très présents. Sans chercher à être exhaustif, on peut citer les classiques corsets (qui peuvent être en fer dans ce contexte), les combinaisons de latex, les monogants, les camisoles (y compris les véritables camisoles psychiatriques de toile écrue), ou encore les minerves.

Parmi les accessoires qui entravent le déplacement on retrouve les sacs d'enfermement, les vacuum beds, les suspensions et les cages.

Création des accessoires[modifier | modifier le code]

Monogant.

Les grands créateurs de vêtements prison furent John Willie, Eric Stanton et John Sutcliffe. Le fantasme est vecteur de l'art du bondage de la discipline festive et du SM. Et lorsque les dessinateurs, les photographes couchent leurs fantaisies sur papier. Ils génèrent, à leur tour, d'autres fantasmes, une autre inspiration. Les dessins de John Willie et d'Eric Stanton regorgent de femmes liées dans le dos, et l'on y voit même, déjà, des monogants.

Yürgen Boedt à publié dans Secret Magazine un article sur ce que l'on nomme forniphilie ou encore meuble humain. L'article est écrit par Jeff Gord[1] et les photos représentent des femmes attachées par des cordes ou des liens de cuir. Elles représentent une lampe, ou le dossier d'un fauteuil, la selle d'un tricycle, un parechoc de voiture, divers meubles ainsi que des sculptures artistiques[2].

En 1994, paraissait le premier numéro de la revue Maniac. Déjà Gilles Berquet y relatait ce que l'on nomme aujourd'hui forniphilie. Il nommait cela, « Les commodités de la femme ». Il commente divers dessins et photos. Un semainier, la femme y est enfermée. Le plateau supérieur est, pour la circonstance, transformé en carcan ainsi que les côtés supérieurs du meuble. La tête émerge du plateau supérieur. La tête supporte un lustre et une ampoule, et devient une lampe. Les bras sortent sur les côtés du semainier. L'un d'eux avec dans la main un plateau contenant une montre et des boutons de manchette. Et l'autre bras supporte des cravates au niveau du poignet. Le premier tiroir est ouvert laissant apparaître les seins de la femme, comme s'ils étaient de simples accessoires rangés dans le tiroir. Plus loin une femme parapluie, une autre femme lampe, une femme attachée dans un pot de fleur bondée par une plante grimpante. Enfin des photos de Gilles Berquet, inspirées par son maître John Willie. Photo ou le corps de la femme est enfermé dans une malle, laissant apparaître le visage et le bas des jambes[3].

L'héroïne de John Willie, Gwendoline est considérée comme l'icône du bondage. John Willie a publié la revue « Bizzare » On doit une réédition complète de cette revue au collectionneur et photographe Eric Kroll[4]. Dans Bizarre on retrouve toutes sortes de textes d'images offerts par des lecteurs. C'est un voyage dans l'imaginaire de l'artiste on y retrouve de nombreux dessins de John Willie. Quelques exemples :

  • Une femme empaquetée comme un bonbon. Une ganse ferme le paquet autour du cou, un ruban enserre le sachet au niveau des chevilles « Fancy Dress Cracker[4],[5] ». John Willie passe en revue les vêtements prison dans la société. Et déjà il affiche l’image du Niqab. Puis, un vêtement de cirque, un clown est entièrement enfermé dans son habit de scène, seul le visage apparaît[4],[6].
  • Une autre robe qu’il nomme « The Slug » : bras enfermés très contraints cagoule laissant apparaître la bouche et le nez[4],[7].
  • Tenue militaire contraignante, bras enfermés dans le dos et dans un coffre. Une autre veste celle d’un smoking les bras semblent être contraints dans le dos[4],[8].
  • Une camisole de cuir, certainement artisanale, vu l’époque[4],[9].

Il affiche des combinaisons de cuir entièrement lacées le long des jambes intérieurement et extérieurement, ainsi que le long de bras. Comme au Japon, tout est question de laçage. En revanche, qu'il s'agisse de John Willie ou d'Eric Stanton, le ligotage n'est pas inspiré de l'art traditionnel japonais. Il n'est pas non plus l'objet principal de la contrainte.

Eric Stanton, outre les superbes reprises des supplices - l'inquisition revue et corrigée sur un mode festif et artistique - Eric Stanton a mis en place des trompe-l'œil avec les vêtements de contrainte[10]. Grâce à Eric Kroll (en) les œuvres d’Eric Stanton furent rééditées. Ces rééditions retracent une vaste partie du travail de l’artiste. Concernant les tenues truquées servant à immobiliser les hommes ou les femmes. On peut noter par exemple les productions Irving Klaw avec les revues Bondage enthusiasts bound in leather, ou encore Pleasure bound. On trouve l’ouvrage édité par Eric Kroll, Eric Stanton (par Eric Kroll aux éditions Taschen), de multiples dessins tels que des robes corsetées qui ne laissent aucune liberté de mouvement aux jambes. Les femmes ont leur bras emprisonnés à l’arrière par un fourreau que l’on appellera plus tard monogant. Toutes les cuissardes sont lacées. « Le masochiste aime les laçages, les nœuds les fixations »[11]. Étonnant dessin d’Eric Stanton[12] Une des femmes porte une combinaison de cuir lacée au niveau des jambes intérieur extérieur. Les bras sont enveloppés à l’intérieur de la combinaison qui fait office de camisole. Les talons des cuissardes sont anormalement hauts. Ce qui rend tout mouvement impossible. Le visage « cagoulé » est devant derrière. La face est du côté des fesses. Et la nuque est du côté des seins. À la taille la femme présumée porte une ceinture d’acier reliée par une barre à une ceinture identique portée par une jeune femme en tenue plus légère et dont les bras sont attachés à la barre de liaison. Toujours dans Pleasure bound, une femme corsetée de la poitrine aux genoux. Elle est retenue par un cercle serré à la taille, relié à une colonne, la même image vue de dos reliée à la même colonne les bras enfermés derrière le dos, dans un monogant.

Typologie des accessoires[modifier | modifier le code]

Cordes, ligotage[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Bondage japonais.
Démonstration de bondage par Van Darkholme au Folsom Street Fair, 2003.
Un modèle se prépare pour une scène de bondage suspendu.

L'usage de la corde est commun dans le bondage. On nomme l'usage de la corde, le ligotage. Pendant la guerre avec le Japon les soldats américains ont assisté à des scènes de bondage japonais. Ce qui a suscité chez eux, un violent désir de reproduire du ligotage. Lorsqu'ils sont revenus en Occident, ils ont pratiqué un ligotage sauvage, sans les techniques du bondage japonais[13]. C'est seulement depuis quelques années et notamment avec les échanges entre les Japonais et les Occidentaux et aussi grâce aux publications de Yürgen Boedt de Secret Magazine et aujourd'hui avec Internet, que les techniques sérieuses du Shibari ont émergé en Occident. Tout au début de la médiatisation du bondage, on ne connaissait que la corde dans les pratiques festives. La corde provoque l'inconfort et la douleur des chairs. Cette douleur va crescendo en fonction du temps où le sujet est contraint. Pour affiner leurs techniques, les maîtres du bondage cherchent à utiliser des cordes de plus en plus fines. Certains sujets passifs (modèles) sont addicts de cet inconfort, à ces douleurs. Ils les transcendent en plaisir. Ils cherchent un état extatique qu'il leur arrive, parfois, de rencontrer. D'autres, n'arrivent pas à dépasser la douleur que provoque la corde sur les chairs. Ils recherchent une contrainte plus confortable et s'intéressent à une entrave différente de la corde.

Corsets[modifier | modifier le code]

Planche II. Intérieur de la boutique d'un tailleur de corset, Le Corset à travers les âges, Ernest Leoty, 1867.

Les corsets ne furent pas toujours l'accessoire élégant que l'on connait aujourd'hui. Et même aujourd'hui, le corset peut être utilisé comme accessoire de contrainte lorsqu'il est anormalement serré et enveloppant. Les corsets, très ouverts au temps d'Isabeau de Bavière, furent très ajustés à la fin du XVe siècle. Au point que le poète Olivier de la Marche intitula une pièce du Parement des dames d'honneur, « Le corset ou la cotte de chasteté » : « ... lye le corps. Et cotte et pièce entre-tient fermement[14] ».

À cette époque les corsets se lacent par derrière et la femme qui porte le corset ne peut pas l'ôter seule. « Pour faire un corps bien espagnolé, quelle géhenne les femmes ne souffrent-elles pas, guindées et sanglées avec de grosses coches sur les côtes jusques à la chaire vive. Oui, quelquefois à en mourir[15]. » On retrouve cette citation de Montaigne dans un livre collector publié à seulement 880 exemplaires en 1933[16]. « On n'a pas de peine à le croire, non plus qu'au danger que ces cosses de bois - et le busc sur la poitrine faisait courir au fruit de la grossesse », poursuit F. Libron. « J'ai ouy parler, de quelques demoiselles, voirre en ay congnue, qui n'ont point faict difficulté de porter bustes aux despens du fruict qui estoit en leur ventre et pour ne perdre l'honneur d'avoir un corps gent »[17].

Les corsets ont été longtemps fabriqués en fer, ce qui rendait le port du corset contraignant et douloureux. Certains sont exposés au musée de Cluny et au musée Carnavalet[18].

Sacs d'enfermement et variantes[modifier | modifier le code]

En cuir, il s'agit d'une sorte de sac de couchage sanglé. On s'en sert généralement sur une table. Cette table peut être munie d'anses dans lesquelles on peut à nouveau passer des sangles de cuir, serrant plus fermement encore le sujet contraint. Les Anglais nomment ces sacs body-bag ou sleeping-bag. Ces sacs supportent généralement des anneaux qui permettent d'y passer des cordes pour serrer le sujet à volonté.

L'inflatable[modifier | modifier le code]

Inflatable signifie « gonflable », terme jamais employé en français. C'est un sac de latex qui comporte deux enveloppes du même matériau. Le sac se gonfle entre les deux couches de latex et le sujet est prisonnier. Certains ont une forme de gros poisson, comme celui de Jonas, une grosse mama baleine. Selon Otto Rank, le désir de retour au ventre maternel constitue un élément typique du masochisme, et toujours selon Otto Rank le sujet cherche à retrouver au travers de son immobilisation la situation voluptueuse de l'immobilité intra-utérine[19]. Et donc le bondage et plus spécifiquement les sacs d'enfermement se rapportent bien à la recherche du ventre maternel donc parle Otto Rank. En dehors d'Otto Rank, Sándor Ferenczi évoque le désir de retour au ventre maternel[20] Dans l'inflatable, le sujet est, cependant, moins contraint que dans le sac de cuir. Contrairement au vacuum bed, l’inflatable doit être pratiqué sous surveillance, mais il n'est pas aussi dangereux que le vaccum bed.

Le vacuum bed[modifier | modifier le code]

Deux draps de latex collés entre eux à l'extrémité des quatre côtés. Ils sont ensuite tendus sur un cadre. Le sujet se place entre les deux couches de latex. Un tube sort de sa bouche et transperce le latex. On fait le vide d'air. Le vide d'air peut tout arrêter, circulation du sang, respiration des pores de la peau, étranglement au niveau des artères, car le sujet n'est pas ligoté, mais pétrifié. Il est déconseillé de s'en servir sans expérience et sans une attention très particulière.

Combinaison de latex[modifier | modifier le code]

  • Régis Jauffret, Sévère. Le roman de Régis Jauffret conte une histoire vraie qui a défrayé la chronique. Il prend lieu et place de l'héroïne principale en écrivant au féminin et à la première personne. Aucun nom n'est cité, seuls les évènements sont narrés.
« Quand je lui ai offert cette combinaison, je savais qu'il aimerait ce cachot souple où la victime est plus à l'étroit que le fœtus dans l'utérus où il est enfermé. Cette pratique nouvelle me l'attacherait mieux que des liens de chanvre, d'acier, mieux que toutes les chaînes des donjons. […] Quand je lui mettais la combinaison, il était comme un bébé du Moyen Âge. Vous savez, dans les tableaux où ils sont emmaillotés des pieds à la tête[21]. »
  • Maîtresse Françoise, « Ciré noir » (nouvelle). Ciré noir était addict du bondage, et en même temps fétichiste du caoutchouc, des odeurs. Apparemment, seuls les imperméables en toile de chine odorants l'excitaient. Être entièrement contraint dans le caoutchouc, le rubber, le latex on nomme cela aujourd'hui full latex, heavy rubber, total enclosure. Ciré noir cherchait à être étouffé dans le caoutchouc. À l'époque où il écrivait, il n'existait pas les accessoires de breath control, ni de sacs d'enfermement. Encore que pour rentrer dans le programme de Ciré noir, les sacs auraient dû être fabriqués en caoutchouc de Chine[22],[23].
« La première fois que Ciré Noir m’a écrit, je ne lui ai pas répondu. Il a insisté […] j’ai joué. Il écrivait son programme » : « Lorsque tu m’ouvres tu es dans ton ciré de caoutchouc noir (tu commences à me déshabiller en me disant : Je vais t’encaoutchouter', […] tu attrapes l’imperméable en toile de Chine caoutchouté gris […] tu me le mets, tu le boutonnes. Elle me met la ceinture dans le même temps tu me mets la capuche qui, tu t’en souviens comporte deux lanières de caoutchouc. Elle les attrape et Elle me les enroule autour du cou, mais Elle les serre fortement. En fait, Elle m’étrangle modérément. Elle fait plusieurs tours […] La cape de caoutchouc m’enveloppe comme une couche et celle-ci m’étrangle. […] Elle me passe, Elle, la ceinture à chaque poignet en serrant bien les boucles. […] Elle m’encagoule bien à fond par-dessus la capuche […] Aussitôt, je la sens me passer une sangle autour du cou, par-dessus le caoutchouc du sac. Immédiatement tu lui dis : - 'S'il tente quoi que ce soit, serre bien le caoutchouc, et étouffe-le. On va bien le ligoter dans le caoutchouc, il ne faut pas qu’il puisse se débattre ».

Suspensions[modifier | modifier le code]

Suspension en sleeping bag cuir.

Harnais, cage de cuir (liens croisés en cuir, la cage suspendue fait que les liens se resserrent avec le poids du sujet.

Tissus[modifier | modifier le code]

Soie[modifier | modifier le code]

Il existe quelques fétichistes de la soie et, souvent, des foulards de soie qui aiment se sentir impuissants, ligotés dans la soie. À travers cette immobilisation dans la soie, il cherche le cocon et donc le ventre maternel selon Otto Rank.

« Momie de soie : C’était son pseudonyme sur Minitel, il écrivait : "Maîtresse adorée, merci pour ce long message concernant ma future récompense. Oui, je suis bien avec vous, ligoté, bâillonné dans mes foulards…"[22],[24] »

Lycra[modifier | modifier le code]

« L’homme arriva avec une cinquantaine de collants, il enfila environ vingt collants qu’il remonta jusque sous les bras. Il en déchira vingt autres à l’entre-jambe. Il passa la tête dans la déchirure, et les bras dans les jambes des collants. "Voilà Maîtresse, maintenant je vais vous demander de me bâillonner." […] Les derniers collants lui servirent de cagoule. Puis il enfila un collant de danse : "Maîtresse, tirez sur les manches et ficelez les bouts, je vous en prie." Il réclama une cagoule en cuir. Ainsi vêtu, il fallut l’enrouler de bandes de toile adhésive de huit centimètres de large et sur tout le corps. Il resta allongé ainsi sur le ventre environ trois heures, puis rentra chez lui pour continuer à rêver. Il ne voulait surtout pas d’orgasme. »
« À la question, comment cela a-t-il débuté ? Il répondit : "Enfant, j'avais treize ans, je suis tombé dans une bouche d’égout. La plaque de fonte avait été déplacée, on y faisait des travaux. Il y avait plein de cordages… Je suis resté suspendu. J’ai bandé comme un fou et j’ai giclé."[22],[25] »

Camisoles, minerves[modifier | modifier le code]

Menottes psychiatriques fermant à clef et servant aussi au transport des prisonniers et dans ce cas devenues jouets de bondage.

La camisole est recherchée par des amateurs de bondage confortable et ferme[26]. Les fétichistes du cuir ou du latex la préféreront dans ces matières. D'autres se rapprochant plus des fantasmes médicaux chercheront la vraie camisole psychiatrique en toile écrue. La camisole qui s'achète sur les sites sous le nom de « Humane restraints ». Ces sites fournissent les hôpitaux psychiatriques et les prisons, pour les transports de prisonniers. Ils fabriquent des menottes doublées de cuirs solides, aussi solides que celles fabriquées en acier. Et qui ferment à clef. « Les photos pornographiques que j’ai évoquées précédemment étaient décrites à l’intention des acheteurs éventuels, dans un langage stylisé. Des mots ordinaires étaient utilisés selon une technique sténographique destinée à éveiller des goûts spécifiques. Le mot de "bondage", par exemple, était utilisé avec insistance à propos de photos de femmes prisonnières de camisoles de force ou de menottes. On n’acquiert pas le goût pour des photos de type "bondage" sans avoir appris de quoi il s’agit et comment y prendre du plaisir[26]. »

Mozart, c'était son pseudonyme sur minitel et dans le livre[22],[27] :

« J’ai huit ans, […] Je serre ce que j’appelle encore mon zizi entre mes cuisses. Pour serrer encore plus, je m’attache les genoux avec un chiffon trouvé au fond de mon cartable. L’institutrice le remarque. Elle me dit publiquement de m’arrêter de m’attacher. Ce premier plaisir, ce lien secret, cette humiliation publique sont les premiers souvenirs de ce que j’ai appris à appeler le bondage […]. Je joue avec des cordes et des ficelles. Tâtonnent, plaisir honte. Pour que ça marche, il faut que je m'attache serré et que je me débatte. Pourtant il faut aussi que je puisse me libérer. Je simule mon cocon (ventre maternel ?) Avec une combinaison de ski ou de voile, avec un K-way, avec des bottes de pêche soudées à une salopette de caoutchouc, avec un sac de couchage. Je découvre les courroies, les harnais de voile, d'alpinisme […]. J'achète des menottes dans une boutique. Déception. Elles me font mal. Ce ne sont pas des jouets pour moi. Je suis fasciné par les camisoles de force, Je m'en bricole une […]. »

Libre de ses jambes, il continue :

« Cette semi liberté est encore plus frustrante. […] Ce soir je vais chez X. J'y passerai le week-end. L. viendra de Londres. Je ne sais ce qu'elles me feront. Sanglé sur un lit d'hôpital, "camisolé", suspendu par les chevilles, ou enfermé dans un sac. Le yeux bandés pour ne pas voir leur mains s'activer à stimuler, tourmenter mon corps…[22],[27] »

Et plus de dix ans les sites « Human restraints » fournissent également les aficionados du bondage. Avec la minerve et le plâtre c'est tout l'univers psychiatrique et hospitalier de la souffrance qui est là, érotisé. Il existe des Hommes (hommes et femmes) qui recherchent l'immobilisation dans le plâtre, la leur ou celle de leur dominé. C'est univers du photographe Romain Slocombe[28] relaté dans le livre de Stéphan Lévy-Kuentz[29]

Cages, cages humaines[modifier | modifier le code]

En cage pour en jouir.

Bondage dans les duvets[modifier | modifier le code]

Très rare et un bien étrange personnage, le seul connu en France[30]. Duvetnyl de son pseudonyme n'a qu'un seul fournisseur au monde image en ligne[31]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Source[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Jeff Gord, interview en ligne
  2. Secret Magazine N°33
  3. Revue Maniac rédacteur en chef Gilles Berquet, comité de rédaction Jean-Pierre Bourgeron, Alexandre Dupouy.
  4. a, b, c, d, e et f Bizarre par John Willie, avec le concours d'Eric Kroll, texte d'Eric Kroll, éd. Taschen.
  5. Op. cit., p .15, N° 8.
  6. Op. cit., p. 51, N° 8.
  7. Op. cit., p. 21, N° 9.
  8. Op. cit., p. 22, N° 11.
  9. Op. cit., p. 54, N° 13.
  10. Eric Stanton en ligne
  11. Anne Larue op. cit., p. 155
  12. Eric Stanton Pleasure bound N°2 1953
  13. Photos en ligne, par Irving Klaw
  14. Olivier de la Marche Le Parement et le Triomphe des Dames d'Honneur" (1501)
  15. Montaigne Essais I, 40
  16. Le Corset l'art et les mœurs du XIIIe siècle au XXe siècle, F. Libron et H. Clousot - livre collector préfacé par Louis Barthou de l'Académie Française.
  17. Henri Estienne, L'Àpologie pour Hérodote, 1556.
  18. Le Corset à travers les âges:Figures
  19. Otto Rank, Le traumatisme de la naissance, éd. Payot Petite bibliothèque, p. 54 (ISBN 2-228-89551-2)
  20. Sándor Ferenczi, Le développement de la réalité et ses stades
  21. Régis Jauffret, Sévère, éd. du Seuil, collection « Cadre rouge », (ISBN 978-2-02-102248-3).
  22. a, b, c, d et e Annick Foucault, Françoise Maîtresse, éd. Gallimard, « collection Digraphe », 1994.
  23. Op. cit., p. 106.
  24. Op. cit., p. 53.
  25. Op. cit., p. 119.
  26. a et b Howard S. Becker, Outsider traduit par J.-P. Briand et J.-M. Chapoulie, p. 54, Éditions Métaillé
  27. a et b Op. cit., p. 121.
  28. Romain Slocombe Article en ligne par Romain Slocombe
  29. Stéphan Lévy-Kuentz, Femmes de plâtre, Essai sur l'art médical de Romain Slocombe.
  30. Duvet bondage addict
  31. Total enclosure en duvet