10 000 mètres aux Jeux olympiques

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Article général Pour un article plus général, voir Athlétisme aux Jeux olympiques.
10 000 mètres aux Jeux olympiques
Description de cette image, également commentée ci-après
Finale du 10 000 m lors des Jeux olympiques de 2016.
Généralités
Sport Athlétisme
10 000 mètres
Organisateur(s) CIO
Éditions 24 (en 2016)
Catégorie Jeux olympiques

Palmarès
Tenant du titre Mohamed Farah (2016)
Almaz Ayana (2016)
Plus titré(s) Paavo Nurmi, Emil Zátopek, Lasse Virén, Haile Gebrselassie, Kenenisa Bekele et Mohamed Farah (2)
Derartu Tulu et Tirunesh Dibaba (2)
Records Kenenisa Bekele (27 min 1 s 17, 2008)
Almaz Ayana (29 min 17 s 46, 2016)

Le 10 000 mètres masculin figure au programme des Jeux olympiques depuis la cinquième édition, en 1912 à Stockholm. Les femmes ne participent à cette épreuve que depuis les Jeux de 1988, à Séoul.

Six athlètes masculins sont les plus titrés dans cette épreuve avec deux médailles d'or ː le Finlandais Paavo Nurmi, le Tchécoslovaque Emil Zátopek, le Finlandais Lasse Virén, les Éthiopiens Haile Gebrselassie et Kenenisa Bekele et le Britannique Mohamed Farah. Avec également deux médailles d'or remportées, les athlètes féminines les plus titrées sont les Éthiopiennes Derartu Tulu et Tirunesh Dibaba.

Les records olympiques de la discipline sont actuellement détenus par Kenenisa Bekele, auteur de 27 min 1 s 17 en finale des Jeux olympiques de 2008, à Pékin[1], et par sa compatriote Almaz Ayana, créditée de 29 min 17 s 46 lors des Jeux olympiques de 2016[2].

Éditions[modifier | modifier le code]

Années 96 00 04 08 12 20 24 28 32 36 48 52 56 60 64 68 72 76 80 84 88 92 96 00 04 08 12 16 Total
Hommes X X X X X X X X X X X X X X X X X X X X X X X X 24
Femmes X X X X X X X X 8

Hommes[modifier | modifier le code]

Historique[modifier | modifier le code]

1912-1936[modifier | modifier le code]

Paavo Nurmi, champion olympique en 1920 et 1928.

L'épreuve du 10 000 mètres fait sa première apparition olympique lors des Jeux olympiques de 1912, à Stockholm où la finale voit s'opposer 30 concurrents issus de 13 nations. La course est remportée par le Finlandais Hannes Kolehmainen dans le temps de 31 min 20 s 8, devant l'Américain Lewis Tewanima et l'autre finlandais Albin Stenroos[3].

En 1920, aux Jeux olympiques de 1920, à Anvers, le Finlandais Paavo Nurmi remporte le titre olympique en devançant le Français Joseph Guillemot et le Britannique James Wilson. Parvenant à combler son retard à l'amorce du dernier kilomètre, Nurmi se présente dans la dernière ligne droite accompagné de Joseph Guillemot. Il produit alors une accélération dans les derniers mètres de la course et l'emporte dans le temps de 31 min 45 s 8, améliorant de près d'une minute son record personnel[4].

Lors des Jeux olympiques de 1924, à Paris, en l'absence de Paavo Nurmi, préservé par sa fédération afin de se consacrer à d'autres épreuves, le favori de la course est son compatriote Ville Ritola qui a établi un nouveau record du monde du 10 000 mètres quelques jours avant le début des compétitions. En finale, Ville Ritola domine la course et améliore de près de 12 secondes son propre record du monde, en 30 min 23 s 2, devançant de plus de 30 secondes le Suédois Edvin Wide et de plus d'une minute l'autre finlandais Eero Berg[5]. Quelques jours après les Jeux olympiques de Paris, Paavo Nurmi améliorera de 17 secondes le record du monde de Ville Ritola.

Paavo Nurmi remporte le titre des Jeux olympiques de 1928, à Amsterdam, signant son deuxième succès dans cette épreuve après son titre de 1920. Il l'emporte avec le temps de 30 min 18 s 8, nouveau record olympique, et devance de près d'une seconde Ville Ritola et de 18 secondes le Suédois Edvin Wide[6].

En 1932, lors des Jeux olympiques de Los Angeles, le Polonais Janusz Kusociński devient champion olympique en 30 min 11 s 4, améliorant de près de 7 secondes le record olympique de Paavo Nurmi. Il devance deux athlètes Finlandais, Volmari Iso-Hollo et Lasse Virtanen, après avoir fait la différence dans le dernier virage[7].

Lors des Jeux olympiques de 1936, à Berlin, la Finlande truste les trois premières places du podium ː Ilmari Salminen, champion d'Europe en 1934, devient champion olympique en 30 min 15 s 4, devant Arvo Askola et Volmari Iso-Hollo[8].

1948-1964[modifier | modifier le code]

Emil Zátopek, champion olympique en 1948 et 1952.

Lors des Jeux olympiques de 1948, à Londres, le Tchécoslovaque Emil Zátopek remporte le titre olympique dans le temps de 29 min 59 s 6 (record olympique) devançant largement tous ses adversaires dont le Français Alain Mimoun, deuxième en 30 min 47 s 7 et le Suédois Bertil Albertsson, troisième en 30 min 53 s 6[9]. Le Finlandais Viljo Heino, champion d'Europe en 1946 et détenteur du record du monde depuis 1944, abandonne au sixième kilomètre[10].

Emil Zátopek, qui a amélioré le record du monde de Viljo Heino à plusieurs reprises, conserve son titre olympique aux Jeux olympiques de 1948, à Helsinki. Après avoir lâché ses coéquipiers Kostela et Posti dès le troisième kilomètre, il livre une bataille avec Alain Mimoun en effectuant près d'une cinquantaine d'accélérations, sans toutefois parvenir à distancer le Français[11]. Zátopek fait la différence dans les derniers tours en l'emportant dans le temps de 29 min 17 s 0, améliorant d'une quarantaine de seconde son propre record olympique, et devance une nouvelle fois Alain Mimoun, médaillé d'argent en 29 min 32 s 8, et le Soviétique Aleksandr Anufriyev (29 min 48 s 2)[12]. Emil Zátopek remportera deux autres épreuves lors des Jeux, le 5 000 m et le marathon.

Aux Jeux olympiques de 1956, à Melbourne, la victoire revient au Soviétique Vladimir Kuts qui faisait partie des favoris de la course après avoir notamment amélioré le record du monde quelques semaines avant le début des compétitions. Il s'impose dans le temps 28 min 45 s 6 et améliore de près de 30 secondes le record olympique d'Emil Zátopek. Le Hongrois József Kovács (28 min 52 s 4) et l'Australien Allan Lawrence (28 min 53 s 6) complètent le podium. Le Britannique Gordon Pirie, l'autre favori de l'épreuve, s’effondre à deux tours de l'arrivée et termine 8e[13].

Lors des Jeux olympiques de 1960, à Rome, le Soviétique Pyotr Bolotnikov remporte la finale dans le temps de 28 min 32 s 2 (nouveau record olympique), devant l'Allemand Hans Grodotzki (28 min 37 s 0) et l'Australien David Power (28 min 38 s 2)[14].

Aux Jeux olympiques de 1964, à Tokyo, l'Américain Billy Mills est le premier non-européen à remporter le titre olympique du 10 000 m. Il s'impose au sprint en 28 min 24 s 4, nouveau record olympique, devant le Tunisien Mohammed Gammoudi (28 min 24 s 8) et l'Australien Ron Clarke, détenteur du record du monde depuis 1963, qui se classe troisième de l'épreuve en 28 min 35 s 8[15]. Clarke, qui mène la course à une allure très soutenue, forme le trio de tête avec Gammoudi et Mills. À 300 m de l'arrivée, Mohammed Gammoudi porte une attaque sur ses deux adversaires mais se voit dépasser par Mills dans les dernier mètres de la course[16].

1968-1984[modifier | modifier le code]

Lasse Virén, champion olympique en 1972 et 1976.

Lors des Jeux olympiques de 1968, à Mexico, le Kényan Naftali Temu remporte la médaille d'or dans le temps de 29 min 27 s 4, devançant l'Éthiopien Mamo Wolde (29 min 28 s 0) et Mohamed Gammoudi (29 min 34 s 2) qui décroche la médaille de bronze après avoir obtenu l'argent à Tokyo[17]. Ron Clarke, détenteur du record du monde du 10 000 mètres depuis 1963 et médaillé de bronze quatre ans plus tôt, est victime d'une défaillance à deux tours de l'arrivée alors qu'il se situait en tête de la course[18]. Il se classe 6e de l'épreuve.

Quatre ans plus tard, aux Jeux olympiques de 1972, à Munich, le Finlandais Lasse Virén devient champion olympique en établissant un nouveau record du monde en 27 min 38 s 35. Victime d'une chute dans le peloton aux alentours des 4 400 m, il se relève et parvient à refaire son retard de cinq secondes sur les hommes de tête, puis distance ses adversaires à deux tours de l'arrivée en compagnie du Belge Emiel Puttemans[19]. À l'arrivée, Lasse Virén devance finalement de près d'une seconde Puttemans, deuxième en 27 min 39 s 58, et de près de deux secondes l'Éthiopien Miruts Yifter, médaillé de bronze en 27 min 40 s 96[20].

Lasse Virén conserve son titre aux Jeux olympiques de 1976, à Montréal, en s'imposant dans le temps de 27 min 40 s 38, devançant largement le Portugais Carlos Lopes (27 min 45 s 17) et le Britannique Brendan Foster (27 min 54 s 92), détenteur du record du monde depuis 1973[21]. Une grande partie des meilleurs coureurs de fond africains, notamment kényans et éthiopiens, ne participent pas à ces Jeux olympiques pour cause de boycott. Lasse Virén devient le troisième athlète après Paavo Nurmi et Emil Zátopek à remporter deux titres olympiques sur 10 000 m.

Lors des Jeux olympiques de 1980, à Moscou, Miruts Yifter remporte le titre olympique du 10 000 m huit ans après son premier podium sur cette distance. Il s'impose dans le temps de 27 min 42 s 69 et devance le Finlandais Kaarlo Maaninka (27 min 44 s 28) et l'Éthiopien Mohammed Kedir (27 min 44 s 64), Lasse Virén, double tenant du titre, ne prenant que la cinquième place[22]. Le Kényan Henry Rono, détenteur du record du monde depuis 1978, ne participe pas à la compétition en raison du boycott du Kenya.

Aux Jeux olympiques de 1984, à Los Angeles, la victoire revient à l'Italien Alberto Cova, champion du monde du 10 000 m en 1983, qui s'impose dans le temps de 27 min 47 s 54, devant le Finlandais Martti Vainio (27 min 51 s 10) et le Britannique Mike McLeod après avoir lâché progressivement tous ses adversaires dans la seconde moitié de course[23]. Disqualifié après avoir été convaincu de dopage, Martti Vainio est déchu de sa médaille d'argent au profit de Mike McLeod, le Kényan Mike Musyoki récupérant la médaille de bronze[24]. Le Portugais Fernando Mamede, qui a amélioré le record du monde quelques jours avant le début de ces Jeux, est contraint à l'abandon.

1988-2004[modifier | modifier le code]

Haile Gebrselassie, champion olympique en 1996 et 2000.

En 1988, lors des Jeux olympiques de Séoul, le Marocain Brahim Boutayeb remporte le titre et améliore le record olympique de Lasse Viren en parcourant la distance en 27 min 21 s 46. L'Italien Salvatore Antibo est médaillé d'argent en 27 min 23 s 55 et le Kényan Kipkemboi Kimeli médaillé de bronze en 27 min 25 s 16. Quatre athlètes sont en tête à la mi-course, Brahim Boutayeb, Salvatore Antibo, Kipkemboi Kimeli et son compatriote Moses Tanui, et passent au 5 000 m sur les bases du record du monde, en 13 min 35 s 32. Brahim Boutayeb se défait progressivement de ses adversaires et possède près de 25 m d'avance sur Kipkemboi Kimeli à deux tours de l'arrivée, maintenant finalement une avance de 2 secondes sur Kimeli sur la ligne d'arrivée[25].

Khalid Skah succède à son compatriote Brahim Boutayeb lors des Jeux olympiques de 1992, à Barcelone, en emportant l'épreuve dans le temps de 27 min 46 s 70, devant le Kényan Richard Chelimo (27 min 47 s 72) et l'Ethiopien Addis Abebe (28 min 0 s 07). Salvatore Antibo, deuxième à Séoul, prend la 4e place, devant le Mexicain Arturo Barrios, alors détenteur du record du monde. Moses Tanui, champion du monde en 1991, se classe 8e de la finale. A l'issue de la course, Khalid Skah est disqualifié pour avoir bénéficié de l'aide illicite de son compatriote Hammou Boutayeb qui venait de concéder un tour, mais il est finalement rétabli dans ses droits quelques heures plus tard. Boutayeb sera en revanche disqualifié[26].

Lors des Jeux olympiques de 1996, à Atlanta, la victoire revient à l'Éthiopien Haile Gebrselassie, champion du monde en 1993 et 1995 et détenteur du record du monde depuis l'année passée. Il l'emporte dans le temps de 27 min 7 s 34, nouveau record olympique, devant le Kényan Paul Tergat (27 min 8 s 17) et le Marocain Salah Hissou (27 min 24 s 67)[27]. Le champion en titre Khalid Skah se classe septième de la course.

Haile Gebrselassie, qui a ajouté de nouveaux titres de champion du monde du 1 000 m à son palmarès, en 1997 et 1999, remporte son deuxième titre olympique à l'occasion des Jeux olympiques de 2000, à Sydney. Il s'impose en 27 min 18 s 20, à près de deux minutes de son record du monde établi en 1998, et devance de justesse Paul Tergat, deuxième en 27 min 18 s 29, qui obtient sa deuxième médaille d'argent consécutive. L'Éthiopien Assefa Mezgebu complète le podium en 27 min 19 s 75[28].

Lors des Jeux olympiques de 2004, à Athènes, l'Ethiopien Kenenisa Bekele, champion du monde en 2003, remporte son premier titre olympique sur 10 000 m et succède à Haile Gebrselassie après l'avoir dépossédé de son record du monde quelques semaines avant le début des Jeux. Il s'impose dans le temps de 27 min 5 s 10, nouveau record olympique, et devance nettement son compatriote Sileshi Sihine (27 min 9 s 39) et l'Érythréen Zersenay Tadese qui établit un nouveau record national en 27 min 22 s 57[29]. Bekele parcourt le dernier tour en 52 s 9 et les derniers 200 m en 27 s 7. Haile Gebrselassie termine cinquième de la course.

Depuis 2008[modifier | modifier le code]

Mohamed Farah, champion olympique en 2012 et 2016.

Kenenisa Bekele, qui a amélioré son propre record du monde en 2005, et remporté son troisième titre de champion du monde en 2007 à Osaka, est le favori des Jeux olympiques de 2008. À Pékin, il conserve son titre olympique dans le temps de 27 min 1 s 17, améliorant de près de quatre secondes son propre record olympique établi en 2004 à Athènes, et devance une nouvelle fois Sileshi Sihine, médaillé d'argent en 27 min 2 s 77, le Kényan Micah Kogo s'adjugeant la médaille de bronze en 27 min 4 s 11[30]. Haile Gebrselassie se classe sixième de l'épreuve. Kenenisa Bekele remportera également l'épreuve du 5 000 m lors de ces Jeux.

Quatre ans plus tard, lors des Jeux olympiques de 2012, à Londres, le Britannique Mohamed Farah devient champion olympique du 10 000 m en s'imposant dans le temps de 27 min 30 s 42 après avoir fait la différence sur ses adversaires lors du dernier tour de piste. Premier européen depuis Alberto Cova en 1984 à s'imposer dans cette épreuve, il devance finalement l'Américain Galen Rupp (27 min 30 s 90) et l’Éthiopien Tariku Bekele (27 min 31 s 43) qui prive du podium son frère ainé, Kenenisa Bekele, double champion olympique en titre, qui termine quatrième en 27 min 32 s 44[31].

Mohamed Farah, champion du monde en 2015, conserve son titre olympique lors des Jeux olympiques de 2016, à Rio de Janeiro. Il établit le temps de 27 min 5 s 17 et devance le Kényan Paul Tanui qui signe son meilleur temps de l'année en 27 min 5 s 64, et l'Ethiopien Tamirat Tola, troisième en 27 min 6 s 26. Paul Tanui, qui était en tête à la cloche, est dépassé par Mohamed Farah à 200 m de l'arrivée [32]. Comme à Londres en 2012, Mohamed Farah réalise le doublé 5 000 m-10 000 m.

Palmarès[modifier | modifier le code]

Édition Or Argent Bronze
1912 Drapeau de Finlande Hannes Kolehmainen (FIN)
31 min 20 s 8
Drapeau des États-Unis Lewis Tewanima (USA)
32 min 6 s 6
Drapeau de Finlande Albin Stenroos (FIN)
32 min 21 s 8
1920 Drapeau de Finlande Paavo Nurmi (FIN)
31 min 45 s 8
Drapeau de France Joseph Guillemot (FRA)
31 min 47 s 2
Drapeau de Grande-Bretagne James Wilson (GBR)
31 min 50 s 8
1924 Drapeau de Finlande Ville Ritola (FIN)
30 min 23 s 2
Drapeau de Suède Edvin Wide (SWE)
30 min 55 s 2
Drapeau de Finlande Eero Berg (FIN)
31 min 43 s 0
1928 Drapeau de Finlande Paavo Nurmi (FIN)
30 min 18 s 8
Drapeau de Finlande Ville Ritola (FIN)
30 min 19 s 4
Drapeau de Suède Edvin Wide (SWE)
31 min 0 s 8
1932 Drapeau de Pologne Janusz Kusociński (POL)
30 min 11 s 4
Drapeau de Finlande Volmari Iso-Hollo (FIN)
30 min 12 s 6
Drapeau de Finlande Lasse Virtanen (FIN)
30 min 35 s 0
1936 Drapeau de Finlande Ilmari Salminen (FIN)
30 min 15 s 4
Drapeau de Finlande Arvo Askola (FIN)
30 min 15 s 6
Drapeau de Finlande Volmari Iso-Hollo (FIN)
30 min 20 s 2
1948 Drapeau Emil Zátopek (TCH)
29 min 59 s 6
Drapeau de France Alain Mimoun (FRA)
30 min 47 s 4
Drapeau de Suède Bertil Albertsson (SWE)
30 min 53 s 6
1952 Drapeau Emil Zátopek (TCH)
29 min 17 s 0
Drapeau de France Alain Mimoun (FRA)
29 min 32 s 8
Drapeau Aleksandr Anufriyev (URS)
29 min 48 s 2
1956 Drapeau Vladimir Kuts (URS)
28 min 45 s 6
Drapeau de Hongrie József Kovács (HUN)
28 min 52 s 4
Drapeau d'Australie Allan Lawrence (AUS)
28 min 53 s 6
1960 Drapeau Pyotr Bolotnikov (URS)
28 min 32 s 2
Drapeau Hans Grodotzki (EUA)
28 min 37 s 0
Drapeau d'Australie David Power (AUS)
28 min 38 s 2
1964 Drapeau des États-Unis Billy Mills (USA)
28 min 24 s 4
Drapeau de Tunisie Mohammed Gammoudi (TUN)
28 min 24 s 8
Drapeau d'Australie Ron Clarke (AUS)
28 min 25 s 8
1968 Drapeau du Kenya Naftali Temu (KEN)
29 min 27 s 4
Drapeau d'Éthiopie Mamo Wolde (ETH)
29 min 28 s 0
Drapeau de Tunisie Mohammed Gammoudi (TUN)
29 min 34 s 2
1972 Drapeau de Finlande Lasse Virén (FIN)
27 min 38 s 35
Drapeau de Belgique Emiel Puttemans (BEL)
27 min 39 s 58
Drapeau d'Éthiopie Miruts Yifter (ETH)
27 min 40 s 96
1976 Drapeau de Finlande Lasse Virén (FIN)
27 min 40 s 38
Drapeau du Portugal Carlos Lopes (POR)
27 min 45 s 17
Drapeau de Grande-Bretagne Brendan Foster (GBR)
27 min 54 s 92
1980 Drapeau d'Éthiopie Miruts Yifter (ETH)
27 min 42 s 69
Drapeau de Finlande Kaarlo Maaninka (FIN)
27 min 44 s 28
Drapeau d'Éthiopie Mohamed Kedir (ETH)
27 min 44 s 64
1984 Drapeau d'Italie Alberto Cova (ITA)
27 min 47 s 54
Drapeau de Grande-Bretagne Mike McLeod (GBR)
28 min 6 s 22
Drapeau du Kenya Michael Musyoki (KEN)
28 min 6 s 46
1988 Drapeau du Maroc Brahim Boutayeb (MAR)
27 min 21 s 46
Drapeau d'Italie Salvatore Antibo (ITA)
27 min 23 s 55
Drapeau du Kenya Kipkemboi Kimeli (KEN)
27 min 25 s 16
1992 Drapeau du Maroc Khalid Skah (MAR)
27 min 46 s 70
Drapeau du Kenya Richard Chelimo (KEN)
27 min 47 s 72
Drapeau d'Éthiopie Addis Abebe (ETH)
28 min 0 s 07
1996 Drapeau d'Éthiopie Haile Gebrselassie (ETH)
27 min 7 s 34
Drapeau du Kenya Paul Tergat (KEN)
27 min 8 s 17
Drapeau du Maroc Salah Hissou (MAR)
27 min 24 s 67
2000 Drapeau d'Éthiopie Haile Gebrselassie (ETH)
27 min 18 s 20
Drapeau du Kenya Paul Tergat (KEN)
27 min 18 s 29
Drapeau d'Éthiopie Assefa Mezgebu (ETH)
27 min 19 s 75
2004 Drapeau d'Éthiopie Kenenisa Bekele (ETH)
27 min 5 s 10
Drapeau d'Éthiopie Sileshi Sihine (ETH)
27 min 9 s 39
Drapeau d'Érythrée Zersenay Tadese (ERI)
27 min 22 s 57
2008 Drapeau d'Éthiopie Kenenisa Bekele (ETH)
27 min 1 s 17
Drapeau d'Éthiopie Sileshi Sihine (ETH)
27 min 2 s 77
Drapeau du Kenya Micah Kogo (KEN)
27 min 4 s 11
2012 Drapeau de Grande-Bretagne Mohamed Farah (GBR)
27 min 30 s 42
Drapeau des États-Unis Galen Rupp (USA)
27 min 30 s 90
Drapeau d'Éthiopie Tariku Bekele (ETH)
27 min 31 s 43
2016 Drapeau de Grande-Bretagne Mohamed Farah (GBR)
27 min 5 s 17
Drapeau du Kenya Paul Tanui (KEN)
27 min 5 s 64
Drapeau d'Éthiopie Tamirat Tola (ETH)
27 min 6 s 26

Multiples médaillés[modifier | modifier le code]

Hommes
Rang Athlète Pays Période Or Argent Bronze Total
1= Nurmi, PaavoPaavo Nurmi Drapeau de Finlande Finlande 1920 – 1928 2 0 0 2
1= Zátopek, EmilEmil Zátopek Drapeau Tchécoslovaquie 1948 – 1952 2 0 0 2
1= Virén, LasseLasse Virén Drapeau de Finlande Finlande 1972 – 1976 2 0 0 2
1= Gebrselassie, HaileHaile Gebrselassie Drapeau d'Éthiopie Éthiopie 1996 – 2000 2 0 0 2
1= Bekele, KenenisaKenenisa Bekele Drapeau d'Éthiopie Éthiopie 2004 – 2008 2 0 0 2
1= Farah, MohamedMohamed Farah Drapeau de Grande-Bretagne Grande-Bretagne 2012 – 2016 2 0 0 2
7 Ritola, VilleVille Ritola Drapeau de Finlande Finlande 1924 – 1928 1 1 0 2
8 Yifter, MirutsMiruts Yifter Drapeau d'Éthiopie Éthiopie 1972 – 1980 1 0 1 2
9= Mimoun, AlainAlain Mimoun Drapeau de France France 1948 – 1952 0 2 0 2
9= Tergat, PaulPaul Tergat Drapeau du Kenya Kenya 1996 – 2000 0 2 0 2
9= Sihine, SileshiSileshi Sihine Drapeau d'Éthiopie Éthiopie 2004 – 2008 0 2 0 2
12= Wide, EdvinEdvin Wide Drapeau de Suède Suède 1924 – 1928 0 1 1 2
12= Iso-Hollo, VolmariVolmari Iso-Hollo Drapeau de Finlande Finlande 1932 – 1936 0 1 1 2
12= Gammoudi, MohammedMohammed Gammoudi Drapeau de Tunisie Tunisie 1968 – 1972 0 1 1 2

Record olympique[modifier | modifier le code]

Kenenisa Bekele, champion olympique du 10 000 m en 2004 et 2008 et actuel détenteur du record olympique.
Évolution du record olympique masculin[33]
Temps Athlète Lieu Date Record
33 min 49 s 0 Drapeau : Finlande Hannes Kolehmainen Stockholm 7 juillet 1912
32 min 30 s 8 Drapeau : Afrique du Sud Leonard Richardson Stockholm 7 juillet 1912
31 min 20 s 8 Drapeau : Finlande Hannes Kolehmainen Stockholm 8 juillet 1912
30 min 23 s 2 Drapeau : Finlande Ville Ritola Paris 6 juillet 1924 WR
30 min 18 s 8 Drapeau : Finlande Paavo Nurmi Amsterdam 29 juillet 1928
30 min 11 s 4 Drapeau : Pologne Janusz Kusociński Los Angeles 31 juillet 1932
29 min 59 s 8 Drapeau : République tchèque Emil Zátopek Londres 30 juillet 1948
29 min 17 s 0 Drapeau : République tchèque Emil Zátopek Helsinki 20 juillet 1952
28 min 45 s 6 Drapeau : URSS Volodymyr Kuts Melbourne 23 novembre 1956
28 min 32 s 18 Drapeau : URSS Pyotr Bolotnikov Rome 8 septembre 1960
28 min 24 s 4 Drapeau : États-Unis Billy Mills Tokyo 14 octobre 1964
27 min 53 s 4 Drapeau : Belgique Emiel Puttemans Munich 31 août 1972
27 min 38 s 4 Drapeau : Finlande Lasse Viren Munich 3 septembre 1972 WR
27 min 21 s 46 Drapeau : Maroc Brahim Boutayeb Séoul 26 septembre 1988
27 min 07 s 34 Drapeau : Éthiopie Haile Gebrselassie Atlanta 29 juillet 1996
27 min 05 s 10 Drapeau : Éthiopie Kenenisa Bekele Athènes 20 août 2004
27 min 01 s 17 Drapeau : Éthiopie Kenenisa Bekele Pékin 17 août 2008

Femmes[modifier | modifier le code]

Palmarès[modifier | modifier le code]

Édition Or Argent Bronze
1988 Drapeau Olga Bondarenko (URS) Drapeau de Grande-Bretagne Liz McColgan (GBR) Drapeau Yelena Zhupiyeva (URS)
1992 Drapeau d'Éthiopie Derartu Tulu (ETH) Drapeau d'Afrique du Sud Elana Meyer (RSA) Drapeau des États-Unis Lynn Jennings (USA)
1996 Drapeau du Portugal Fernanda Ribeiro (POR) Drapeau de Chine Wang Junxia (CHN) Drapeau d'Éthiopie Gete Wami (ETH)
2000 Drapeau d'Éthiopie Derartu Tulu (ETH) Drapeau d'Éthiopie Gete Wami (ETH) Drapeau du Portugal Fernanda Ribeiro (POR)
2004 Drapeau de Chine Xing Huina (CHN) Drapeau d'Éthiopie Ejegayehu Dibaba (ETH) Drapeau d'Éthiopie Derartu Tulu (ETH)
2008 Drapeau d'Éthiopie Tirunesh Dibaba (ETH) Drapeau de Turquie Elvan Abeylegesse (TUR) Drapeau des États-Unis Shalane Flanagan (USA)
2012 Drapeau d'Éthiopie Tirunesh Dibaba (ETH) Drapeau du Kenya Sally Kipyego (KEN) Drapeau du Kenya Vivian Cheruiyot (KEN)
2016 Drapeau d'Éthiopie Almaz Ayana (ETH) Drapeau du Kenya Vivian Cheruiyot (KEN) Drapeau d'Éthiopie Tirunesh Dibaba (ETH)

Multiples médaillées[modifier | modifier le code]

Femmes
Rang Athlète Pays Période Or Argent Bronze Total
1= Tulu, DerartuDerartu Tulu Drapeau d'Éthiopie Éthiopie 1992 – 2004 2 0 1 3
1= Dibaba, TiruneshTirunesh Dibaba Drapeau d'Éthiopie Éthiopie 2008 – 2016 2 0 1 3
3 Ribeiro, FernandaFernanda Ribeiro Drapeau du Portugal Portugal 1996 – 2000 1 0 1 2
4= Wami, GeteGete Wami Drapeau d'Éthiopie Éthiopie 1996 – 2000 0 1 1 2
4= Cheruiyot, VivianVivian Cheruiyot Drapeau du Kenya Kenya 2012 – 2016 0 1 1 2

Record olympique[modifier | modifier le code]

Évolution du record olympique féminin[34]
Temps Athlète Lieu Date
31 min 44 s 69 Drapeau : Norvège Ingrid Kristiansen Séoul 26 septembre 1988
31 min 05 s 21 Drapeau : URSS Olga Bondarenko Séoul 30 septembre 1988
31 min 01 s 63 Drapeau : Portugal Fernanda Ribeiro Atlanta 2 août 1996
30 min 17 s 49 Drapeau : Éthiopie Derartu Tulu Sydney 30 septembre 2000
29 min 54 s 66 Drapeau : Éthiopie Tirunesh Dibaba Pékin 15 août 2008
29 min 17 s 46 Drapeau : Éthiopie Almaz Ayana Rio de Janeiro 12 août 2016

Ancienne épreuve : 5 miles[modifier | modifier le code]

Une épreuve de course de fond sur la distance de 5 miles (8 047 m) s'est déroulée en 1908 à Londres[35]. Elle est remportée par le Britannique Emil Voigt.

Édition Or Argent Bronze
1908 Drapeau de Grande-Bretagne Emil Voigt (GBR) Drapeau de Grande-Bretagne Edward Owen (GBR) Drapeau de Suède Johan Svanberg (SWE)

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (en)« Record olympique masculin », sur iaaf.org (consulté le 12 avril 2012)
  2. (en)« Record olympique féminin », sur iaaf.org (consulté le 12 avril 2012)
  3. (en) « Athletics at the 1912 Stockholm Summer Games:Men's 10,000 metres », sur sports-reference.com (consulté le 26 mai 2019)
  4. (en) « Athletics at the 1920 Antwerpen Summer Games:Men's 10,000 metres », sur sports-reference.com (consulté le 26 mai 2019)
  5. (en) « Athletics at the 1924 Paris Summer Games:Men's 10,000 metres », sur sports-reference.com (consulté le 26 mai 2019)
  6. (en) « Athletics at the 1928 Amsterdam Summer Games:Men's 10,000 metres », sur sports-reference.com (consulté le 26 mai 2019)
  7. (en) « Athletics at the 1932 Los Angeles Summer Games:Men's 10,000 metres », sur sports-reference.com (consulté le 26 mai 2019)
  8. (en) « Athletics at the 1936 Berlin Summer Games:Men's 10,000 metres », sur sports-reference.com (consulté le 26 mai 2019)
  9. (en) « Athletics at the 1948 London Summer Games:Men's 10,000 metres » (consulté le 27 mai 2019)
  10. Parienté et Billouin 2003, p. 335.
  11. Parienté et Billouin 2003, p. 336.
  12. (en) « Athletics at the 1952 Helsinki Summer Games:Men's 10,000 metres » (consulté le 27 mai 2019)
  13. (en) « Athletics at the 1956 Melbourne Summer Games:Men's 10,000 metres » (consulté le 27 mai 2019)
  14. (en) « Athletics at the 1960 Roma Summer Games:Men's 10,000 metres » (consulté le 27 mai 2019)
  15. (en) « Athletics at the 1964 Tokyo Summer Games:Men's 10,000 metres » (consulté le 27 mai 2019)
  16. Parienté et Billouin 2003, p. 342.
  17. (en) « Athletics at the 1968 Ciudad de Mexico Summer Games:Men's 10,000 metres » (consulté le 26 mai 2019)
  18. Parienté et Billouin 2003, p. 347.
  19. Parienté et Billouin 2003, p. 353.
  20. (en) « Athletics at the 1972 Munchen Summer Games:Men's 10,000 metres » (consulté le 26 mai 2019)
  21. (en) « Athletics at the 1976 Montreal Summer Games:Men's 10,000 metres » (consulté le 26 mai 2019)
  22. (en) « Athletics at the 1980 Moskva Summer Games:Men's 10,000 metres » (consulté le 26 mai 2019)
  23. (en) « Athletics at the 1984 Los Angeles Summer Games:Men's 10,000 metres » (consulté le 26 mai 2019)
  24. Parienté et Billouin 2003, p. 366.
  25. (en) « Athletics at the 1988 Seoul Summer Games:Men's 10,000 metres », sur sports-reference.com (consulté le 26 mai 2019)
  26. (en) « Athletics at the 1992 Barcelona Summer Games:Men's 10,000 metres », sur sports-reference.com (consulté le 26 mai 2019)
  27. (en) « Athletics at the 1996 Atlanta Summer Games:Men's 10,000 metres », sur sports-reference.com (consulté le 26 mai 2019)
  28. (en) « Athletics at the 2000 Sydney Summer Games:Men's 10,000 metres », sur sports-reference.com (consulté le 26 mai 2019)
  29. (en) « Athletics at the 2004 Athina Summer Games:Men's 10,000 metres », sur sports-reference.com (consulté le 26 mai 2019)
  30. (en) « Athletics at the 2008 Beijing Summer Games:Men's 10,000 metres », sur sports-reference.com (consulté le 26 mai 2019)
  31. (en) « Athletics at the 2012 London Summer Games:Men's 10,000 metres », sur sports-reference.com (consulté le 26 mai 2019)
  32. (en) « Athletics at the 2016 Rio de Janeiro Summer Games:Men's 10,000 metres », sur sports-reference.com (consulté le 26 mai 2019)
  33. (en)« Progression du record olympique masculin du 10 000 m », sur trackfield.brinkster.net (consulté le 14 janvier 2016)
  34. (en)« Progression du record olympique féminin du 10 000 m », sur trackfield.brinkster.net (consulté le 14 janvier 2016)
  35. (en) « Athletics at the 1908 London Summer Games:Men's 5 mile », sur sports-reference.com (consulté le 15 janvier 2016)

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Robert Parienté et Alain Billouin, La Fabuleuse Histoire de l'athlétisme, Minerva, , 1021 p. (ISBN 978-2-8307-0727-4)

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]