82 av. J.-C.

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
(Redirigé depuis -82)
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Chronologies
Années :
-85 -84 -83  -82  -81 -80 -79
Décennies :
-110 -100 -90  -80  -70 -60 -50
Siècles :
IIe siècle av. J.-C.  Ier siècle av. J.-C.  Ier siècle
Millénaires :
IIe millénaire av. J.-C.  Ier millénaire av. J.-C.  Ier millénaire
Chronologies géographiques
Chronologies thématiques
Calendriers
Romain · Chinois · Grégorien · Hébraïque · Hindou · Musulman · Persan · Républicain

Cette page concerne l'année 82 av. J.-C. du calendrier julien proleptique.

Événements[modifier | modifier le code]

La Dacie en 82 av. J.-C.
  • 30 octobre 83 av. J.-C. (1er janvier 672 du calendrier romain) : début à Rome du consulat de Gnaeus Papirius Carbo III et Caius Marius Junior[1].
  • Hiver 83-82 av. J.-C. :
  • Printemps : Sylla divise ses forces. Il marche sur Rome et l’Étrurie tandis que Metellus part vers le nord pour bloquer Carbo à Ariminum et prendre le contrôle de la Gaule cisalpine[3].
    • Metellus bat le préteur de Carbo, C. Carrinas, sur l’Aesis ; Carrinas s’enfuit, sans doute à Spoletium, Carbo marche contre Metellus, parvient à l’encercler, mais à l’annonce de la victoire de Sylla sur Marius, préfère retourner prudemment à Ariminum. Pompée cause de lourdes pertes à son arrière-garde et s’empare de Sena Gallica[3],[4].
    • L’armée marianiste de Marius le Jeune, basée aux environs de Préneste, battue à Sacriport, près de Signia fin mars, est contrainte de s’enfermer dans la ville. Sylla confie à Lucretius Ofella le siège de Préneste. Les marianistes doivent évacuer Rome après avoir ordonné de nouvelles proscriptions où succombent de nombreux sénateurs du parti aristocratique, dont le grand pontife C. Mucius Scaevola. Sylla ne fait que passer à Rome, puis marche sur l’armée de Papirius Carbo basée à Clusium. Après une bataille indécise, Papirius Carbo s’enfuit en Afrique[3],[4].
    • Une armée de secours, composée de Lucaniens et de Samnites, sous le commandement de Pontius Telesinus, arrive pour délivrer Marius le Jeune à Préneste. Repoussée devant Préneste, elle se porte sur Rome qu’elle compte surprendre sans défense. Sylla, averti à temps, accourt en toute hâte et s’établit en avant de la Porte Colline pour couvrir la ville[5].
  • Printemps-été, deuxième guerre de Mithridate : Murena traverse l’Halys en crue et pille le royaume du Pont ; Mithridate ne résiste pas mais envoie des espions pour surveiller Murena[6].
  • 23 août (1er - 2 novembre du calendrier romain)[7] : à la bataille de la Porte Colline, Sylla qui a anéanti les partisans de Marius, prend le surnom de Félix (le Chanceux)[5]. La bataille, engagée le soir, dure toute la nuit. Malgré l’acharnement des Samnites, Sylla remporte une victoire complète. Quelques jours plus tard, Marius le Jeune se tue à Préneste et la ville capitule. Sylla est maître de Rome et de l’Italie[3].
Portrait de Sylla sur un denier.
  • Décembre (calendrier romain) : lex Valeria. Début de la dictature de Sylla (fin en 79 av. J.-C.). La loi « Valéria », qui ressuscite la magistrature de la dictature abandonnée depuis plus de cent ans, le nomme dictateur à vie. Élu par les comices, il obtient une compétence élargie et exceptionnelle. Il obtient des pouvoirs constituants — dictator legibus scribundis et rei publicae constituendae— et concentre entre ses mains, sans conditions de durée, la plénitude de l’autorité publique[8].


Naissances[modifier | modifier le code]

Décès[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. François Clément, Viton de Saint-Allais, L'Art de vérifier les dates, vol. 5, Paris, Moreau, (présentation en ligne)
  2. a et b Claude Briand-Ponsart, Christophe Hugoniot, L’Afrique romaine : de l’Atlantique à la Tripolitaine - 146 av. J.-C. - 533 ap.J.-C., Armand Colin, (ISBN 9782200260088, présentation en ligne)
  3. a, b, c, d, e et f John Bagnell Bury, Stanley Arthur Cook, Andrew Lintott, Frank Ezra Adcock, Elizabeth Rawson, Martin Percival Charlesworth, Norman Hepburn Baynes, The Cambridge Ancient History, vol. 9, Cambridge University Press, (ISBN 9780521256032, présentation en ligne)
  4. a et b Éric Teyssier, Pompée : L'anti-César, Plon, (ISBN 9782262042127, présentation en ligne)
  5. a et b Nathan Rosenstein, Robert Morstein-Marx, A Companion to the Roman Republic, John Wiley & Sons, (ISBN 9781444357202, présentation en ligne)
  6. Adrienne Mayor, The Poison King: The Life and Legend of Mithradates, Rome's Deadliest Enemy, Princeton University Press, (ISBN 9780691150260, présentation en ligne)
  7. Prosper Mérimée, Études sur l'histoire romaine : Guerre sociale. 2. Conjuration de Catilina, V. Magen, (présentation en ligne)
  8. Jean-Pierre Martin, Alain Chauvot, Mireille Cébeillac-Gervasoni, Histoire romaine, Armand Colin, (ISBN 9782200258382, présentation en ligne)
  9. Philippe Le Bas, Explication d'une inscription grecque de l'île d'Égine, Typ. de Firmin Didot Frères, (présentation en ligne)
  10. Mihaï E. Șerban, La Roumanie, Éditions Karthala, (présentation en ligne)

Liens externes[modifier | modifier le code]