Élisabeth de Bohême (1618-1680)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Élisabeth de Bohême et Princesse Palatine.

Élisabeth de Bohême, princesse palatine, née à Heidelberg le , morte le , fut abbesse protestante d'Herford. Elle était philosophe et est célèbre pour la correspondance philosophique qu'elle maintint avec Descartes jusqu'à la mort de ce dernier. Ses critiques du dualisme métaphysique de Descartes sont précurseuses.

Biographie[modifier | modifier le code]

Élisabeth, princesse palatine, est la troisième des treize enfants et la fille la plus âgée de Frédéric V et d'Élisabeth Stuart, qui furent brièvement souverains de Bohême. Suite à la destitution de son père, elle vécut en exil, d'abord à Heidelberg auprès de sa grand-mère Louise-Juliana d'Orange-Nassau, fille de Guillaume d'Orange, qui lui enseigna la piété. Vers l'âge de neuf ou dix ans elle fut envoyée avec ses frères et sœurs à Leyde (Pays-Bas) pour parfaire leur éducation. Là, elle étudia les lettres classiques et modernes, les mathématiques, les langues anciennes et contemporaines, ainsi que les arts et montra une inclination particulière pour la philosophie. Elle y gagna le surnom de « la Grecque », pour sa maîtrise impressionnante des langues anciennes.

Après ses études, elle rejoignit ses parents à La Haye où ils tenaient leur cour en exil. On forma des plans en vue de la marier à Ladislas IV Vasa, roi de Pologne, mais, très attachée à la religion protestante, elle refusa de s'unir avec un souverain catholique.

Vers 1650, elle partit retrouver à Heidelberg son frère Charles Louis à qui le traité de Westphalie avait rendu le Palatinat, mais ses déboires conjugaux la poussèrent à s'en aller. Lors d'une visite à Krossen où vivait une de ses tantes, elle rencontra Johannes Cocceius qui plus tard entra en correspondance avec elle et qui lui dédia son commentaire du Cantique des Cantiques. Il l'amena à l'étude de la Bible.

En 1667 elle devint abbesse protestante du monastère d'Herford où elle se distingua par son exactitude à remplir ses devoirs, par sa modestie et sa philanthropie, et particulièrement son hospitalité envers les persécutés pour raison de conscience. En 1670 elle reçut Jean de Labadie et ses disciples, dont la piété l'attira. Attristée par le départ de la congrégation en 1672, elle retint un petit groupe de sympathisants sous sa protection.

Les Labadistes furent suivis par les quakers. En 1677 William Penn lui-même y demeura trois jours avec Robert Barclay, présidant des réunions qui laissèrent une forte impression dans l'esprit d'Élisabeth. Son amitié pour Penn dura jusqu'à sa mort, et il célébra sa mémoire dans la seconde édition de son livre Sans croix, sans couronne (No Cross, No Crown, 1682), louant sa piété et ses vertus, sa simplicité, son équité, son humilité et sa charité. Leibniz lui rendit visite en 1678.

Descartes[modifier | modifier le code]

Dès 1639, elle échangea une correspondance avec Anne Marie de Schurman, une érudite surnommée la « Minerve hollandaise ». Peu après, elle entra en contact avec Descartes qui, à sa demande, devint son professeur de philosophie et de morale, et lui donna des conseils pour soigner sa mélancolie[1]. Il lui dédia, en 1644, ses Principes de la philosophie. Ils poursuivirent leur correspondance[2] quand Descartes partit, sur l'invitation de la reine Christine de Suède, pour Stockholm où il mourut en 1650. Élisabeth posa à Descartes la question du rapport entre l'âme et le corps, que celui-ci considérait comme deux entités distinctes, mais à laquelle il ne put donner de réponse satisfaisante.

Article principal : Correspondance avec Élisabeth.

Contribution à l'histoire féministe de la philosophie[modifier | modifier le code]

Elisabeth de Bohême est une figure importante de l'histoire féministe de la philosophie. Elle a attiré l'attention par son travail philosophique et pour l'appui qu'elle a apporté à d'autres intellectuelles du 17e siècle. Certains chercheurs s'intéressent à ses correspondances et sa vie pour comprendre les limites imposées aux intellectuelles de cette époque. D'autres utilisent sa correspondance avec Descartes comme un exemple de l'intérêt d'inclure les femmes dans le canon philosophique, même si leurs contributions peuvent prendre des formes différentes[3]. Ces recherches s'intéressent également aux manières dont le genre d'Elisabeth a influencé son approche de la philosophie.

Par ailleurs, elle a utilisé sa cour d'exil à La Haye pour créer un réseau propice aux femmes universitaires. Son réseau était un espace où les femmes pouvaient s'engager dans la recherche philosophique par correspondance. En plus d'Elisabeth, le réseau comprenait Anna Maria van Schurman, Marie de Gournay et Lady Ranelagh.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Annie Bitbol-Hespériès, « Descartes face à la mélancolie de la princesse Elisabeth », in Une philosophie dans l’histoire, hommages à Raymond Klibansky, édité par B. Melkevik et J.-M. Narbonne, Presses de l’Université de Laval, (Canada), p. 229-250.
  2. René Descartes, Correspondance avec Elisabeth et autres lettres, Introduction, bibliographie et chronologie de Jean-Marie Beyssade et Michelle Beyssade, Garnier-Flammarion, 1989.
  3. (en) Eileen O’Neill, « HISTORY OF PHILOSOPHY Disappearing Ink: Early Modern Women Philosophers and Their Fate in History », dans Philosophy in a Feminist Voice, Princeton University Press (ISBN 9781400822324, DOI 10.1515/9781400822324.17, lire en ligne)

Annexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Élisabeth de Bohême face à Descartes, deux philosophes ?, ouvrage collectif sous la direction de D. Kolesnik et M-F. Pellegrin, Paris, Vrin, 2014.
    • I. Agostini, Le mythe du cartésianisme d’Élisabeth.
    • G. Belgioioso, Descartes, Élisabeth et le cercle cartésien de La Haye.
    • S. Ebbersmeyer, Épicure et argumentations épicuriennes dans la pensée d’Élisabeth.
    • D. Kolesnik-Antoine, M.-F. Pellegrin, Introduction : Élisabeth face à Descartes : deux philosophes.
    • M.-F. Pellegrin, Élisabeth, « chef des cartésiennes de son sexe ».
    • V. Le Ru, Élisabeth, l’élue de Bohême.
    • E. Mehl, L’Autre Philosophe : Élisabeth, dédicataire des « Principia Philosophiae ».
    • C. Leduc, Leibniz et Élisabeth : Réflexions sur Descartes et l’idée de Dieu.
    • D. Kambouchner, Le cas Élisabeth : générosité et mélancolie.
    • D. Kolesnik, Élisabeth philosophe : un cartésianisme empirique ?.
    • K. Schlierkamp, Description du projet LMU Munich. Les réseaux invisibles: les femmes dans la philosophie au début de l’époque moderne.
    • L. Shapiro, Je ne regrette rien : Élisabeth, Descartes et la psychologie morale du regret.