Jacqueline de Longwy

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Jacqueline de Longwy, comtesse de Bar-sur-Seine, née avant 1520 et morte le , est une aristocrate française.

Elle fut duchesse de Montpensier et dauphine d'Auvergne. Elle fut l'amie et confidente de la reine Catherine de Médicis. Acquise à la réforme protestante, on lui prête une influence importante sur la politique de conciliation menée par la reine-mère à son avènement au pouvoir.

Première épouse du duc de Montpensier, Louis III de Bourbon-Vendôme, elle fut la mère de six enfants, dont Charlotte de Montpensier, épouse du prince Guillaume d'Orange, le Taciturne.

Origine[modifier | modifier le code]

Jacqueline est née avant 1520. Fille de Jean IV de Longwy (-Neublans), seigneur de Givry, baron de Pagny et de Mirebeau (qui meurt en 1520) et de Jeanne d'Angoulême (née vers 1490- morte entre 1531 et 1538), sœur illégitime de François Ier. Jacqueline est donc la demi-nièce du roi.

Elle a deux sœurs, Claude Louise, abbesse de l'abbaye Notre-Dame de Jouarre, et Françoise de Longwy, dame de Pagny et de Mirebeau (1510-1561), mariée en premières noces à Philippe de Chabot, amiral de France, et en secondes noces en 1545, à Jacques de Perusse, seigneur d'Escars.

François Clouet dessina son portrait en 1550 (Chantilly, musée Condé).

Mariage[modifier | modifier le code]

En 1538, Jacqueline se marie avec Louis III de Montpensier, qui deviendra duc de Montpensier à la mort de sa mère, Louise de Bourbon le . À l'occasion de ce mariage, François Ier rend aux Montpensier les comtés de Forez, Beaujeu, et la Dombes. Un fils et cinq filles naissent de ce mariage :

En 1543, le dauphiné d'Auvergne est rétabli et Jacqueline en devient dauphine. En 1556, Jacqueline, et Diane de Poitiers ainsi que Madame de Montmorency, sont commises par la reine Catherine de Medicis à juger du procès de Mademoiselle de Rohan, l'une des protectrices du mathématicien François Viète, séduite et abandonnée par le duc Jacques de Nemours. Elle entretient les meilleurs rapports avec Jean V de Parthenay et on la soupçonne alors de sympathie huguenote. Elle meurt à Paris le 28 août 1561 et n'a été duchesse de Montpensier que pendant deux mois. Son époux se remarie après sa mort avec Catherine de Lorraine.

Sources[modifier | modifier le code]

  • Jules Bonnet, François Viète, Mémoire de la vie de Jean V de Parthenay dit Soubise en ligne

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Rosine A. Lambin, Femmes de paix : la coexistence religieuse et les dames de la noblesse en France, 1520-1630, Éditions L'Harmattan, .
  • Eugénie Droz, Chemins de l'hérésie, textes et documents, t. III, Éditions Slatkine, .