Élie Vinet

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
image illustrant un écrivain image illustrant français
image illustrant un historien image illustrant français
Cet article est une ébauche concernant un écrivain français et un historien français.

Vous pouvez partager vos connaissances en l’améliorant (comment ?) selon les recommandations des projets correspondants.

Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Vinet.
Élie Vinet
Élie vinet.jpg

Portrait présumé d’Élie Vinet.

Biographie
Naissance
Décès
Activités

Élie Vinet (1509-1587) est un humaniste français, philologue, archéologue, traducteur et historien de la Renaissance.

Biographie[modifier | modifier le code]

Élie Vinet est né en 1509 aux Vinets, dans la commune de Saint Médard. Après une enfance à Barbezieux, il fait ses études à Angoulême, puis à Poitiers, où il est reçu maître ès arts. Il fréquente, à la cour de Cognac, Louise de Savoie, puis Marguerite d'Angoulême. Il vient à Paris se perfectionner en grec et en mathématiques.

En 1539, il est appelé par André de Gouveia comme régent au collège de Guyenne fondé en 1533 à Bordeaux. Hormis quelques voyages à Coïmbre et à Paris, il professe au collège jusqu'à sa mort en 1587 et il en sera principal en 1556, de 1562 à 1570, puis de 1573 à 1587. Il rénove la pédagogie, avec des méthodes d'enseignement destinées à des « têtes bien faites » et une discipline plus humaine[1]. Professeur de Joseph Juste Scaliger, en correspondance avec de nombreux érudits, on garde trace de son écriture[2] au travers des lettres qu'il échangea avec le philologue Pierre Daniel (d'Orléans)[3].

Son œuvre[modifier | modifier le code]

Élie Vinet est considéré comme le fondateur de l'érudition à Bordeaux. Il s'intéresse au patrimoine romain bordelais et en laissera des reconstitutions qui restent un modèle pour les historiens.

Il est en particulier l'auteur d'ouvrages historiques, L'Antiquité de Bordeaux et celle d'Angoulême en 1567, L'Antiquité de Saintes et de Barbezieux en 1568 et L'Antiquité de Bourdeaus et de Bourg présentée au Roi Charles neufiesme en 1574[4].

Il a effectué de très nombreuses traductions, notamment d'Ausone et de Catulle, telles que celle des Ausonii Burdigalensis carmina en 1580. En 1546, il publie la première traduction française connue de la Vie de Charlemagne d'Eginhard.

Il s'est aussi intéressé aux sciences et a publié La Manière de faire le solaire que communément on appelle cadrans.

Publications[modifier | modifier le code]

  • L'Arpanterie. Livre de geometrie, enseignant à mezurer les champs, et pluzieurs autres chozes, 1577 (Lire en ligne).
  • L'Antiquité de Bordeaux et celle d'Angoulême, 1567.
  • L'Antiquité de Saintes et de Barbezieux, 1568.
  • L'Antiquité de Bourdeaus et de Bourg présentée au Roi Charles neufiesme (1574).

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Présentation par le lycée Élie Vinet
  2. Écriture de l’humaniste bordelais Élie Vinet (1509-1587) ; Lettre adressée à Pierre Daniel Bern, Burgerbibliothek, cod. 141, f. 23]
  3. Publié par la Librairie Droz : Elie Vinet Humaniste de Bordeaux (ISBN 2600030697)
  4. Élie Vinet

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Louis Desgraves, Élie Vinet humaniste de Bordeaux (1509-1587) : vie, bibliographie, correspondance, bibliothèque, Genève, Droz, (lire en ligne).

Liens externes[modifier | modifier le code]