Polyhistor (livre)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Polyhistor.

Le Polyhistor, ou Collectanea Rerum Memorabilium ou encore De mirabilibus mundi (Des merveilles du monde) est une sorte d'encyclopédie ou de résumé de la science antique dû à l'auteur romain Solin (IIIe siècle ou IVe siècle).

Histoire[modifier | modifier le code]

Cet ouvrage fut l'un des éléments principaux du Trésor de Brunetto Latini avant d'être perdu, mais dont un certain nombre d'éléments ont été maintes fois copiés ou recopiés. De plus, selon plusieurs auteurs de la Renaissance, un moine l'aurait abrégé en lui donnant une forme poétique en latin, avant le VIe siècle selon G. J. Vossius[1], ou plus tardivement, selon Fabricius. Ce dernier cite le témoignage de Petrus Diaconus, qui attribue à son homonyme Pierre Diacre l'interprétation en vers du polygraphe romain[2].

L'original de cette version poétique est perdu, mais des extraits (Solini excerpta) en ont été retrouvés à la Bibliothèque royale de Belgique dans un codex réunissant 8 opuscules conservés sous le n° 8885 de l'Inventaire des manuscrits.

Un autre codex de la Bibliothèque nationale de France, coté n° 8519, renferme les vingt-deux vers du même tome XVI (avec certaines différences) du Ponticon de J. Solin[3]. L'étude de ces fragments semble indiquer que l'auteur serait Thierry (Theodericus) et non Pierre Diacre. Thierry aurait pu être un moine d'origine allemande ayant vécu dans le couvent du Mont-Cassin vers 1040[4]. Quant à Étienne, dont il cite les encouragements, il aurait pu être un moine de ses confrères nommé Frédéricus puis renommé Étienne, devenu abbé puis pape en 1057[5].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « Ante sexcentos annos a monacho carmine est versus heroïco, quod carmen superest » G. J. Voss., De historicis lat., p. 721. Lugd. Batav., 1651, in-4°, cité par Léopold Latapie, « Mémoire sur l'abrégé poétique du Polyhistor de C. J. Solin, par Thierry, attribué jusqu'ici à Pierre Diacre », Bulletin de l'Académie Royale des Sciences, des Lettres et des Beaux-Arts de Belgique,‎ , p. 80 (lire en ligne)
  2. « Petrus Diaconus Casinensis chartularius ac bibliothecarius in ann. M. C. XXVIII, annum XXI agebat..., Solinum de miraculis breviavit. » Petrus Diaconus, De viris illustribus Casinensibus. Mutatori, t. VI , p. 29, cité par Léopold Latapie, « Mémoire sur l'abrégé poétique du Polyhistor de C. J. Solin, par Thierry, attribué jusqu'ici à Pierre Diacre », Bulletin de l'Académie Royale des Sciences, des Lettres et des Beaux-Arts de Belgique,‎ , p. 80 (lire en ligne)
  3. Voir Bulletins de l'Académie Royale : fragment publié par Burmann, Anthologia latina f t. II, p. 385.; <Joann Ulitius, Venatio antiqua, Lugd. Batav., Elzev., 1645, in-12.;P. Pithou et Saumaise, Exercitationes Plinianae, prolegomen in Solinum Voir notamment Google Livres.
  4. Bulletin de l'Académie royale des sciences, lettres et des Beaux-Arts de Belgique, TOME XVI. - II™ PARTIE. - 1849.
  5. Stephanus /X Germanus, baronio et aliis X primum dictus Fredericus fuit primum ecclesiae liomanae bibliothecarius et cancellarius, postea monachus et abbas Cusinensis, tandem papa ab anno 1057, mense Junio usque ad annum sequentem^d Mart. (Petrus Diaconus, De Viris illustr. Casin., c. XVII.)

Lien externe[modifier | modifier le code]