Église Saint-Éloi de Bordeaux

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Église Saint-Éloi.

Église Saint-Éloi de Bordeaux
Image illustrative de l’article Église Saint-Éloi de Bordeaux
Église Saint-Éloi accolée à l'arche de la Grosse cloche
Présentation
Culte Catholique romain
Forme extraordinaire
Type Église
Début de la construction XIIe siècle
Fin des travaux 1497 (consécration)
Style dominant Architecture gothique
Protection Logo monument historique Classé MH (1921)[1]
Géographie
Pays Drapeau de la France France
Région Nouvelle-Aquitaine
Département Gironde
Ville Bordeaux
Coordonnées 44° 50′ 08″ nord, 0° 34′ 16″ ouest

Géolocalisation sur la carte : Bordeaux

(Voir situation sur carte : Bordeaux)
Église Saint-Éloi de Bordeaux

Géolocalisation sur la carte : France

(Voir situation sur carte : France)
Église Saint-Éloi de Bordeaux

L’église Saint-Éloi est une église historique de Bordeaux en Gironde, située contre la porte de la Grosse Cloche. C’était l’église de la Jurade de Bordeaux.

Elle est classée monument historique depuis le .

Histoire[modifier | modifier le code]

Une première chapelle romane dédiée à saint Éloi (588-659), conseiller du roi Dagobert, est construite au XIIe siècle hors des murs d’enceinte au sud de la ville. Une seconde église est construite en style gothique en 1245, le faubourg s’agrandissant rapidement avec un second rempart. C'est alors que l'église devient l'église de la Maison de la Ville, à l'époque où Bordeaux est possession anglaise.
La Maison de la Ville était dirigée par un maire assisté de douze jurats (ils seront cinquante plus tard) qui avait obtenu en 1214 le célèbre privilège de la libre circulation des vins. C'est ici qu'avait lieu la cérémonie de transmission des pouvoirs des jurats. Elle se tenait le 24 juillet, veille de la fête de saint Jacques et de saint Christophe. Les jurats venaient en procession jurer d'élire les « successeurs les meilleurs et les plus capables » et s’enfermaient en conclave. Une fois les élections déroulées, les jurats se rendaient en procession au son des trompettes à la cathédrale Saint-André proclamer les résultats et prêter serment. Ils assistaient ensuite à la messe du Saint-Esprit tous ensemble à Saint-Éloi, le 1er août, où ils promettaient de gouverner fidèlement la ville et de protéger les pauvres.

L'église se trouve contre le second mur d'enceinte. L'église est remaniée à la fin du XVe siècle et consacrée le par le cardinal d'Espinay. Elle devient l'église paroissiale du faubourg Saint-Éloi, alors quartier commerçant et prospère.

Eglise Saint-Eloi de Bordeaux
Vue de la Grosse Cloche
Eglise Saint-Eloi de Bordeaux
Église Saint-Éloi de Bordeaux

Elle est transformée en magasin à fourrage à partir de 1790 par les révolutionnaires et échappe ainsi à la destruction. Elle est restaurée au milieu du XIXe siècle et la façade remaniée en 1828 par l'architecte Poitevin.

L'église est fermée au culte dans les années 1980 et abrite des archives. Puis fermée, elle est squattée et vandalisée. Cependant les autorités du diocèse, à court de moyens, ne peuvent restaurer l'église qui menace ruine, et la municipalité laisse faire. Finalement elle est occupée par une association catholique traditionaliste, en 2002, qui entreprend de la restaurer avec l'autorisation de la mairie. Après avoir essayé de déloger les traditionalistes, les autorités diocésaines acceptent en 2007, une fois les travaux de restauration largement entrepris, de l'affecter à l'association dirigée par les prêtres de l’Institut du Bon-Pasteur qui célèbrent selon le rite tridentin[2], en accord avec l’autorisation récente du Saint-Siège. Le séminaire de l'institut est à Courtalain.

Après sa mise à disposition d’une association catholique traditionaliste par le maire Alain Juppé, le monument a été pendant quelques années au centre d’une polémique. Le 10 décembre 2002, le tribunal administratif de Bordeaux a annulé la délibération prise le 28 janvier 2002 concernant cette mise à disposition. Le jugement a été confirmé en cour administrative d’appel le 27 avril 2004. Enfin, le pourvoi en cassation de cette « Association église Saint-Éloi » a été rejeté par le Conseil d’État le 2 mars 2005. Les décisions de justice n'avaient pas été exécutées et l’église demeurait le siège des traditionalistes catholiques bordelais quand, le 1er février 2007, cesse la polémique : le cardinal Ricard attribue à l’Institut du Bon-Pasteur la paroisse Saint-Éloi.

Saint-Éloi est l'une des quatre églises de l'agglomération bordelaise célébrant la messe selon le rite tridentin (forme extraordinaire du rite romain).

Architecture[modifier | modifier le code]

L’église mesure 35 mètres de long et plus de 12 mètres de hauteur dans la nef et 5 mètres pour l’unique bas-côté. Le chœur est légèrement dévié pour suivre la ligne des remparts. Il possède un maître-autel remarquable du XVIIIe siècle. Près de la porte se trouve une inscription funéraire (classée) de 1633, de Théophile de Lauvergnac et de sa famille. Les autels sont néogothiques. Les orgues ont été restaurées au début des années 2010.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Notice no PA00083171, base Mérimée, ministère français de la Culture
  2. C'est-à-dire en latin, avec l'autel au fond du chœur et le prêtre tournant le dos à l'assistance, comme avant le rite de 1969.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Sources et bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Abbé Pierre Brun, Les églises de Bordeaux, Bordeaux, Delmas, 1953

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]