Élections législatives lettonnes de 2010

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Élections législatives lettonnes de 2010
Voir et modifier les données sur Wikidata
Type d’élection Élections législatives lettonnes
Valdis Dombrovskis - World Economic Forum on Europe 2010.jpg Unité – Valdis Dombrovskis
Voix 301 424
31,22 %
Sièges obtenus 33  +15
Jānis Urbanovičs, 2004-08-16.jpg SC – Jānis Urbanovičs
Voix 251 397
26,04 %
Sièges obtenus 29  +12
Aivars Lembergs 2012.jpg ZZS – Aivars Lembergs
Voix 190 025
19,68 %
Sièges obtenus 22  +5
Carte
Vainqueur des élections par circonscription électorale
Premier ministre de LettonieVoir et modifier les données sur Wikidata
Sortant Élu
Valdis Dombrovskis Valdis DombrovskisVoir et modifier les données sur Wikidata

Les élections législatives lettonnes de 2010 se sont déroulées le en Lettonie, dans le but d'élire les cent députés siégeant au Saeima. Treize partis ou coalitions, pour un total de mille deux cent trente-neuf candidats, se sont présentés dans les cinq circonscriptions électorales du pays, correspondant aux quatre régions historiques et à la ville de Riga.

La coalition de centre droit du ministre-président sortant, Valdis Dombrovskis, s'est largement imposée avec près de 60 % des suffrages[1]. C'est donc la seconde fois, après 2006, que le chef du gouvernement obtient un second mandat dans les urnes.

Contexte[modifier | modifier le code]

Menace d'élections anticipées, démission du gouvernement[modifier | modifier le code]

Au début de l'année 2009, plusieurs personnalités politiques ont estimé que, face aux violentes manifestations dues aux effets dévastateurs de la crise financière mondiale, il était nécessaire de convoquer des élections législatives anticipées, afin de répondre à la colère du peuple. Le président Valdis Zatlers a alors demandé au Saeima d'approuver, d'ici au 31 mars, des réformes de la Constitution et de la loi électorale, faute de quoi il convoquerait un référendum dans le but de faire dissoudre le Parlement[2].

Bien qu'il ait survécu à une motion de censure le 4 février[3], le Premier ministre Ivars Godmanis, issu du Premier Parti de Lettonie/Voie lettonne (LPP-LC), démissionne seize jours plus tard, après que ses deux plus importants partenaires de coalition, le Parti populaire (TP) et l'Union des verts et des paysans (ZZS), eurent réclamé sa démission[4]. Il a alors été envisagé de former un gouvernement intérimaire[5], suivi d'élections anticipées, ce qui a engendré un débat sur l'utilisation de la prérogative présidentielle de dissolution du Saeima par Valdis Zatlers[6]. Le chef de l'État a finalement décidé, le 23 février, de repousser son ultimatum d'une semaine, laissant au Parlement jusqu'au pour adopter les réformes proposées[7].

La mission confiée au Saeima était d'adopter un amendement constitutionnel permettant au peuple lui-même de dissoudre le Parlement, de modifier la loi électorale et de mettre en place un conseil de surveillance économique pour le plan de relance et les prêts internationaux, tandis que le futur gouvernement devait proposer ledit plan de relance et le mettre en œuvre, nommer un nouveau directeur du conseil de prévention de la corruption, et réformer l'administration publique et gouvernementale[8]. Le chef de l'État a ensuite fait savoir qu'il discuterait avec tous les partis politiques le 31 mars, et qu'il prendrait immédiatement des décisions[9]. Au jour prévu, il déclare renoncer à la dissolution du Saeima, celui-ci ayant convenu d'examiner les amendements réclamés le 9 avril[10].

Crise, récession, rigueur[modifier | modifier le code]

Après avoir connu plusieurs années de forte croissance économique grâce à la consommation intérieur, un dynamique marché de l'immobilier et l'accès facile au crédit, la Lettonie a été violemment touchée par la crise économique mondiale[11], la croissance s'effondrant de 10,2 % en 2007 à -18 % deux ans plus tard. Le taux de chômage a également bondi de 5 % en à 15 % peu après. Le pays est sauvé de la faillite grâce à des prêts du Fonds monétaire international, de l'Union européenne, de la Banque mondiale, de la BERD et de ses voisins nordiques, en échange desquels il s'est engagé à réduire son déficit public de façon draconienne. Les pensions de retraite sont réduites de 10 %, le traitement des fonctionnaires de 35 %, la fonction publique perd treize mille emplois en dix mois, tandis que l'impôt sur le revenu et la taxe sur la valeur ajoutée augmentent chacun de 3 %.

Coalition au pouvoir[modifier | modifier le code]

À la suite de la démission de Godmanis, Valdis Dombrovskis, ancien ministre des Finances d'Einars Repše et alors député européen, est nommé Premier ministre le , à la tête d'un gouvernement de coalition réunissant son parti Nouvelle Ère (JL), le Parti populaire (TP), l'Union des verts et des paysans (ZZS), Pour la patrie et la liberté (TB/LNNK) et la nouvelle Union civique (PS). Celle-ci disposait de 67 sièges au Seimas jusqu'au retrait du TP, qui comptait 23 élus, le .

Pour le scrutin, la JL et la PS se sont alliés, avec la Société pour une autre politique (SCP) au sein de la coalition « Unité », tandis que ZZS et TB/LNNK ont préféré se présenter en dehors de cette alliance électorale.

Modifications de la loi électorale[modifier | modifier le code]

De nombreuses modifications ont touché la loi électorale à l'occasion de ce scrutin[12] : la « loi locomotive », qui permettait à tout candidat de se présenter dans plusieurs circonscriptions à la fois, favorisant ainsi les partis présentant des candidats populaires, a été abrogée, les nouvelles dispositions limitant les possibilités de se présenter que dans une seule circonscription ; les partis devaient remplir un formulaire d'enregistrement électronique ; les horaires de vote ont été raccourcis, les bureaux fermant désormais à 20h au lieu de 22h ; et le contrôle des dépenses a été renforcée, y compris les dépenses de tiers au profit de certains partis.

Partis et coalitions[modifier | modifier le code]

Liste des partis et coalitions présentant des candidats, dans l'ordre retenu par la commission électorale centrale (CVK)[13] :

Nom français Nom letton
Pour les droits de l'homme dans une Lettonie unie Par cilvēka tiesībām vienotā Latvijā
Unité VIENOTĪBA
Fabriqué en Lettonie Ražots Latvijā
Centre de l'harmonie Politisko partiju apvienība "Saskaņas Centrs"
Contrôle populaire Tautas kontrole
Union des verts et des paysans Zaļo un Zemnieku savienība
Pour une République présidentielle "Par prezidentālu republiku"
Pour une bonne Lettonie Partiju apvienība "Par Labu Latviju"
Responsabilité "ATBILDĪBA — sociāldemokrātiska politisko partiju apvienība"
Daugava – Pour la Lettonie Partija "Daugava — Latvijai"
Le Dernier Parti "Pēdējā partija"
Alliance nationale « Tout pour la Lettonie !Pour la patrie et la liberté/LNNK » Nacionālā apvienība "Visu Latvijai!" — "Tēvzemei un Brīvībai/LNNK"
Union chrétienne-démocrate Kristīgi demokrātiskā savienība

Débats pré-électoraux[modifier | modifier le code]

Un grand nombre de débats ont eu lieu sur les différentes chaînes de télévision du pays, impliquant les dirigeants des partis ou une figure de premier plan :

  • LNT a organisé sept débats électoraux, donc cinq selon une base régionale. Étaient conviés tous les partis recueillant au moins 2 % d'intentions de vote dans les sondages ;
  • LTV a organisé onze débats électoraux, cinq selon une base régionale, cinq par thèmes – finances, prospérité, santé, économie et développement, éducation et culture –, tous avec les partis recueillant au moins 2 % d'intentions de vote, le onzième réunissant les formations n'atteignant pas ce seuil ;
  • PBK a organisé deux débats avec seulement quatre partis, ceux qui atteignaient au moins 5 % d'intentions de vote. Le ministre-président Valdis Dombrovskis, chef de file de la coalition Unité, a refusé de participer au second débat, à la suite de remarques controversées du modérateur lors du premier. Sa coalition a ensuite fait le choix de ne pas le remplacer et est donc restée absente du débat[14].

Résultats[modifier | modifier le code]

Composition de la Xe Saeima après les élections de 2010
Résultats officiels partiels[15]
Parti/Coalition Voix  % Sièges
Unité 299 742 30,70 33
Centre de l'harmonie 251 047 25,71 29
Union des verts et des paysans 189 749 19,43 22
Pour une bonne Lettonie 73 748 7,55 8
Alliance nationale 73 599 7,54 8
Autres 53 916 5,72 0

Analyse[modifier | modifier le code]

La coalition au pouvoir, qui réunissait les partis membres d'Unité, de l'Union des verts et des paysans (ZZS) ainsi que l'Alliance nationale, a remporté 57,68 % des suffrages et 63 sièges au Saeima, en progression de 19 sièges par rapport aux 44 députés qui soutenaient le gouvernement Dombrovskis I. C'est la seconde fois, après les élections législatives de 2006, que le Premier ministre sortant se voit confirmé lors d'élections législatives.

Le gouvernement Dombrovskis II a été formé le 3 novembre suivant et est uniquement constitué d'Unité et de la ZZS.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Législatives en Lettonie : la coalition sortante l'emporte, Radio France internationale, le
  2. (en) Si le Saeima n'amende pas la Constitution au 31 mars, Zalters proposera la dissolution du Parlement, The Baltic Course, le
  3. (en) Le Premier ministre letton remporte un vote de confiance crucial, Earth Times, le
  4. (en) Le parti pro-russe jauge une possible participation à la coalition lettone, RIA Novosti, le
  5. (en) Rimsevics : le nouveau gouvernement devrait être formé en une semaine, The Baltic Course, le
  6. (en) Problèmes sociaux, économiques et pression politique après la démission du ministre-président letton, People's Daily Online, le
  7. (en) Le président letton déclare que des élections anticipées sont possibles, d'après Associated Press, le
  8. (en) Le président letton espère que ses missions seront accomplies, The Baltic Course, le
  9. (en) Zatlers attend la conclusion des audits gouvernementaux au 31 mars, The Baltic Course, le
  10. (en) Zatlers ne dissout pas le Parlement, The Baltic Times, le
  11. (fr) Élections législatives en Lettonie – 2 octobre 2010, Fondation Robert-Schuman
  12. (lv) Les locomotives électorales quittent la voie, Kasjauns, le
  13. (en) (lv) Partis présentant des candidats aux élections législatives du 2 octobre 2010, sur le site de la commission électorale centrale
  14. (lv) PBK : si Dombrovskis ne veut pas venir, nous discuterons à trois, Diena, le
  15. (lv) Compilation des dépouillements sur le site de la commission électorale centrale

Annexes[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]