Élection présidentielle en Tunisie

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

L'élection présidentielle en Tunisie est un scrutin permettant la désignation au suffrage universel du président de la République tunisienne pour un mandat de cinq ans. Le premier président élu fut Habib Bourguiba en 1959. Les élections ont lieu durant les trente derniers jours du mandat présidentiel en cours.

Qualité d'électeur[modifier | modifier le code]

Chaque électeur doit :

  • être âgé d'au moins 18 ans le jour du scrutin ;
  • être un citoyen tunisien ou naturalisé depuis au moins cinq ans ;
  • jouir de ses droits civils et politiques ;
  • n'avoir jamais été condamné pour un crime ou un délit (avec une peine de prison de plus de trois mois sans sursis), mis sous tutelle, déclaré en faillite non réhabilitée, être atteint de maladie mentale, être en service actif dans l'armée ou les forces de sécurité intérieures[1].

Candidatures[modifier | modifier le code]

Conditions[modifier | modifier le code]

Chaque candidat doit :

  • avoir la qualité d'électeur ;
  • être musulman ;
  • être de nationalité tunisienne depuis la naissance sans discontinuité et avoir exclusivement cette nationalité ;
  • être de père, de mère, de grands-pères paternel et maternel tunisiens demeurés tous de nationalité tunisienne sans discontinuité ;
  • être âgé de 40 ans au moins et de 75 ans au plus le jour de la présentation de sa candidature.

Dépôt[modifier | modifier le code]

Les dépôts de candidature sont présentées au Conseil constitutionnel au cours du deuxième mois précédant le jour de l'élection. Aucune demande de candidature ne peut être retenue si elle n'est présentée à titre individuel ou collectif, par au moins trente citoyens parmi les membres de la Chambre des députés ou les présidents des conseils municipaux. Ces élus doivent adresser au Conseil constitutionnel une déclaration relative à la présentation du candidat qui doit être établie sur papier libre et comporter leurs signatures légalisées. Après vérification de la régularité des candidatures, le Conseil constitutionnel arrête la liste des candidats et en fait la déclaration trois jours après l'expiration du délai de présentation des candidatures.

Déroulement du scrutin[modifier | modifier le code]

Le président de la République est élu à la majorité absolue des suffrages exprimés. Lorsque cette majorité n'est pas obtenue au premier tour, un second tour est organisé le deuxième dimanche suivant le jour du scrutin. Ne peuvent participer au second tour que les deux premiers candidats ayant obtenu le plus grand nombre des suffrages exprimés au premier tour.

Historique[modifier | modifier le code]

Résultats[modifier | modifier le code]

Résultats des élections présidentielles depuis 1959
Élection Candidat Résultat Parti politique
8 novembre 1959[2] Habib Bourguiba 91 % Néo-Destour
8 novembre 1964[3] Habib Bourguiba 96 % Parti socialiste destourien (PSD)
2 novembre 1969[4] Habib Bourguiba 99,76 % PSD
3 novembre 1974[2],[5] Habib Bourguiba 99,85 % PSD
2 avril 1989[2] Zine el-Abidine Ben Ali 99,27 % Rassemblement constitutionnel démocratique (RCD)
20 mars 1994[6] Zine el-Abidine Ben Ali 99,91 %[7] RCD
24 octobre 1999[2],[8] Zine el-Abidine Ben Ali 99,45 %[9] RCD
Mohamed Belhaj Amor 0,31 % Parti de l'unité populaire (PUP)
Abderrahmane Tlili 0,23 % Union démocratique unioniste (UDU)
24 octobre 2004[10] Zine el-Abidine Ben Ali 94,49 % RCD
Mohamed Bouchiha 3,78 % PUP
Mohamed Ali Halouani 0,95 % Mouvement Ettajdid
Mounir Béji 0,79 % Parti social-libéral (PSL)
25 octobre 2009[11] Zine el-Abidine Ben Ali 89,62 % RCD
Mohamed Bouchiha 5,01 % PUP
Ahmed Inoubli 3,80 % UDU
Ahmed Brahim 1,57 % Mouvement Ettajdid
12 décembre 2011 Moncef Marzouki 75,74 % Congrès pour la République
21 décembre 2014[12],[13] Béji Caïd Essebsi 55,68 % Nidaa Tounes
Moncef Marzouki 44,32 % Congrès pour la République

Références[modifier | modifier le code]

  1. Rapport sur les élections législatives du 25 octobre 2009 (Union interparlementaire)
  2. a, b, c et d Samir Gharbi, « Radiographie d’une élection », Jeune Afrique, 2 novembre 1999
  3. Habib Bourguiba sur Le Grand Larousse Encyclopédique
  4. Centre d’études nord africaines, Annuaire de l’Afrique du Nord, éd. Université du Michigan/Centre national de la recherche scientifique, 1969, vol. 8, p. 389
  5. Proclamé président à vie par la Chambre des députés le 18 mars 1975, cette mesure est annulée le 25 juillet 1988 (après son éviction).
  6. Michel Camau et Vincent Geisser, Habib Bourguiba. La trace et l’héritage, éd. Karthala, Paris, 2004, p. 241 (ISBN 2845865066)
  7. Encarta avance le chiffre de 99,80 %.
  8. (en) Anthony H. Cordesman, A Tragedy of Arms. Military and Security Developments in the Maghreb, éd. Greenwood Publishing Group, 2002, p. 250 (ISBN 0275969363)
  9. Encarta avance le chiffre de 99,44 % et Le Canard enchaîné n°4581 (« Carthage de ses artères », 13 août 2008, p. 8) celui de 99,40 %.
  10. Résultats de l’élection présidentielle de 2004 (Présidence de la République tunisienne)
  11. Le président Ben Ali remporte l’élection présidentielle 2009 avec 89,62 % (Élections 2009)
  12. « Tunisie : le candidat laïque Béji Caïd Essebsi remporte la présidentielle avec 55,68 % des voix », Francetv info, 25 novembre 2014
  13. « Béji Caïd Essebsi promet d’être « le président de tous les Tunisiens » », Le Monde, 22 décembre 2014

Voir aussi[modifier | modifier le code]