Église Saint-Valéry de Varengeville-sur-Mer

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Église Saint-Valéry de Varengeville-sur-Mer
Image illustrative de l’article Église Saint-Valéry de Varengeville-sur-Mer
Présentation
Culte Catholique romain
Type église paroissiale
Rattachement Diocèse de Rouen
Début de la construction XIIe, XIIIe, XVIe siècles
Protection Logo monument historique Classé MH (1924)
Géographie
Pays Drapeau de la France France
Région Normandie
Département Seine-Maritime
Ville Varengeville-sur-Mer
Coordonnées 49° 54′ 24″ nord, 0° 59′ 44″ est

Géolocalisation sur la carte : France

(Voir situation sur carte : France)
Église Saint-Valéry de Varengeville-sur-Mer

Géolocalisation sur la carte : Normandie

(Voir situation sur carte : Normandie)
Église Saint-Valéry de Varengeville-sur-Mer

Géolocalisation sur la carte : Seine-Maritime

(Voir situation sur carte : Seine-Maritime)
Église Saint-Valéry de Varengeville-sur-Mer

L'église Saint-Valéry de Varengeville-sur-Mer est une église, située sur le territoire de la commune de Varengeville-sur-Mer, dans le département français de la Seine-Maritime, non loin de Dieppe.

Histoire[modifier | modifier le code]

La construction de l'église semble remonter pour sa partie nord aux XIIe et XIIIe siècles. Le porche d'entrée a été reconstruit au XVIe siècle. L'église est classée au titre des monuments historiques en 1924[1].

Caractéristiques[modifier | modifier le code]

L'église Saint-Valery et le cimetière marin sont situés au bord de la falaise, non loin du « Câtelier » que les autochtones nomment « la tombe du petit doigt de Gargantua ». Les tombes entourent l'édifice sauf du côté de l'abside.

Extérieur[modifier | modifier le code]

L'église se compose en effet de deux nefs : la plus ancienne au nord date des XIIe et XIIIe siècles et est construite en silex, elle est couverte par une belle charpente caractéristique du style roman. L'autre nef, plus récente, est en style gothique et construite en moellons de grès, matériau que l'on trouve également dans la région. Il suffit de regarder la plage en contrebas pour apercevoir les gros blocs de grès échoués ici et là. Son emploi en architecture est plus tardif que le silex. Cette nef est couverte d'une charpente caractéristique du style gothique.

Le porche d'entrée date du XVIe siècle et s'ouvre dans la nef Sud. Le carré du transept ainsi que le triple chevet plat sont voûtés sur croisée d'ogives[2].

Intérieur[modifier | modifier le code]

A l'intérieur de l'édifice, entre les deux nefs, on note le pilier-colonne polygonal, décoré de sculptures représentant une coquille Saint-Jacques (sans rapport avec le pèlerinage de Compostelle), des têtes de personnages dont certains coiffés à la mode Henri II, des rosaces, des blasons dont l'un porte un dauphin couronné et un soleil. Parmi les personnages figurés, l'un ressemble à un marin en train de vomir, l'autre à un chef indien, témoignages du voyage des Dieppois vers des terres lointaines.

Des vitraux modernes décorent l'édifice : ceux de Raoul Ubac et l'arbre de Jessé de Georges Braque. On trouve également des statues, dont celle de saint Valery de Leuconay, ainsi que son gisant au fond de l'édifice et des peintures dont une représentant Notre-Dame de Guadalupe et un tableau moderne de Michel Ciry[2].

Notes et références[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :