Aller au contenu

Église Saint-Pierre d'Argentière

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Église Saint-Pierre d'Argentière
Présentation
Type
Fondation
Diocèse
Paroisse
Paroisse Saint-Bernard-du-Mont-Blanc (d)Voir et modifier les données sur Wikidata
Dédicataire
Style
Construction
Consécration
Restauration
Extension
Religion
Patrimonialité
Objet français classé monument historique (d) (bas-relief en , retable en , ostensoir en )Voir et modifier les données sur Wikidata
Localisation
Département
Commune
Coordonnées
Carte

L'église Saint-Pierre d'Argentière est une église catholique française du XVIIIe siècle, située dans le département de la Haute-Savoie, sur le territoire de la commune de Chamonix, dans le hameau d'Argentière.

Historique[modifier | modifier le code]

L'église Saint-Pierre d'Argentière en janvier 2021.

L'église d'Argentière fut construite, au frais des habitants, en 1724 par des maçons originaire de la région du lac de Côme, afin d'éviter aux habitants d'Argentière de devoir se rendre à l'église de Chamonix, inaccessible en hiver. Elle fut consacrée par l'évêque de Genève, Michel-Gabriel Rossillon de Bernex, le [1]. Elle sera agrandie d'une travée et la façade fut refaite vers 1860.

Le , le bas-relief du retable est classé à titre objet des monuments historique[2]. Celui-ci date du XVIIe siècle et serait originaire d'Italie[3]. Il représente l'adoration des Mages. Par ailleurs, un ostensoir en argent est lui aussi classé à titre objet, le [4].

De 1965 à 1967, l'édifice fut entièrement restauré, en gardant son art baroque d'origine.

Un nouvel orgue a été installé en 2016 grâce au concours financier de la mairie et le soutien de la Fondation du patrimoine. La cérémonie de bénédiction du nouvel instrument a eu lieu en par l'évêque d'Annecy et en présence du maire de la commune Chamonix-Mont-Blanc[5].

Description[modifier | modifier le code]

L'église est édifiée dans un style baroque, et possède un retable classé. Elle est surmontée d'un clocher à bulbe, recouvert, depuis 1987, d'écailles en fer blanc étamé.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Raymond Oursel, Les chemins du sacré : L'art sacré en Savoie, Montmélian, La Fontaine de Siloé, coll. « Les Savoisiennes », , 393 p. (ISBN 978-2-84206-350-4, lire en ligne), p. 165-166.
  2. Notice no PM74000122, sur la plateforme ouverte du patrimoine, base Palissy, ministère français de la Culture
  3. Raymond Oursel, Les chemins du sacré : L'art sacré en Savoie, Montmélian, La Fontaine de Siloé, coll. « Les Savoisiennes », , 393 p. (ISBN 978-2-84206-350-4, lire en ligne), p. 365.
  4. Notice no PM74000124, sur la plateforme ouverte du patrimoine, base Palissy, ministère français de la Culture.
  5. M. B., Patrimoine religieux et laïcité : deux réalités parallèles ? in le trimestriel Le Mont Blanc, no 91 de mars 2018, pp. 16-17.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]