Église Saint-Marcel de Paris

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
(Redirigé depuis Église Saint-Marcel (Paris))
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Église Saint-Marcel.

Église Saint-Marcel
Image illustrative de l’article Église Saint-Marcel de Paris
Présentation
Culte Catholique romain
Type Église paroissiale
Rattachement Archidiocèse de Paris
Fin des travaux 1966
Architecte Daniel et Jean Michelin
Géographie
Pays France
Région Île-de-France
Département Paris
Ville Paris
Arrondissement 13e arrondissement
Coordonnées 48° 50′ 15″ nord, 2° 21′ 34″ est

Géolocalisation sur la carte : 13e arrondissement de Paris

(Voir situation sur carte : 13e arrondissement de Paris)
Église Saint-Marcel

Géolocalisation sur la carte : Paris

(Voir situation sur carte : Paris)
Église Saint-Marcel

L'église Saint-Marcel est située au 82 boulevard de l'Hôpital dans le 13e arrondissement de Paris et a pour patron le neuvième évêque de Paris qui avait choisi lui-même le lieu de sa sépulture, à l'emplacement actuel du croisement du boulevard Saint-Marcel et de l'avenue des Gobelins. Des reliques de saint Marcel sont contenues dans un reliquaire placé sous la tribune de l'église.

Historique[modifier | modifier le code]

La Collégiale Saint-Marcel[modifier | modifier le code]

Saint Marcel, neuvième évêque de Paris, fait partie des trois saints protecteurs de Lutèce avec saint Denis et sainte Geneviève.

Mort vers 436, il est inhumé le long de la voie romaine conduisant de Lutèce vers Lyon et l’Italie. L’oratoire élevé au-dessus de sa tombe devient un lieu de pèlerinage qui donne naissance au petit bourg de Saint-Marcel. Au VIe siècle, une chapelle y est élevée. Rebâtie à la fin du Xe siècle, elle devient collégiale en 1158. Elle est mentionnée dans une lettre du du Pape Adrien IV.

En 1790, l'église Saint-Martin du cloître Saint-Marcel est encore le siège de l'une des 52 paroisses urbaines du diocèse de Paris[1]. Son curé, l'abbé Pierre-André Jacquet, prête le serment constitutionnel avec ses 3 confrères prêtres de cette paroisse[2].

Cette église avec ses dépendances était située dans le quartier des Gobelins, à l’intérieur du quadrilatère formé par le boulevard Saint-Marcel, la rue Michel-Peter, la rue de la Reine Blanche et l’avenue des Gobelins. C'était une des églises des familles de lissiers de la manufacture des Gobelins.

Elle est démolie en 1806.

L'église actuelle[modifier | modifier le code]

Le , est posée la première pierre d'une église de style néogothique au 80, boulevard de l'Hôpital pour commémorer le souvenir du saint dans le quartier. Cette église reste en service jusqu'à Noël 1962 sous la dénomination de Saint-Marcel-de-la-Salpêtrière.

Cet édifice menaçant ruine, les chantiers du Cardinal et la ville de Paris, décident de construire une nouvelle église en béton au même emplacement en faisant appel à l'architecte Daniel Michelin. Son fils Jean Michelin s'occupa de diriger les travaux concernant le clocher, narthex, salle d'accueil, escalier, ascenseur.

Inaugurée le par le cardinal Feltin, elle est consacrée le par le cardinal Veuillot, archevêque de Paris, 129e successeur de St Marcel et qui figure sur le vitrail de la façade réalisé en 1993. Le porche et le clocher ont été inaugurés par le Cardinal Lustiger le

Description[modifier | modifier le code]

L'église est divisée en deux parties : l'église basse sert aujourd'hui de salle de conférence, tandis que l'église haute de 900 mètres carrés de surface, est utilisée régulièrement pour la messe du dimanche, et est desservie par un grand escalier donnant accès au narthex, ainsi que par un ascenseur.

Le Maître-autel, surélevé, taillé dans un granit bleu du Tarn, ainsi que les fonts baptismaux. Au centre du chœur se trouve un nouveau crucifix (2011),œuvre de Mgr Michel Aupetit. Dans le chœur à gauche: l'évêque Marcel et à gauche une statue de la Vierge Marie, les deux œuvres en cuivre repoussé sont dues au maître Jean Cattant

Le clocher pyramidal a été construit par la ville de Paris, et s'élève à une hauteur de 25 mètres. Il est coiffé d'un coq donnant des informations météorologiques aux habitants du quartier. Trois cloches ont été installés dans le clocher : Honorine, Geneviève et Rosalie. La première provient de l'ancienne église. Les deux autres proviennent du théâtre Sarah Bernhardt et sont un don de la ville de Paris.

Le vitrail de la façade a été réalisé par le maître verrier Guérin et représente saint Marcel. Les deux chapelles sont éclairées par des vitraux dessinés par Isabelle Rouault, la fille du peintre Georges Rouault. Ils ont été exécutés par Paul et Adeline Bony. Les couleurs dominantes sont le pourpre au levant (chapelle du St Sacrement) et le bleu au couchant (chapelle St Marcel).

Le Chemin de croix, sur le bas-côté droit, est en émaux cuits sur lave, dû à une amie d'Isabelle Rouault: Francesca Guerrier. Sur le bas-côté gauche une longue tapisserie, tissée sur un carton du peintre cartonnier Gustave Singier (1909-1984), par la Manufacture nationale des Gobelins

Le grand orgue, 53 jeux, 3 claviers et pédalier, d'esthétique néoclassique, a été construit et installé par la maison de facture d'orgues Beuchet-Debierre, en 1967. L'organiste titulaire est Véra Nikitine, qui a pris la succession de Jean-Michel Louchart en 2017.

Curés de l'église Saint-Marcel[modifier | modifier le code]

2017-fr.wp-orange-source.svg
Cette section ne cite pas suffisamment ses sources (juillet 2018)
Pour l'améliorer, ajoutez des références vérifiables [comment faire ?] ou le modèle {{Référence nécessaire}} sur les passages nécessitant une source.

Sources[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

  • Guide paroissial de Paris Saint-Marcel, Mgr Antoine de Vial, Éditeur : Bayard service Édition
  • Les orgues de Paris
  • L'orgue libre Photos de l'orgue Beuchet-Debierre.

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Debure, gendre de feu d'Houry, Almanach Royal pour l'année 1789, Paris, Imp. Veuve d'Houry, s. d., p. 104). Consulter en ligne.
  2. Abbé Delarc, L'Église de Paris pendant la Révolution Française, 1789-1801, Paris, Desclées de Brouwer, s. d. (ca 1900), t. 1, chapitre VII, p. 334. Consulter en ligne.