Boulevard de l'Hôpital

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

5e, 13e arrts
Boulevard de l'Hôpital
Voir la photo.
Le boulevard de l'Hôpital
(Vue depuis la partie basse, au Nord-Est, au niveau de la gare d’Austerlitz).
Voir la plaque.
Situation
Arrondissements 5e
13e
Quartiers Jardin-des-Plantes
Salpêtrière
Début Place Valhubert
Fin Place d'Italie
Morphologie
Longueur 1 395 m
Largeur 43 m
Historique
Création 1760
Dénomination 9 août 1760
Géocodification
Ville de Paris 4567
DGI 4649
Géolocalisation sur la carte : Paris
(Voir situation sur carte : Paris)
Boulevard de l'Hôpital
Images sur Wikimedia Commons Images sur Wikimedia Commons

Le boulevard de l'Hôpital est un boulevard du 13e arrondissement de Paris qui longe aussi le 5e arrondissement.

Situation et accès[modifier | modifier le code]

Long de 1 395 mètres, il part de la gare de Paris-Austerlitz, en prolongement du pont d'Austerlitz, et monte en pente douce vers la place d'Italie qu'il rejoint à l'angle de la mairie d'arrondissement. Il dessert le Jardin des plantes et l'hôpital de la Pitié-Salpêtrière. Il suit le parcours de la ligne 5 du métro sur quatre stations.

Le boulevard est un important axe de circulation automobile, bordé d'établissements publics : commissariat général du 13e, École nationale supérieure d'arts et métiers (ENSAM) au no 151, Maison des sciences économiques qui s'ajoutent à ceux déjà cités. Il comporte assez peu de commerces et d'activités de loisir en dehors des boutiques de proximité et des brasseries proches de la gare de Paris-Austerlitz. Le campus principal de l'ENSAM est le centre d'enseignement et de recherche (CER) le plus important de France : il accueille 950 élèves de dernière année[1].

Entre la Seine et le boulevard Saint-Marcel
Entre le boulevard Saint-Marcel et la place d'Italie

Origine du nom[modifier | modifier le code]

Cette voie porte ce nom en raison de son voisinage de l'hôpital de la Pitié-Salpêtrière.

Historique[modifier | modifier le code]

Le boulevard de l'Hôpital est l'un des « boulevards du Midi » de Louis XIV, dont la construction devait compléter la ceinture de boulevards déjà réalisée sur la rive droite. Le tracé envisagé par Pierre Bullet vers 1670, symétrique de celui des boulevards du nord en cours d'aménagement, aboutissait au bord de la Seine près de la porte Saint-Bernard. Ce tracé fut déplacé à l'est du jardin du Roi (actuel jardin des Plantes) par un arrêt du 4 novembre 1684. Une allée reliant le Jardin du Roi à la Seine fut aménagée en 1687 à l'emplacement de la partie basse, orientale, de l'actuel Jardin des plantes, à l'ouest du futur boulevard de l'Hôpital, nommée « desserte du Jardin-du-Roi » ou « rue du rempart Saint-Victor »[2]. Un chantier et dépôt de bois se trouvait en 1735 dans ce secteur, jusqu'à ce que Buffon rachète ce terrain pour agrandir le jardin du roi jusqu'à la Seine. En 1752, le bureau de la ville décida de paver et de planter d'arbres un large chemin de terre, qui existait partiellement à cette date, correspondant au boulevard de l'Hôpital, et parfois appelé « route de Fontainebleau »[3]. Par ailleurs, l'ensemble du projet des « boulevards du Midi » est relancé par un arrêt du 9 août 1760.

Les travaux ont avancé lentement et le boulevard a finalement ouvert dans les années 1760 : c'était alors un itinéraire bien plus commode pour les cavaliers et les véhicules que celui, datant de l'antiquité, qui correspond à l'étroite et encombrée rue Mouffetard. C'est ce parcours qu'évoque Gustave Flaubert dans L'Éducation sentimentale : « On s'arrêta longtemps à la barrière [barrière d'octroi à l'emplacement de l'actuelle place d'Italie]. On descendit le boulevard au grand trot. […] Enfin la grille du Jardin des plantes se déploya[4]. »

La partie située du côté des numéros impairs entre la rue Pinel et la rue Fagon marquait la limite des abattoirs de Villejuif.

Au XIXe siècle, le boulevard était loin d'être animé, mais pas aussi désert que les autres « boulevards du Midi ». Un guide de 1828 indique que « sur le boulevard de l’Hôpital, le mouvement de population recommence un peu ; on trouve des promeneurs, de jolis cafés et de beaux restaurants avec jardins[5] ».

Victor Hugo évoque le boulevard en 1823 dans Les Misérables : « Il y a quarante ans, le promeneur solitaire qui s’aventurait dans les pays perdus de la Salpêtrière, et qui montait par le boulevard jusque vers la barrière d’Italie, arrivait à des endroits où l’on eût pu dire que Paris disparaissait. Ce n’était pas la solitude, il y avait des passants ; ce n’était pas la campagne, il y avait des maisons et des rues ; ce n’était pas une ville, les rues avaient des ornières comme les grandes routes et l’herbe y poussait ; ce n’était pas un village, les maisons étaient trop hautes. Qu’était-ce donc ? C’était un lieu habité où il n’y avait personne, c’était un lieu désert où il y avait quelqu’un ; c’était un boulevard de la grande ville, une rue de Paris, plus farouche la nuit qu’une forêt, plus morne le jour qu’un cimetière »[6].

Vers 1850 c'était le lieu du marché aux chevaux, près de l'asile de la Salpêtrière. La peintre animalière Rosa Bonheur avait reçu l'autorisation préfectorale de s'habiller en homme pour pouvoir s'y installer et croquer les scènes. Dans le tableau du Metropolitan Museum, l'hôpital y est visible dans le fond à gauche[7].


Dans les projets de rénovation de Paris de l'après-guerre (plan d'urbanisme directeur de 1959), le boulevard de l'Hôpital devait être intégré dans une autoroute urbaine traversant Paris du sud au nord, qui aurait rejoint le boulevard Richard-Lenoir sur la rive droite. Ce plan n'a jamais été mis en œuvre, de sorte que le tracé du boulevard n'a guère évolué depuis les origines.

Le 23 mai 1918, durant la première Guerre mondiale, les nos 104, 106 et 108 du boulevard de l'Hôpital situés à proximité de l'usine d'automobiles Delahaye, rue Pirandello, usine qui travaillait alors pour l'armement, sont touchées lors d'un raid effectué par des zeppelins et des avions allemands[8].

Bâtiments remarquables et lieux de mémoire[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. « Centres et instituts », www.ensam.fr.
  2. Sa partie ouest correspond actuellement à la moitié ouest de la rue Buffon : Jacques Hillairet, Dictionnaire historique des rues de Paris, Éditions de Minuit.
  3. Jacques Hillairet, Op. cit., p. 636-640 et Yoann Brault, Du boulevard au cours du Midi (chapitre dans les Grands boulevards), Paris, Action artistique de la Ville de Paris, , 239 p. (ISBN 2-913246-07-9), p. 112.
  4. L'Éducation sentimentale, deuxième partie, chapitre 1, Gallimard Folio, 1974, p. 122-123.
  5. Richard, Le Véritable Conducteur parisien, éditeur Roy et Compagnie, 1828, p. 323.
  6. Les Misérables, livre quatrième : La Masure Gorbeau, chapitre I : « Maître Gorbeau ».
  7. (en) « Le Marché aux Chevaux », sur Metropolitan Museum (consulté le )
  8. Exelsior du 8 janvier 1919 : Carte et liste officielles des bombes d'avions et de zeppelins lancées sur Paris et la banlieue et numérotées suivant leur ordre et leur date de chute
  9. « ANDREZOWSKI Robert - Maitron », sur maitron.fr (consulté le )

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]