Zino Francescatti

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Zino Francescatti

Nom de naissance René-Charles Francescatti
Naissance 9 août 1902
Marseille
Drapeau de la France France
Décès 17 septembre 1991 (à 89 ans)
La Ciotat
Drapeau de la France France
Activité principale Violoniste
Collaborations Maurice Ravel, Robert Casadesus
Élèves Gérard Poulet, Gaëtane Prouvost, Régis Pasquier

René-Charles Francescatti, dit Zino Francescatti, né à Marseille le 9 août 1902, mort à La Ciotat le 17 septembre 1991, est un violoniste et pédagogue français d'origine italienne.

Biographie[modifier | modifier le code]

Ses parents sont musiciens ; son père, For­tu­nato Fran­ces­catti (1858-1923), lui-même violoniste, a été formé par Camillo Sivori, le meilleur élève de Niccolò Paganini. Zino Francescatti est un enfant prodige, il se produit en public avec le concerto de Beethoven à l'âge de dix ans. Ses débuts lui promettent une carrière brillante ; cependant, son départ pour les États-Unis avant la guerre et sa semi-retraite pendant la durée du conflit la mettent quelque peu en veilleuse. Francescatti garde toutefois intacte l'admiration de ses pairs, et après la guerre, surtout dans les années 1950, il est un virtuose mondialement demandé.

La carrière de Zino Francescatti est marquée par quatre autres artistes : Jacques Thibaud, qui le protège et l'encourage, Maurice Ravel, dont il est l'ami et l'interprète le plus fidèle (l'équivalent de Vlado Perlemuter pour le piano) ; Bruno Walter, qui le dirige souvent et avec qui l'entente est parfaite ; et Robert Casadesus, avec lequel il forme un duo de choix. Parmi les élèves de Francescatti, on compte Gérard Poulet, Gaëtane Prouvost, Régis Pasquier et Nina Bodnar.

Il prend sa retraite à La Ciotat, où il vit seize années paisibles jusqu'à sa mort en 1991. L'année précédente, la ville donne son nom à son conservatoire municipal de musique et d'art dramatique, lors d'une cérémonie en sa présence et celle de son épouse Yolande Potel. Celle-ci lègue au musée de la ville photos, partitions, et son premier violon d'enfant. Yolande Francescatti est décédée en 2001.

Zino Francescatti jouait sur le Stradivarius de 1727, le Hart, qu'il a cédé en 1987 à Salvatore Accardo.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Charles de Couëssin-Gaëtane Prouvost, Zino Francescatti (1902-1991), le chant du violon, Préface de Marcel Landowski, de l’Institut, Paris, L’Harmattan, 1999.

  • Jean-Michel Molkhou: Les grands violonistes du XXème siècle (Buchet-Chastel

Liens externes[modifier | modifier le code]