Zeus faber

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

saint-pierre, dorée, zée, poule de mer

Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Saint-pierre.

Le Zeus faber est une espèce de poissons de la famille des Zeidae. Il est aussi appelé saint-pierre (même si ce terme désigne aussi, mais de façon moins courante, deux autres espèces de poissons) ou encore poule de mer, dorée ou zée. La nourriture du Zeus faber est constituée de poissons vivant en groupes (sardines, petits harengs) et de céphalopodes[1].

Description[modifier | modifier le code]

Ce poisson à corps haut et comprimé, est marqué d'une tache circulaire sombre sur ses flancs. Il peut mesurer jusqu'à 70 cm et peser jusqu'à 20 kg. La première nageoire dorsale est constituée de rayons épineux allongés. Des bosses épineuses sont à la base des nageoires dorsales et anales[1].

Répartition et habitat[modifier | modifier le code]

C'est un poisson de haute mer qui vit principalement dans l'océan Atlantique est de la Norvège aux côtes ouest de l'Afrique et en mer Méditerranée et mer Noire[1]. Il vit en solitaire ou en petits groupes sur les fonds sableux du plateau continental.

Alimentation[modifier | modifier le code]

C’est un poisson qui chasse à l’affût et se nourrit de petits poissons, seiches et de crustacés. Il se déplace plutôt lentement en ondulant ses grandes nageoires dorsales et anales. En hiver, il pénètre en mer du Nord à la recherche de nourriture.

Reproduction[modifier | modifier le code]

Il fraye généralement de juin à août dans le golfe de Gascogne, en mer Celtique, mer d’Irlande et Méditerranée. La fécondation se produit de mai à août selon le climat. Les œufs contiennent une goutte d'huile qui les fait flotter. Après l'éclosion, les larves vivent librement dans l'eau[1],[2].

Méthode de chasse[modifier | modifier le code]

On peut voir le Zeus faber s'approcher de sa proie en nageant lentement sur le côté. Dans cette posture, sa morphologie est telle que la proie le voit vertical mais beaucoup plus petit qu'il n'est. Quand il est suffisamment proche, le Zeus faber se jette sur sa victime qu'il a ainsi trompée.

Pêche[modifier | modifier le code]

Ce poisson à la chair délicieuse, est présent en trop faibles quantités sur les côtes pour le rechercher spécifiquement. Il mord sur des appâts carnés et sur les encornets. Il est souvent pris dans les chaluts.

Tailles minimum de capture[modifier | modifier le code]

Mailles légales pour la France[modifier | modifier le code]

- La maille du saint-pierre, c'est-à-dire la taille légale de capture pour les pêcheurs amateurs et professionnels n'est fixée ni pour la Méditerranée[3], ni pour l'Atlantique, la Manche et la mer du Nord[4]. Les tailles minimum légales[5] sont fixées en France par l'arrêté du 16 juillet 2009 déterminant la taille minimale ou le poids minimal de capture et de débarquement des poissons et autres organismes marins ainsi que par de nombreux textes de référence[6] édictés par la Communauté européenne.

Mailles biologiques[modifier | modifier le code]

La maille biologique, c'est-à-dire la taille à laquelle 100 % des Saint Pierre se sont reproduits est de 37 cm.

Anecdote religieuse[modifier | modifier le code]

La légende dit que saint Pierre, apôtre de Jésus, puis premier évêque de la chrétienté, attrapa un jour le poisson sur l'ordre du Christ pour retirer de sa bouche une pièce d'or. L'empreinte de son pouce est demeurée et s'est perpétuée de génération en génération et le poisson porte toujours un gros point noir sur ses flancs. Cette légende est ainsi évoquée dans la Bible (par exemple dans Matthieu 17 v 27) bien que la mer de Galilée ne soit pas l'habitat naturel de ce poisson.

Cuisine[modifier | modifier le code]

Le saint-pierre est un des poissons rentrant dans la composition de la bouillabaisse traditionnelle de Marseille.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a, b, c et d Le Monde animal en 13 volumes éd. par B. Grzimek, t. V : Poissons 2 Amphibiens, chapitre I par Werner Ladiges, p. 21-22, Éd. Stauffacher, Zurich, 1974 (ISBN 3287002066)
  2. Revue Produits de la mer, numéro 115
  3. [PDF] fcsmpassion.com, « Mailles pour la Méditerranée » (consulté le 12 août 2010)
  4. [PDF] fcsmpassion.com, « Mailles pour la Manche, l'Atlantique et la mer du Nord » (consulté le 12 août 2010)
  5. « Référentiel "Tailles minimales de capture et calibres de commercialisation" », FranceAgriMer (consulté le 13 août 2010)
  6. [PDF] « Liste des textes de référence », FranceAgriMer (consulté le 13 août 2010)

Sur les autres projets Wikimedia :

Liens externes[modifier | modifier le code]