Encornet

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Encornet
Nom commun ou
nom vernaculaire ambigu :
L'expression « Encornet » s'applique en français à plusieurs taxons distincts. Page d'aide sur l'homonymie
Encornet commun.
Encornet commun.
Taxons concernés

Les Encornets sont répartis sur deux familles :

Mais aussi par abus de langage les :

Encornet ([ ɑ̃kɔʀne ]) est en principe le nom vernaculaire du calmar lorsqu'il est pêché ou cuisiné[1]. Cependant, ce mot peut parfois désigner par analogie d'autres céphalopodes comme la seiche et parfois le poulpe. C'est un bon appât pour les pêcheurs. On parle souvent de « pêche à l'encornet », expression qui désigne aussi bien l'acte de pêcher cet animal que le fait d'appâter avec des encornets pour capturer de plus grosses prises.

Étymologie[modifier | modifier le code]

Comme pour la plupart des animaux marins, les noms vernaculaires les plus anciens désignant les céphalopodes sont peu précis, et en outre ils n'étaient connus que dans un cadre régional. Ainsi par exemple le terme de chipiron utilisé dans le sud-ouest de la France, pouvait désigner aussi bien une seiche qu'un calmar. Comme l'atteste le terme normand Cônet, « cornet » était un des termes utilisés au Moyen Âge dans le nord de la France pour désigner ces animaux. Plusieurs espèces de la famille des Onychoteuthidae, qui disposent de sortes de crochets sur leurs tentacules, ont un nom vernaculaire formé à partir de ce terme comme le cornet boréal. Ce terme de cornet aurait été déformé en encornet et désignerait dès lors plus particulièrement en français ces animaux lorsqu'ils sont considérés en tant que comestibles ou appâts de pêche[1]. Des espèces disposent d'un nom vernaculaire spécifique formé à partir de ce terme comme l'encornet nordique au Canada[2] ou Encornet rouge nordique en France.

Usage actuel[modifier | modifier le code]

En France en 2009, la Direction générale de la concurrence, de la consommation et de la répression des fraudes (DGCCRF) ne reconnait officiellement l'appellation d'encornet que pour cinq espèces à savoir Dosidicus gigas (encornet géant), Illex argentinus (encornet rouge argentin), Illex illecebrosus (encornet rouge nordique), Loligo vulgaris (encornet) et Todarodes pacificus (encornet de Chine)[3]. Par conséquent, en vertu du règlement 2065/2001 de la Commission du 22 octobre 2001, les autres espèces ne devraient pas être commercialisées sous ce terme.

La FAO utilise le terme encornet pour désigner beaucoup d'autres espèces de Teuthida[4]. Le gouvernement du Québec également propose des normalisations[5].

Espèces désignées par le terme encornet[modifier | modifier le code]

Aspects culturels[modifier | modifier le code]

Encornet a aussi été utilisé comme nom de code dans l'affaire Yann Piat, pour la thèse d'un assassinat commandité par les hommes politiques François Léotard et Jean-Claude Gaudin, désignés sous les surnoms de « l’Encornet » et « Trottinette »[6].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b Définitions lexicographiques et étymologiques de « Encornet » du Trésor de la langue française informatisé, sur le site du Centre national de ressources textuelles et lexicales
  2. « encornet nordique », Normalisation - Avis terminologiques
  3. « Céphalopodes », Étiquetage des produits de la mer et d'eau douce, DDCCRF
  4. « TEUTHOIDEA - CALMARS ET ENCORNETS », FAO
  5. « calmar opale », Normalisation - Avis terminologiques
  6. « Encornet et Trottinette » sur le site Affaires criminelles.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]