Yves Arman

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Yves Arman, né Yves Fernandez le 18 septembre 1954 à Nice et décédé le 15 février 1989, à Saragosse en Espagne, est un collectionneur et marchand d'art, photographe et écrivain qui écrivit un des premiers ouvrages de référence sur Marcel Duchamp [1] artiste sur lequel il s'était spécialisé en honorant "la dérision Duchampienne".

Biographie[modifier | modifier le code]

Benjamin des 3 enfants de l'artiste peintre plasticien Arman, et de la compositrice française Éliane Radigue, Yves est appelé ainsi en référence à son parrain, le meilleur ami d'Arman, Yves Klein. Yves Arman s'installe à New York, avec sa femme Francine, en 1975. Il y ouvre une galerie d'art sur Madison Avenue, la Gallery Yves Arman, de la fin des années 1970 jusqu'en 1984, où il expose de nombreux jeunes artistes, avec deux maximes : « In art we trust » (« Nous croyons en l'art », déclinaison de la devise des États-Unis, « In God we trust ».) et « L'Art c'est la Vie » (« Art is life »), en écho, clin d'œil à Marcel Duchamp. En 1987, Yves quitte New York pour Monte-Carlo, où est née sa fille, Madison dont l'artiste américain Keith Haring, proche ami de Yves, est le parrain.

Deux ans plus tard, Yves meurt dans un accident de voiture à 34 ans, alors qu'il se rendait à Madrid à une foire d'art contemporain où il devait retrouver Keith Haring. En adieu sur le cercueil de Yves, Keith Haring a peint sa célèbre icône de l'ange, symbole que Yves avait choisi pour signature et sceau dans ses activités [2]


Publications[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Lien externe[modifier | modifier le code]