Éliane Radigue

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Éliane Radigue, née le 24 janvier 1932, est une compositrice française. Le choix et l'utilisation exclusive de sons continus, dit drones, situe son esthétique à la croisée des courants minimaliste, électronique et spectral. La dimension spirituelle de ses pièces donne à sa musique un caractère méditatif. Jusqu'en 2000, elle compose ses œuvres à partir d'un système modulaire ARP 2500 et de magnétophone à bandes. À partir de 2002 elle travaille avec plusieurs musiciens à la création de pièces pour instruments acoustiques.

Biographie[modifier | modifier le code]

Elle naît et grandit à Paris puis se marie à Nice avec l'artiste peintre Arman, avec qui elle a trois enfants : Françoise (1951), Anne (1953) et Yves (Yves Arman) (1954-1989). Elle côtoie l'ensemble du groupe de Nice et d'autres artistes comme Ben, Robert Filliou, Yves Klein. Elle a étudié le piano et la harpe et s'est essayée assez tôt à la composition. Son travail a commencé dans les années 1950 après avoir entendu pour la première fois, à la radio, une émission consacrée à Pierre Schaeffer, initiateur de la musique concrète. Elle le rencontre peu après lors d'une conférence consacrée à Gurdjieff. Il l'invite au Studio d'essai puis elle devient l'une de ses élèves et travaille au studio lors de séjours à Paris. À la fin des années 1950, elle met un terme à ses fréquentations du Studio d'essai et se consacre à animer des conférences sur la musique concrète. Éliane Radigue et Arman vivent à Nice jusqu'à leur séparation fin 1967. Elle s'installe alors à Paris et reprend la composition tout en étant assistante de Pierre Henry. Elle participe à l'élaboration de la pièce L’Apocalypse de Jean. Lorsqu'elle était au Studio d'ssai, elle avait déjà effectué quelques montages pour la pièce L'occident est bleu. C'est au sein du studio Apsome qu'elle développe sa technique et commence à composer des pièces où l'on retrouve des éléments musicaux qui constitueront plus tard l'originalité de sa musique :

  • L'utilisation de drones
  • Le feedback et le larsen
  • Une dilatation extrême du temps
  • Des variations infimes des composantes du son

Toutes ces pratiques sont éloignées des idéaux de Schaeffer et Henry. Par conséquent, elle prend un peu de distance avec le GRM et travaille avec du matériel de studio chez elle (micros, magnétophone à bandes). En parallèle, elle fait des voyages aux États-Unis où elle rencontre nombre de compositeurs minimalistes : LaMonte Young, Alvin Lucier, Charlemagne Palestine, James Tenney, Steve Reich, Philip Glass, Phill Niblock.

En 1970, elle séjourne un an à New York où elle s'initie au travail sur synthétiseur à l'Université de New York, dans un studio qu'elle partage avec Laurie Spiegel, elle y compose sa première musique uniquement basée sur l'usage du synthétiseur, un modèle Buchla installé par Morton Subotnick. C'est en s'inscrivant en auditeur libre au Mills College qu'elle manipule pour la première fois le synthétiseur qui deviendra son instrument jusqu'en 2000, le synthétiseur modulaire ARP 2500. Au tournant des années 2000, elle fait une collaboration avec Kasper Toeplitz et abandonne le synthétiseur pour des instruments acoustiques.

Œuvre[modifier | modifier le code]

Son œuvre se divise en trois périodes

  1. 1968-71 : pièces composées à partir de feedbacks ou de systèmes de bandes infinies se désynchronisant dans le temps.
  2. 1971-2001: pièces composées à partir de l'ARP 2500 et de montages de bandes.
  3. depuis 2002 : pièces destinées aux instruments acoustiques.

Il est difficile de classifier la musique d'Eliane Radigue tant elle se distingue des grands courants « classiques » de la musique contemporaine. Sa musique fait appel tour à tour à des techniques d'écritures et de compositions se réclamant du courant minimaliste mais aussi, de par la façon dont elle utilise l'instrument, à un courant électroacoustique. La compositrice déroule un espace sonore combinant des sons graves, denses et continus qui évoluent très subtilement au cours du temps.

Après avoir présenté le premier de ses Adnos en 1974 au Mills College, sur invitation de Terry Riley, un groupe d'étudiants français visiteurs remarque le lien profond entre sa musique et la méditation, et lui suggère de s'intéresser au bouddhisme tibétain. Elle se convertit à cette religion par la suite et consacre les trois années suivantes à sa pratique auprès du maître tibétain Pawo Rinpoche, qui la renvoie ensuite à ses travaux sur la musique.

Elle revient à la composition, reprenant les mêmes méthodes et poursuivant les mêmes buts qu'auparavant, elle termine Adnos II en 1979 et Adnos III en 1980. Puis vint la série d’œuvres consacrée à Milarépa, grand yogi tibetain célébré pour les Mille Chants qui constituent la base de ses enseignements. Ce sont les Songs of Milarepa suivis de Jetsun Mila évoquant la vie de ce grand maître, œuvres soutenues par une « bourse à la création », commande des services culturels français.

À la fin des années 1980 début des années 1990, elle se dédie à une œuvre singulière, peut-être son chef-d'œuvre, d'une durée de trois heures, la Trilogie de la mort, dont la première partie, Kyema, Intermediate State, suit le parcours du continuum des six états de la conscience. Une œuvre influencée par le Livre des morts tibétain, par sa pratique de la méditation et par la mort de Pawo Rinpoche et celle de son fils Yves Arman. Le premier volume de la trilogie, Kyema, est son premier enregistrement publié ; il sort sur le label XI de Phill Niblock.

En 2000 est née à Paris sa dernière pièce électronique l'Ile Re-sonante qui a reçu en 2006 le Golden Nica au Festival Ars Electronica à Linz.

En 2004, à la demande du bassiste et compositeur électronique Kasper T. Toeplitz, est créée sa toute première œuvre instrumentale, Elemental II, enregistrée sur le label r.o.s.a., label que Toeplitz crée spécialement pour l'édition de cette œuvre (la pièce est ensuite reprise par le groupe d'improvisation sur laptop The Lappetites qu'elle rejoint, participant à leur premier album Before the Libretto sur le label Quecksilber en 2005). Depuis, elle se consacre à la création d'œuvres pour instruments purement acoustiques. D'abord avec le violoncelliste américain Charles Curtis est créée à New York en décembre 2005 la pièce Naldjorlak, jouée depuis en 25 concerts à travers l'Europe et les États-Unis. Puis Naldjorlak II pour les deux cors de basset Carol Robinson et Bruno Martinez, créée en septembre 2007 au festival d'Aarau (Suisse). Les trois musiciens ont ensuite travaillé avec Éliane Radigue au trio Naldjorlak III. L'ensemble des trois volets de Naldjorlak a été présenté à Bordeaux le 24 janvier 2009. En juin 2011 est créée à Londres sa première pièce pour harpe solo Occam I, jouée par Rhodri Davies.

Sélection de créations[modifier | modifier le code]

  • Chry-ptus New York Cultural Art Center, 1971
  • 7th Birth New York, 1972
  • Geelriandre Théâtre de la Musique, Paris, 1972
  • Phi 847 The Kitchen, New York, 1973
  • Arthesis Theater Vanguard, Los Angeles, 1973
  • Biogenesis and Transamorem Transmortem The Kitchen, New York, 6 mars 1974
  • Adnos Festival d'Automne, Paris, 1974
  • 7 petites pièces pour un Labyrinthe Sonore GERM, Paris, 1975
  • Adnos II Mills College, Oakland, 1980
  • Adnos III, Prélude à Milarepa, Experimental Intermedia Foundation, New York, 1982
  • 5 Songs of Milarepa San Francisco Art Institute, 1984
  • Jetsun Mila, Vie de Milarepa, GERM, Paris, 1986
  • Kyema New Langton Arts, San Francisco, 1988
  • Kailasha Experimental Intermedia Foundation, New York, 1991
  • Koume Mamac, Festival MANCA, Nice, 1993
  • Elemental II Festival Cités soniques, CCmix, 24 janvier 2004
  • Naldjorlak Tenri Cultural Institute, New York, 5 décembre 2005
  • Occam I Christ Church Spitalfields, Londres, 14 Juin 2011

Discographie[modifier | modifier le code]

  • E = A = B = A + B (2 x 7" limited edition) (Galerie Yvon Lambert, 1969 reprise par Povertech Industries, 2000)
  • Songs of Milarepa (single disc) (Lovely Music, 1983)
  • Jetsun Mila (Lovely Music, 1987)
  • Kyema, Intermediate States (Experimental Intermedia, 1992)
  • Mila's Journey Inspired by a Dream (Lovely Music, 1992)
  • Biogenesis (Metamkine, 1996)
  • Trilogie de la Mort (Experimental Intermedia, 1998)
  • Songs of Milarepa (two discs) (Lovely Music, 1998)
  • Adnos I-III (Table of the Elements, 2002)
  • Geelriandre / Arthesis (Fringes Archive, 2003)
  • Elemental II (Records of Sleaze Art, 2004)
  • L'Ile Re-sonante (Golden Nica, Ars Electronica 2006, Shiin, 2005)
  • Chry-ptus (Schoolmap, 2007)
  • Naldjorlak pour Charles Curtis, (Shiin, 2008)
  • Ψ 847 (Oral, 2013)

Le triple -CD Trilogie de la mort inclut Kyema Intermediate states. Le double album Songs of Milarepa inclut Mila's Journey Inspired by a Dream.

Avec The Lappetites[modifier | modifier le code]

  • Before the Libretto (Quecksilber, 2005)

Liens externes[modifier | modifier le code]

Source[modifier | modifier le code]