Vu (magazine)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir VU.
Vu
VU Journal de la semaine
Image illustrative de l'article Vu (magazine)
Une du 4 septembre 1929
montrant Adelaide Hall.

Pays Drapeau de la France France
Langue Français
Périodicité Hebdomadaire
Prix au numéro 1,50 franc (lancement)
Fondateur Lucien Vogel
Date de fondation 1928
Date du dernier numéro 1940
Éditeur Desfossés-Néogravure[1]
Ville d’édition Paris

OCLC 458634976

Vu (typographié VU) est un hebdomadaire français d'information illustré créé et dirigé par Lucien Vogel qui parut du 21 mars 1928 au 29 mai 1940, soit plus de 600 numéros[2]. D'une conception novatrice, il propose en 1931 un supplément autonome intitulé Lu, revue de presse internationale traduite en français et qui fusionnera avec VU en mars 1937. L’influence de ce magazine se fit sentir jusqu’aux États-Unis.

Ligne éditoriale[modifier | modifier le code]

La maquette évolue, l'image de Une devient plein cadre : ici un photomontage de janvier 1931.

La conception du journal est révolutionnaire, bien qu'en partie inspirée du Berliner Illustrierte Zeitung. La place centrale accordée à la photographie en fait le premier grand hebdomadaire systématiquement illustré de photographies, alors que l'Illustration peine à se renouveler, et que déjà L'Intransigeant et Paris-Soir, quotidiens populaires, en font un argument de vente.

Cette nouvelle forme de journalisme écrit bénéficie de l'utilisation au début des années 1930 de l'héliogravure, procédé d'impression en creux performant, adapté aux tirages de haute qualité pour la presse ; mais aussi par le fait que VU répond à une demande d'images croissante de la part des lecteurs.

Les photographes s'appellent Henri Cartier-Bresson, André Kertesz, Brassaï, Germaine Krull, Robert Capa, Gerda Taro, Marcel Ichac, Man Ray, Éli Lotar, Laure Albin-Guillot, Berenice Abbott, Margaret Bourke-White et discutent directement avec Lucien Vogel.

La rédaction en chef est fluctuante, entre 1928 et 1937, on ne compte pas moins d'une trentaine de personnalité dont Carlo Rim (1930-1934), Louis Martin-Chauffier...

Vogel, en homme de presse expérimenté exigeant (il avait lancé la Gazette du Bon Ton, l'Illustration des modes et le Vogue français) et en esthète éclairé par les mouvements artistiques de son temps (il avait été commissaire du pavillon soviétique à l’Exposition internationale des Arts décoratifs et industriels modernes de 1925 et était sensible au constructivisme) donne au magazine une ligne graphique moderne. De grand format (28 x 37 cm), le logotype est créé par Cassandre, la direction artistique confiée à Alexander Liberman à partir de 1933.

Photomontages audacieux (initié par Marcel Ichac), parfois de grande qualité artistique, mise en abyme, opposition, rythme apportent du dynamisme à la mise-en-pages.

Engagement[modifier | modifier le code]

Avec un discours sans ambigüité contre le danger Hitler, le magazine Vu a été le premier magazine français à parler et montrer des camps de concentration (Dachau et Oranienburg) dans son numéro du 3 mai 1933. La photographe n'est autre que la fille de Vogel, Marie-Claude Vogel, future épouse de Paul Vaillant-Couturier, rédacteur en chef de l'Humanité, qui sera déportée politique à Auschwitz et témoignera au procès de Nuremberg. Vu bataillera contre fascisme et nazisme dans un inlassable effort de mise en garde pendant toute la durée des années 1930.

À la veille du conflit mondial, Lucien Vogel est licencié suite au désaccord des actionnaires au sujet de l'orientation du journal favorable à la cause républicaine espagnole. Le magazine ne s'en remettra pas.

Vu fera école : en France d'abord avec Regards, Le Miroir du monde, Photomonde, Voici, Voilà, Paris-Écran, La Vie illustrée, Les Illustrés de France puis Match, et enfin aux États-Unis avec Life (refonte de 1936) et Look (1937)...

Exposition[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. Imprimerie située à Paris au 17 rue Fondary, XVe ardt.
  2. Maison Européenne de la Photographie

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Michel Lefebvre, « Vu, journal révolutionnaire », Le Monde magazine, no 10,‎ 21 novembre 2009, p. 48-53 (ISSN 0395-2037)

Liens externes[modifier | modifier le code]