Carla Sozzani

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Carla.
Page d'aide sur l'homonymie Ne pas confondre avec sa sœur Franca Sozzani

Carla Sozzani est une galeriste italienne, née le 29 juin 1947 à Mantoue en Lombardie, est la fondatrice de la Galleria Carla Sozzani, et créatrice du concept store 10 Corso Como, lieu de mode et de culture à Milan. Carla Sozzani est la tante du photographe Francesco Carrozzini (en), et la sœur de Franca Sozzani, actuelle rédactrice en chef de l'innovant Vogue Italia. Elles forment à elles deux un duo très influent pour la mode italienne.

Biographie[modifier | modifier le code]

Née le 29 juin 1947 à Mantoue en Lombardie d'un père ingénieur architecte, toute jeune elle réalise avec sa sœur un « petit journal » fait de coupures de presse[1], Carla Sozzani est diplômée de l'Université Bocconi de Milan. Durant ses études à la fin des années 1960 puis durant les années 1970, elle travaille comme rédactrice pour plusieurs magazines de mode italiens, dont Vogue Bambini. La décennie suivante, elle est éditrice en chef de Vogue Italia pour des numéros spéciaux[2]. Durant sa carrière de journaliste, elle travaille avec de nombreux photographes et artistes reconnus, comme Sarah Moon, Herb Ritts, Bruce Weber, Paolo Roversi, Robert Mapplethorpe, et Deborah Turbeville. En 1986, elle quitte Vogue Italia et devient la correspondante du Vogue américain en Italie. L'année suivante, elle lance l'édition italienne du magazine Elle[1] où elle collabore avec les photographes Steven Meisel, Nick Knight, Peter Lindbergh, Juergen Teller, et des illustrateurs. Elle n'y restera que quelques mois[3]. Elle rencontre l'artiste américain Kris Ruhs (en) en 1989, avec qui elle partagera sa vie privée et son travail. Elle fonde sa Galerie d'art contemporain, la Galleria Carla Sozzani en 1990 au 10 Corso Como à Milan. Elle est l'auteure de plusieurs publications, dont des livres sur Pierre Cardin ou Rudi Gernreich, et plusieurs catalogues d'exposition de photographie. Elle publie en 2001 chez Steidl le livre Talking to Myself avec Yohji Yamamoto. Elle est également commissaire d'exposition, à la Maison européenne de la photographie. Elle est, au cours de sa carrière, responsables de plus de 250 expositions de photographies, mode, et design, où elle montre le travail de nombreux artistes tel que Man Ray, Annie Leibovitz, Helmut Newton, David LaChapelle, Jean Prouvé, Marc Newson, Shiro Kuramata, Paco Rabanne[4], Zandra Rhodes[5], Loretta Lux et Robert Polidori.

Aux environs des années 2000, Carla Sozzani commence une collaboration professionnelle avec son vieil ami Azzedine Alaïa[6],[n 1] qui la cite comme « la femme la plus intéressante d'Italie[8] » : elle l'assiste lors du rachat de sa maison de couture par l’entreprise italienne Prada, puis quelques années après lors du rachat par le groupe suisse Richemont. Ils deviennent inséparables.

10 Corso Como[modifier | modifier le code]

10 Corso Como est un concept store, un « colette à la milanaise[9] » commercialisant des produits haut de gamme, principalement de mode et design. Celui ci a été fondé par Carla Sozzani il y a plus d'une vingtaine d'années, autour d'une galerie d'art en premier lieu[1], et est présent dans trois villes au monde[10]. Carla Sozzani y propose des articles divers comme des vêtements, sacs, bijoux, livres, accessoires, objets de design et objets pour la maison, ainsi que sa propre marque No Name Studio[11].

Historique[modifier | modifier le code]

Carla Sozzani, précurseur des concept stores[12],[13], aménage dans un ancien garage[14] situé sur l'avenue piétonne Corso Como (it) d'autres espaces, dont le 10 Corso Como. Sont développés, au début des années 1990, en dessous de la galerie de Carla Sozzani, une boutique de mode et de design, un café-restaurant avec des jardins, un hôtel « Bed and Breakfast », le 3Rooms[15], similaire à celui qu'elle ouvre pour le compte du couturier Azzedine Alaïa dans le Marais[11] ; la librairie existante est étendue, de la musique y est également vendue[6].

En 2002, Sozzani ouvre 10 Corso Como - Comme des Garçons à Tokyo, en association avec Rei Kawakubo la fondatrice japonaise de la marque Comme des Garçons. Six ans plus tard, elle s'associe cette fois avec le groupe Samsung pour ouvrir 10 Corso Como à Séoul, un ensemble de trois boutiques combinant mode, art, design, réalisé par Kris Ruhs. En 2012, 10 Corso Como ouvre un second emplacement à Séoul, également réalisé par Kris Ruhs[16]. Puis c'est l'ouverture à Shanghai en 2013 en association avec le groupe de mode chinois Trendy International Group[17].

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Azzedine Alaïa, très proche, appelle Carla Sozzani « Ma sœur[7] ».

Références[modifier | modifier le code]

  1. a, b et c Fabrice Paineau, « L'autre Carla », L'Express Style, Groupe Express, no 3268,‎ 19 février 2014, p. 50 à 53

    « Les premiers pas de Corso Como, ce fut la galerie, avec l'exposition de Louise Dahl-Wolfe et tout s'est installé autour, la boutique, la librairie, le restaurant… […] Sa notoriété répond en écho à celle de sa sœur. Autant dire qu'être adoubé par le clan Sozzani est un précieux sésame dans la mode. »

  2. (en) Guy Trebay, « Reporter's Notebook; Fashion Magazines In 3 Dimensions », Style, sur nytimes.com, The New York Times,‎ 10 octobre 2000 (consulté le 23 février 2013)
  3. Katell Pouliquen, « Portraits de femmes influentes dans la mode », Styles, sur lexpress, L'Express,‎ 14 octobre 2009 (consulté le 23 février 2013) : « Avant de devenir l'une des plus importantes galeristes de Milan, Carla Sozzani fut journaliste de mode. Elle fait ses armes à Vogue, puis lance le Elle italien en 1987. »
  4. « Milan le métal selon Rabanne », sur lemonde.fr, Le Monde,‎ 27 septembre 2002 (consulté le 22 février 2013) : « La galerie Carla Sozzani propose de revoir les vêtements et accessoires créés par Paco Rabanne de 1966 à nos jours. »
  5. « Les excentricités de Zandra Rhodes », sur lemonde.fr, Le Monde,‎ 1er octobre 2005 (consulté le 22 février 2013) : « La styliste anglaise âgée de 65 ans assistait, mercredi 28 septembre, à l'inauguration de la rétrospective que lui consacre la galerie Carla Sozzani. »
  6. a et b (en) Vanessa Friedman, « I feel best in Paris or Portofino », sur ft.com, Financial Times,‎ 18 août 2007 (consulté le 22 février 2013)
  7. (en) Amy Fine Collins (photogr. Jean-Paul Goude), « All Eyes on Alaïa », Vanity Fair US, Condé Nast Publications, no 625,‎ septembre 2012 (ISSN 0733-8899, lire en ligne)
  8. Laurence Benaïm, Azzedine Alaïa, le Prince des lignes, Paris, Grasset, coll. « Documents Français »,‎ octobre 2013, 160 p. (ISBN 978-2-246-81055-1, présentation en ligne), « corps à corps », p. 97
  9. Donata Sartorio, « Shopping à Milan », Tendances, sur lexpress.fr, L'Express,‎ 2 mai 2002 (consulté le 23 février 2013) : « il faut absolument découvrir la boutique éponyme de Carla Sozzani et son choix very stylish de vêtements et d'objets pour la maison. »
  10. (en) Javier Espinoza, « Carla Sozzani Enjoys Some Seaside Solitude », sur wsj.com, The Wall Street Journal,‎ 25 février 2011 (consulté le 22 février 2013)
  11. a et b (en) Michael Gross, « Hotel Couture from Christian Lacroix », sur travelandleisure.com,‎ juin 2004 (consulté le 23 février 2013) : « In 1991, former Italian Elle visionary Carla Sozzani founded 10 Corso Como, a 13,000-square-foot compound (bar, restaurant, store, gallery) arrayed around a leafy courtyard near Milan's Garibaldi Station. It soon became a magnet for style hounds from around the globe, »
  12. et al., « Milan en 10 nouvelles adresses », Tendances, sur lexpress.fr, L'Express,‎ 26 février 2010 (consulté le 23 février 2013) : « 10, Corso Como. C'est la sacro-sainte institution du shopping trendy milanais. Sept ans avant l'ouverture de Colette, à Paris, en 1997, et l'invasion des concept stores, »
  13. (en) Nick Johnstone, « Why I love 10 Corso Como », sur guardian.co.uk, The Guardian,‎ 24 mai 2005 (consulté le 23 février 2013)
  14. « Coup de chapeau », Concept Store, sur lemonde.fr, Le Monde,‎ 12 mai 2012 (consulté le 22 février 2013) : « Figure incontournable de la mode et businesswoman avisée, l'Italienne […] »
  15. (en) William Norwich, « Over the store », Travel, sur nytimes.com, The New York Times,‎ 21 septembre 2003 (consulté le 23 février 2013)
  16. (en) Amanda Kaiser, « 10 Corso Como to Open Second Seoul Location », retail news, sur wwd.com, Women's Wear Daily,‎ 13 février 2012 (archive payante)
  17. (en) « 10 Corso Como Partners with Trendy International Group to Bring 10 Corso Como to Shanghai », sur prnasia.com,‎ 12 avril 2012 (consulté le 23 février 2013)

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Article connexe[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]