Vik Muniz

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Vik Muniz

Description de cette image, également commentée ci-après

Vik Muniz en 2013

Nom de naissance Vicente José de Oliveira Muniz
Naissance 20 décembre 1961
São Paulo, Brésil
Nationalité Drapeau : Brésil brésilienne
Activités Plasticien, photographe

Vik Muniz, né Vicente José de Oliveira Muniz le 20 décembre 1961 à São Paulo au Brésil, est un artiste contemporain brésilien.

Biographie[modifier | modifier le code]

Né dans une famille plutôt pauvre de São Paulo, Vik découvre les œuvres d'art non pas dans les musées mais dans des livres qu'il emprunte en bibliothèque ou dans son lycée.

Vik Muniz vit à Brooklyn dans l'État de New York aux États-Unis. Il débute sa carrière en tant que sculpteur à la fin des années 1980. Il se fait mondialement connaître en 1997 par sa série Pictures of Chocolate et de nouveau en 2006 grâce à sa série Pictures of Junk.

En 2010, le film documentaire Waste Land, réalisé par Lucy Walker, suit pendant trois ans Vik Muniz dans la réalisation d'un projet artistique inédit en plein cœur de la plus vaste décharge du monde, Jardim Gramacho, située dans les faubourgs de Rio de Janeiro. L'artiste s'installe près de la décharge, et monte un projet participatif : les travailleurs de la décharge rapportent les ordures et les mettent en place. Une de ses installations sera présentée au Musée d'art moderne de Rio de Janeiro, en marge du sommet sur le climat Rio+20[1].

Approche artistique[modifier | modifier le code]

L'un des aspects de l'art de Vik Muniz est de transformer n'importe quel matériau en médium. Il utilise la photographie pour immortaliser les images qu’il crée à partir d'une diversité incalculable de médias : terre, sucre, excrement, confiture, ketchup, fil de fer, fil de lin, corde, chocolat, sang artificiel, jetons de couleurs, diamants, poussière, pâte à modeler, etc.

L'autre aspect de son art réside dans la reproduction d'œuvres célèbres. Des reproductions qui nous induisent volontairement en erreur puisque entre autres,Vik Muniz se définit lui-même comme un « illusionniste low-tech » et pose la question de l'illusion des images.

Principales œuvres[modifier | modifier le code]

Ses œuvres sont présentes dans de nombreuses collections de musées internationaux. Les plus notoires sont :

  • Best of Life — série de photographies célèbres parues dans le magazine Life, dessinées de mémoire et réimprimées, 1988-1990
  • Equivalents — série de simulations, au moyen de boules de coton, de formations de nuage, inspirées des études de nuages d’Alfred Stieglitz, 1993
  • Pictures of Thread — série de paysages de inspirés d’œuvres célèbres recréés à l’aide de milliers de mètres de fil textile, 1995-1999
  • Sugar Children — série portraits, faits en sucre, d’enfants de travailleurs dans les plantations de canne à sucre aux Antilles, 1996
  • Pictures of Chocolate — série de photos célèbres peintes en sirop de chocolat, 1997-2001
  • Pictures of Color — série d'échantillons de chartes Pantone, donnant l’illusion d’images numériques, 2001
  • Monads — série d'images faites à partir de figurines ou de jouets en plastique, 2003
  • Earthworks — série d’œuvres à grande échelle dessinées au sol ou répliques sur table, inspirées du Land art, 2002-2005
  • Pictures of Magazines — série d'images d’œuvres d’art célèbres et portraits recréés à partir de milliers de petites rondelles de papier poinçonnées dans des magazines, 2003-2005
  • Diamonds Diva ou Pictures of Diamonds — série portraits de célébrités d'Hollywood, comme Elizabeth Taylor, élaborés à l’aide de diamants, 2004
  • Monsters Caviar — série artistique
  • Pictures of Junk — série de reconstitution de tableaux célèbres avec des pigments colorés, 2005
  • Pictures of Pigment — série de chefs-d’œuvre de Claude Monet et de Paul Gauguin élaborés avec des pigments colorés et agrandis à une échelle monumentale, 2005

Principales expositions individuelles[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Vik Muniz transforme l'ordure en art sur le site de Metro le 17 juin 2012.
  2. a et b Art contemporain d'Amérique latine: Chroniques françaises 1990-2005, Christine Frerot, éditions L'Harmattan, 2005, (ISBN 9782296401433), pp.255-256
  3. Le musée de Muniz dans L'Œil no 643 de février 2012.

Liens externes[modifier | modifier le code]