Vassili Arkhipov

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Arkhipov.
Vassili Arkhipov
Василий Александрович Архипов
Naissance 30 janvier 1926
Zvorkovo, oblast de Moscou
Drapeau de l'URSS Union soviétique
Décès 19 août 1998 (à 72 ans)
Staraïa Koupavna, oblast de Moscou
Drapeau de la Russie Russie
Origine Drapeau de l'URSS Union soviétique
Arme Naval Ensign of the Soviet Union.svg Marine soviétique
Grade Vice-amiral
Années de service 1985
Conflits Crise des missiles de Cuba
Faits d'armes Il s'oppose au tir d'une torpille à tête nucléaire

Vassili Aleksandrovitch Arkhipov (en russe : Василий Александрович Архипов) est un officier de la marine soviétique, né le 30 janvier 1926 et décédé le 19 août 1998. Pendant la crise des missiles de Cuba, il s'opposa à l'envoi d'un torpille à tête nucléaire contre un navire américain, évitant au monde une guerre nucléaire.

Jeunesse[modifier | modifier le code]

Vassili Arkhipov est né le 30 janvier 1926 à Zvorkovo, dans l'oblast de Moscou, de parents paysans.

Il étudie à la fin de la Deuxième Guerre mondiale à l'École navale du Pacifique et, du fait de la déclaration de guerre de l'URSS contre le Japon le 8 août 1945, il participe aux opérations soviétiques en tant que « capitaine-stagiaire ».

À la fin de la guerre, il entre à l'École navale supérieure de la Caspienne, à Bakou, dont il ressort diplômé en 1947.

Officier de la Marine soviétique[modifier | modifier le code]

Il sert dans la Marine soviétique au poste d'officier sous-marinier, dans les flottes du Nord, de la Baltique et de la mer Noire.

Accident du K-19[modifier | modifier le code]

En juillet 1961, Vassili Arkhipov fait partie des officiers du sous-marin K-19. Le 4 juillet, une fuite dans le circuit de refroidissement fait craindre une explosion du réacteur atomique. Plusieurs officiers s'opposent alors au commandant Nicolas Zateev, voulant abandonner le vaisseau et se réfugier sur l'île Jan Mayen. Afin d'éviter une émeute et une mutinerie, le commandant ordonna à un officier resté fidèle de jeter toutes les armes à la mer et de n'en garder que pour lui-même et les 4 autres officiers fidèles. Vassili Arkhipov faisait partie de ces officiers fidèles. Toutefois, lors de cet accident, il reçut, comme tout l'équipage, une dose de rayonnement radioactif.

La crise des missiles de Cuba[modifier | modifier le code]

En décembre 1961, Vassili Arkhipov est nommé officier à la 69e brigade de la Flotte du Nord.
Le 1er octobre 1962, dans le cadre de l'opération Anadyr lors de la crise des missiles de Cuba, il est envoyé avec son équipe à Cuba et sert à bord du sous-marin B-59, équipé d'une ogive nucléaire.

Le 27 octobre 1962, un groupe de 11 navires américains environnent le sous-marin. Approchant trop près de la ligne d'interdiction fixée par le président américain John F. Kennedy, des charges de profondeur sont utilisées contre lui[1]. Le commandant du navire décide alors de tirer une torpille à charge nucléaire contre ses assaillants. Le commissaire politique présent dans le navire approuve, mais le commandant en second, Vassili Arkhipov, s'oppose à cette décision et parvient à convaincre les autres officiers de faire surface[1].

En 2002, Vladimir Isachenkov présente la version d'un autre officier présent, Vadim Orlov, moins dramatique et affirmant que seul le commandant, ayant perdu son sang-froid, tenait à lancer l'ogive nucléaire pendant que les autres officiers, dont Vassili Arkhipov, tentaient de le calmer[2].

Peu avant le départ du B-59, Vassili Arkhipov avait demandé à son supérieur, l'amiral Vladimir Fokhine, dans quel cas utiliser l'arme nucléaire. La réponse n'avait pas été très claire, le sous-marin devant utiliser son arme nucléaire en cas de dommages qui lui seraient portés (trou dans la coque) ou sur ordre spécial de Moscou.

Fin de carrière[modifier | modifier le code]

Vassili Arkhipov conserve son poste après la crise des missiles. En novembre 1964, il est nommé commandant puis est affecté, avec le même grade, à la 37e brigade de sous-marins. En 1975, il est fait contre-amiral et est nommé à la tête de l'École navale de la Caspienne.

Le 10 février 1981, il est élevé au rang de vice-amiral et prend sa retraite en novembre 1985.

Dernières années et hommages[modifier | modifier le code]

Retiré de l'armée, il vivait dans les environs de Moscou, à Staraïa Koupavna, où il s'est éteint en 1998 et où il est enterré.

L'histoire de Vassili Arkhipov n'a jamais été reprise par les journaux, tant et si bien qu'il n'a jamais été honoré pour son geste qui a évité une guerre nucléaire[1]. Il a néanmoins reçu en 2003 le prix Rotondi-Anges de notre temps, remis en janvier 2005 à sa veuve.

Notes et références[modifier | modifier le code]