Vêtement moulant

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Robe moulante au Carnaval de La Nouvelle-Orléans de 2008.

Le vêtement moulant est un type de vêtement dont l'élasticité le maintient collé à la peau de la personne qui le porte, de manière à épouser les formes de son corps.

L’apparence de « seconde peau » et le côté agréable au toucher des tissus sont à l'origine de l'effet de fétichisme sexuel directement lié à ces nouvelles matières, notamment dans le cas de l'utilisation du catsuit ou du zentai.

Origine[modifier | modifier le code]

Dans les années 1970, la mise au point de matières textiles utilisant de nouvelles fibres telles que l'élasthanne est à l'origine de l'évolution de quelques gammes de vêtements. L'utilisation de ces nouvelles matières s'est ensuite généralisée à l'ensemble de la confection ; en particulier grâce à l'utilisation de l'élasthanne, fibre appréciée pour sa fonctionnalité et sa texture intéressante[1].

En 2000, « le vêtement moulant domine la mode : Il met le corps en vedette en accentuant les formes, en grossissant le muscle, en attirant l'attention sur certaines parties du corps, plus particulièrement sur les fesses, les seins et sur les organes génitaux. Le vêtement moulant « déshabille virtuellement » le corps. Il incite au voyeurisme en laissant deviner le corps. Ce n'est plus le vêtement qui retient l'attention mais bien le corps qu'il dévoile[2] ».

Type de vêtement[modifier | modifier le code]

Le « haut »[modifier | modifier le code]

Durant les années 1970 – 1980, est apparu le sous-pull à col roulé. À cette époque, ce vêtement était essentiellement constitué de fibres synthétiques qui se sont révélées peu agréables à l'usage. Dans les années 1990, l'introduction dans ces vêtements de nouveaux matériaux a permis de réaliser des vêtements moulants qui peuvent provoquer une attirance sexuelle caractérisée par une forte excitation érotique à la vue, à l'évocation ou au toucher de ces vêtements, attirance qualifiée de fétichisme sexuel. C'est le cas en particulier du sous-pull à col roulé, qu'on appelle aujourd'hui « top », « body », « débardeur » ou « haut », en particulier lorsqu'il est sans manche : c'est ainsi que de nombreux annonceurs, de façon à attirer l'œil du lecteur, mettent en scène des femmes vêtues de tops moulants à col roulé[3].

Les hommes et les femmes désireux de séduire ne s'y sont pas trompés : Le regard de l'autre, porté sur ce vêtement moulant laissant largement entrevoir la pointe des seins, provoque un trouble certain chez la personne séduite ; c'est ainsi que l'écrivain et sémiologue Roland Barthes écrit « L'érotisme c'est lorsque le vêtement baille »[4].

Cette séduction est d'autant plus visible que le vêtement est blanc, voire porté sans soutien-gorge comme par l'actrice et chanteuse Jennifer Lopez pour le passage à l'an 2010[5].

Vêtement moulant porté de façon sexy.

Cet attrait s'exerce également au niveau du cou, mis en valeur par le col moulant. C'est pourquoi, ces hauts ont parfois un col bien moulant et très haut, de façon à mettre en valeur les longs cous. Comme l'indique un site spécialisé dans le domaine de la lingerie féminine : « À col roulé, le body n’occulte pas l’incomparable beauté de notre cou de cygne. Bien au contraire, il le moule pour mieux mettre en exergue sa ligne effilée et son allure altière[6] ». Pour parfaire cette mise en valeur, la couleur utilisée recherche le contraste avec la couleur de la peau. Le top blanc à col roulé bien moulant est l'un des vêtements moulants le mieux porté pour arborer un look sexy, nombreuses sont les personnalités qui cherchent ainsi à séduire, comme Ségolène Royal par exemple[7]. Le rôle visuel des sous vêtements est également important, ils suivent les mêmes règles que régissent le rôle des vêtements dans la séduction : le transparent est plus nu et donc plus érotique, le moulant aussi[8].

On qualifie parfois ces vêtements moulants du terme sexy, mais il convient de remarquer que ce n'est pas le vêtement lui-même qui est sexy, c'est la personne qui le porte. En effet, lorsqu'on désire être sexy, tout l'art de l'habillement consiste à bien choisir et à bien porter ses vêtements. Un même vêtement, assorti ou porté de façon différente par deux personnes pourra en effet donner une impression très différente selon les cas. Du fait de son côté moulant à connotation sexy, le vêtement moulant amène à un rapport de séduction : chaque personne cherche à jouer avec l’autre. Attirer le regard, c’est déjà exprimer une volonté de plaire sans pour autant aboutir au côté sexuel du jeu. Le vêtement fait davantage travailler l’imagination que la nudité à l’état pur, en laissant l’autre libre de deviner ce qu’il dissimule. L’habit est une manière de voir sans voir qui déclenche le désir d’en savoir plus, l’envie d’aller au-delà en passant du plaisir des yeux au plaisir du toucher[9]. Cette séduction due au vêtement moulant qui laisse deviner la poitrine est à l'origine également des concours de tee-shirts mouillés.

Le « bas »[modifier | modifier le code]

Le pantalon n'a pas échappé à ce phénomène de mode qui consiste à « sculpter » le corps des femmes ou des hommes qui portent des vêtements moulants. L'apparition de nouveaux textiles a facilité ce phénomène. Longtemps associé à une certaine forme de provocation sexuelle, le pantalon moulant est aujourd'hui porté par nombre de femmes sans être forcément associé à l'attirance sexuelle. C'est ainsi par exemple que la chanteuse et actrice Mariah Carey aime porter des pantalons « seconde peau[10] ».

Ce développement a été concomitant avec la progression du string qui a l'avantage d'éviter les marques de sous-vêtement sous les pantalons (ou robes ou jupes) serrés.

De nombreuses variantes du pantalon moulant se sont développées ces dernières années avec notamment le pantacourt voire le short ou le micro-short, souvent associé à des collants opaques qui permettent d'exacerber la sensualité de la femme qui le porte : c'est ainsi que la chanteuse Christina Aguilera se présente pour assurer la promotion de son nouvel album[11],[12].

C'est aussi le cas du port des leggings et des treggings.

Une seconde peau : attribut du fétichisme sexuel[modifier | modifier le code]

Articles détaillés : catsuit et fétichisme sexuel.
Une femme en catsuit rouge.
Quatre danseuses en zentai.

De cet aspect « seconde peau », est né le fétichisme lié au vêtement moulant[13], voire le fétichisme sexuel. C’est ici le corps dans sa totalité que le fétichiste va chercher à recouvrir. Non seulement pour la sensation que lui procure cette tenue, mais aussi pour l’aspect qu’elle va lui donner. L'icône américaine de la mode Dita von Teese, fétichiste du vêtement moulant qui écrit « Mon look favori demeure la peau blanche, les lèvres rouges, les vêtements moulants et des talons. Je m'habille comme ça depuis que je suis adolescente[14] ».

Fétichisme exhibitionniste en lycra

Ce fétichisme lié à l'aspect « seconde peau » se retrouve dans le port de vêtements moulants en cuir : les personnes attirées par le cuir aiment son odeur, son aspect moulant, et l'effet bestial de la seconde peau[15], seconde peau animale moulant le corps comme une sculpture, attisant et maintenant en même temps le désir à distance. Accessoire SM ou fétichiste, le pantalon de cuir a ainsi aiguisé son image sulfureuse[16] ». Lors des défilés de mode hiver 2008-2009, le slim en cuir, notamment proposé par Balmain, « se choisit ultra-moulant[17] ». Il est exacerbé dans le port du catsuit, combinaison en élasthanne recouvrant le corps, y compris la tête dans le cas du zentai. Le fétichiste du zentai est excité par la sensation que lui procure cette tenue, ainsi que par la vision de cette seconde peau[15],[18],[19].

En sport[modifier | modifier le code]

Les vêtements sportifs font souvent appel à des vêtements moulants, tant pour l'esthétique que pour l'efficacité (comme le jammer en natation, les cuissards dans le cyclisme, les jodhpurs ou breeches dans l'équitation) voire pour l'aisance des mouvements (en natation ou en gymnastique, par exemple).

Vêtement moulant et « imaginaire »[modifier | modifier le code]

Hôtesse d'accueil au salon brésilien des équipements pour le sucre.

Dans l'Islam[modifier | modifier le code]

L'Islam interdit à la femme musulmane le port de tout vêtement moulant le corps ou laissant transparaitre ce qu'il couvre, en particulier ce qui tente les hommes : la poitrine, la taille, les fesses, etc.[20],[21],[22]

Vis-à-vis des consommateurs[modifier | modifier le code]

Les publicitaires font souvent appel à ce fétichisme du vêtement moulant pour attirer l'œil du lecteur[23], voire du visiteur dans les expositions par l'utilisation de vêtements moulants pour les uniformes des hôtesses dans les salons[24]. C'est également le cas des serveuses de bars dans les clubs, elles portent des hauts moulants exhibant leurs formes ou un large décolleté, avec une jupe plutôt courte ou un short très moulant[25].

Chez les hommes[modifier | modifier le code]

Chez l'homme, le vêtement moulant est souvent associé à l'imagerie et l'imaginaire gay, où sont souvent valorisés des corps masculins sculpturaux, mis en valeur par des vêtements moulants, en stretch ou une taille en dessous : le maillot de marin rayé en est un des exemples les plus connus[26], de même que le tee-shirt moulant[27], le jean moulant est également un incontournable[28]. L'écrivain et cinéaste Noël Herpe s'emploie aujourd'hui à banaliser le collant pour homme, qu'il porte au quotidien.

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Vêtements[modifier | modifier le code]

Stylistes[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. Fashion, une histoire de la mode du XXe au XXe siècle, page 522
  2. « Mieux comprendre la mode de nos enfants et de nos adolescents », sur Temple des dessous (consulté le 10 octobre 2010)
  3. Publicité Cegetel parue dans les journaux français en 2007, [lire en ligne]
  4. « Citations de Roland Barthes », sur www.dico-citations.com (consulté le 10 octobre 2010)
  5. « Jennifer Lopez : elle a "enflammé" le Réveillon New Yorkais ! », sur www.closermag.fr (consulté le 10 octobre 2010)
  6. « le body », sur Temple des dessous (consulté le 10 octobre 2010)
  7. « LCI - Ségolène Royal est l'invitée politique de Christophe Barbier », sur www.dico-citations.com (consulté le 14 décembre 2010)
  8. « le rôle érotique des sous-vêtements », sur www.pathol08.com/ (consulté le 10 octobre 2010)
  9. Anthony Beauchet, Entre raves et réalité (« une ethnologie de la culture techno »), Lyon, Mémoire de Maîtrise d’ethnologie, Université Lumière Lyon 2, 2000, page 112, [lire en ligne]
  10. « Mariah Carey : les indispensables mode de la diva », sur www.puretrend.com (consulté le 10 octobre 2010)
  11. « PHOTOS - Christina Aguilera : imper transparent, bottes sexy, micro-short ... tous les moyens sont bons pour vendre son nouvel album ! », sur www.popeater.fr (consulté le 10 octobre 2010)
  12. « Christina Aguilera : ultra-sexy sur scène, en micro-short rouge ! », sur www.news-de-stars.com (consulté le 10 octobre 2010)
  13. « Secondes peaux et plaisirs extensibles », sur www.secondskin.fr (consulté le 11 octobre 2010)
  14. Dita von Teese, L'Art du glamour et du fétichisme, éditions Hugo et Compagnie, février 2006, ISBN 2-755-600705
  15. a et b « Le fétichisme », sur Le journal du couple (consulté le 11 octobre 2010)
  16. « Comment porter... le pantalon en cuir? », sur www.lexpress.fr (consulté le 10 octobre 2010)
  17. « Tendances automne hiver 2008-2009: slim en cuir », sur www.tendances-de-mode.com (consulté le 11 octobre 2010)
  18. « Zentai : le fétichisme à la japonaise », sur www.nuit-demonia.com (consulté le 11 octobre 2010)
  19. « Zentai, les super-héros du fantasme et du fétichisme », sur www.taptoula.com (consulté le 11 octobre 2010)
  20. « La tenue vestimentaire », sur Solidaires entre frères (consulté le 10 octobre 2010)
  21. « La femme musulmane : sa façon de s'habiller », sur www.muslimpreche.com (consulté le 10 octobre 2010)
  22. « Un débat sur le voile intégral dégénère avec des violences à Montreuil », sur www.francesoir.fr (consulté le 10 octobre 2010)
  23. (en) « Publicité Hermès », sur The luxe chronicles,‎ (consulté le 16 octobre 2008)
  24. « Galerie de photos d'hôtesses dans les salons, en vêtements moulants », sur Flickr (consulté le 11 octobre 2010)
  25. Anthony Beauchet, Entre raves et réalité (« une ethnologie de la culture techno »), Lyon, Mémoire de Maîtrise d’ethnologie, Université Lumière Lyon 2, 2000, page 71, [lire en ligne]
  26. « Les marins font la mode », sur /www.musee-marine.fr (consulté le 11 octobre 2010)
  27. Anthony Beauchet, Entre raves et réalité (« une ethnologie de la culture techno »), Lyon, Mémoire de Maîtrise d’ethnologie, Université Lumière Lyon 2, 2000, page 109, [lire en ligne]
  28. « Draguer un mec », sur www.sexualite-gay.com (consulté le 11 octobre 2010)