Unité d'habitation

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

47° 11′ 18″ N 1° 34′ 06″ O / 47.1883, -1.56833 ()

Unité d'habitation de Berlin
Le toit-terrasse de la Cité radieuse

L’unité d'habitation est le nom donné à un principe Moderne de bâtiments d’habitation développé par Le Corbusier (en collaboration avec le peintre et architecte Nadir Afonso) qui a servi de modèle à plusieurs cités désignées par ce nom. La première et la plus célèbre de ces unités est celle de Marseille construite entre 1947 et 1952, connue aussi sous le nom de « Cité radieuse ». Elle est devenue un grand classique architectural et on la considère souvent comme le bâtiment qui a inspiré par la suite le style et la pensée brutaliste.

L'unité d'habitation est conçue sur le principe du Modulor, système de mesures lié à la morphologie humaine basé sur le nombre d'or et la suite de Fibonacci[1].

Marseille[modifier | modifier le code]

Module de deux appartements « type » sur trois étages
Article détaillé : Cité radieuse de Marseille.

Le bâtiment marseillais comprend 337 appartements de 23 types différents séparés par des « rues intérieures » (l'appartement « type » est en duplex)[2], le tout posé sur pilotis. Le bâtiment renferme aussi des boutiques, des équipements sportifs, médicaux et scolaires, ainsi qu’un hôtel de 21 chambres. Le toit est conçu comme une terrasse commune avec des bouches d’air sculpturales, une école maternelle, un gymnase, une piste d'athlétisme, un petit bassin pour enfants et un auditorium en plein air.

À l’intérieur, des couloirs centraux desservent les appartements tous les trois étages. Ces couloirs, très larges, s'étirent d’un bout à l’autre du bâtiment avec un balcon aux extrémités. Dans ses brouillons, l’architecte rapprocha ses études avec les premières maisons communales soviétiques comme la cité du Narkomfin. À la grande différence des nombreuses cités « cages-à-lapins » que l’unité d’habitation inspirera mais sans les proportions généreuses, les équipements en commun et l’implantation en harmonie avec son site, les unités d’habitation eurent du succès auprès de leurs résidents et sont, pour certaines d'entre elles, largement occupées aujourd'hui par des classes aisées.

Autres bâtiments et influence[modifier | modifier le code]

Vue de la « rue » de l'ensemble d'habitation de Firminy Vert

L'unité d'habitation de Le Corbusier a été répétée pour seulement quatre autres bâtiments avec le même nom et une presque parfaite similitude dans les plans. Les autres unités furent construites à Rezé en 1955, Berlin en 1957, Briey en 1963 et Firminy en 1965.

Les unités furent construites en béton brut parce que la construction métallique, retenue à l'origine, s'avéra trop onéreuse en cette période de pénurie d'après-guerre. Ce matériau de remplacement influencera l'architecture brutaliste, et les unités inspirèrent de nombreux complexes immobiliers, dont notamment l'Alton Estate (en) de Roehampton à Londres, ainsi que le Park Hill (en) à Sheffield. Ces bâtiments ont suscité de nombreuses critiques. D'autres furent plus heureux, comme le Barbican Estate de Chamberlin, Powell & Bon (terminé en 1982) et la Trellick Tower (en) d'Ernő Goldfinger (terminé en 1972), tous deux à Londres.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Le Corbusier, le Modulor et la Cité radieuse de Briey - Site du collège Lagneau (voir archive)
  2. Unité d'habitation, Marseille, France, 1945 - Fondation Le Corbusier

Annexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]