Immeuble Clarté

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Immeuble Clarté
Immeuble Clarté à Genève, en 2008
Immeuble Clarté à Genève, en 2008
Présentation
Période ou style Mouvement moderne
Type Immeuble d'habitation
Architecte Le Corbusier
Pierre Jeanneret
Destination initiale Logement
Destination actuelle Logement
Protection Monument historique
Site web www.immeubleclarte.com
Géographie
Pays Drapeau de la Suisse Suisse
Canton Genève
Communes de Suisse Genève
Localisation
Coordonnées 46° 12′ 01″ N 6° 09′ 23″ E / 46.20027778, 6.15638888946° 12′ 01″ Nord 6° 09′ 23″ Est / 46.20027778, 6.156388889  

L'immeuble Clarté, aussi appelé maison de verre[1], est un immeuble réalisé par Le Corbusier et Pierre Jeanneret, entre 1930 et 1932, à Genève en Suisse.

Immeuble Clarté en 2010, après restauration

Situé aux numéros 2 et 4 de la rue Saint-Laurent, dans le quartier des Eaux-Vives, cet immeuble utilise quatre des cinq points de Le Corbusier : plan libre, structure ponctuelle, façade libre, pan de verre et toiture-terrasse.

Le ferronnier Edmond Wanner commande les plans aux architectes en 1928 et offre le terrain destiné à la construction[1]. Il cherchait à promouvoir la standardisation de la construction et a fourni les éléments à assembler sur place[2]. La façade, entièrement vitrée, possède des fenêtres coulissantes sur billes, ce qui constitue une innovation pour l'époque. La structure conçue par l'ingénieur civil Robert Maillart est faite de piliers métalliques soudés à l'arc.

Le Corbusier expérimente pour la première fois le duplex pour un immeuble locatif[2]. Les logements de tailles diverses vont du studio au duplex de huit pièces.

Classé monument historique le 12 novembre 1986[2], en 2003 l'État demande aux propriétaires que des travaux d'entretien soient effectués pour la bonne conservation de l'immeuble[3] puis, en 2004, il est proposé à l'UNESCO de l'inscrire sur la liste du patrimoine mondial avec une série d'autres constructions de Le Corbusier[4]. Les façades et espaces communs sont rénovés entre 2007 et 2009 sous la responsabilité de l'architecte Jacques-Louis de Chambrier[3].

Notes et références[modifier | modifier le code]

Lien externe[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]