Tro Breizh

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Le Tro Breizh, qui en breton signifie « tour de Bretagne », est un pèlerinage catholique qui relie les villes des sept saints fondateurs de la Bretagne. Ces sept saints sont des moines venus du Pays de Galles et de la Cornouailles vers les Ve siècle et VIe siècle. Ils apportèrent le christianisme en Armorique et y fondèrent les premiers évêchés.

Histoire[modifier | modifier le code]

Le Tro Breizh se faisait à l'origine en un mois et 600 kilomètres de marche. Il est possible qu’il date du X° mais n'est avéré est avéré que plus tard (XIII°). Une des particularités remarquables de ce pèlerinage est d'être circulaire, car la dernière étape de son pèlerinage ramène le pèlerin à son point de départ.

Une vieille légende bretonne dit que ceux qui n'auront pas effectué leur Tro Breizh de leur vivant seront condamnés à le faire dans l'Au-delà, en avançant chaque siècle de la seule longueur de son cercueil.

Historiquement, il est désigné sous le Pèlerinage des Sept-Saints de Bretagne. Parfois qualifié de circuitus Britanniae ("le tour de la Bretagne" en latin), ce terme a été donné en breton au XIXe siècle.

Un nouveau souffle[modifier | modifier le code]

Saint-Pol-de-Léon : chapelle Notre-Dame du Kreisker, les sept saints du Tro Breizh

Après une longue période d'absence, il a été relancé en 1994 par l'association « Les Chemins du Tro Breiz » et il a été décidé de limiter la marche à une étape d'une semaine par an, soit en partant d'une ville-étape pour arriver à la suivante, dans l'ordre habituel des étapes. Plusieurs associations ont repris l'idée et organisent maintenant ce pèlerinage selon des itinéraires qui, contrairement aux routes de Compostelle, n'ont jamais été vraiment fixés.

Les sept villes étapes du Tro Breizh sont :

Il n'y a pas d'ordre de départ, l'important est d'être passé par toutes les étapes. Le GR 34 qui fait le tour de la Bretagne par les anciens chemins de douaniers, permet de relier les sept villes par un itinéraire original.

Comme pour Compostelle, les motivations ne sont pas seulement religieuses. Par exemple, beaucoup de personnes "font" le Tro Breizh pour la découverte du patrimoine et de la culture du pays, pour le plaisir de randonner ou encore de rencontrer de nouvelles personnes partageant les mêmes intérêts. Généralement les motivations des marcheurs sont multiples : spirituelles, culturelles, sportives, ...

En chanson[modifier | modifier le code]

Denez Prigent évoque le renouveau du Tro Breizh dans sa chanson An hentoù adkavet (les chemins retrouvés), où il rend hommage aux marcheurs qui se donnent du mal sans espérer de récompense.

Notes et références[modifier | modifier le code]


Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Gaële de La Brosse, François Lepère, Ronan Perennou, Sur les chemins du Tro-Breiz, le tour de Bretagne, guide de poche du randonneur et du pèlerin, éditions Lepère, 2011, ISBN 978-2-915156-31-7
  • Gaële de La Brosse, Tro Breiz, les chemins du Paradis : Pèlerinage des Sept Saints de Bretagne, Presses de la Renaissance, 2006, ISBN 2856169112
  • Yves-Pascal Castel, Le chant du Tro-Breiz, éditions nouvelles du Finistère, 1995. ISBN 2-9506659-7-7
  • Alain Guigny, Yvon Boëlle. Les chemins du Tro Breiz. Au cœur de la mémoire bretonne, éditions Ouest-France, 1996.
  • Joseph Thomas, Le Tro Breiz en tête ou fou comme l'oiseau, auto-édition, 1983.
  • Le Tro-Breiz médiéval : Un mirage historiographique ?, manuscrit publié dans Kreiz (Études sur la Bretagne et les Pays celtiques), n°6, 1997, « Les hauts lieux du sacré en Bretagne »
  • Yannick Pelletier Le Tro Breiz, Éditions Jean-Paul Gisserot, 2008

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]