Trahison à Athènes

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Trahison à Athènes

Titre original The Angry Hills
Réalisation Robert Aldrich
Scénario A.I. Bezzerides
Acteurs principaux
Sociétés de production Metro-Goldwyn-Mayer
Pays d’origine Drapeau : Royaume-Uni Royaume-Uni, Drapeau des États-Unis États-Unis
Genre Film d'espionnage
Sortie 1959
Durée 105 minutes

Pour plus de détails, voir Fiche technique et Distribution

Trahison à Athènes (The Angry Hills) est un film en coproduction américano-britannique réalisé par Robert Aldrich et sorti en 1959.

Synopsis[modifier | modifier le code]

Mike Morrisson, correspondant de guerre, reçoit la visite du docteur Stergiou qui lui demande de faire parvenir au gouvernement britannique la liste des responsables de la résistance grecque. Mike refuse tout d'abord, mais, apprenant la mort de Stergiou, il accepte la mission. Tassos, un grec qui travaille pour les Nazis, essaie par tous les moyens de s'approprier les renseignements détenus par Mike...

Fiche technique[modifier | modifier le code]

Distribution[modifier | modifier le code]

Accueil[modifier | modifier le code]

Ces critiques sont tirées de la revue de presse faite par la Cinémathèque Française à l'occasion de la rétrospective Aldrich (26 août au 5 octobre 2009)

  • "Au cinéma, comme en littérature, le sujet n’est rien : seule compte la manière, et cette manière-là est étonnante. C’est du meilleur Aldrich (...). Rarement film n’a été plus fortement marqué par son auteur. Une direction d’acteurs ahurissante, chaque séquence, chaque plan, chaque raccord... tout est signé Aldrich. Et c’est une signature qui fait son poids."
    Pierre Macabru, Combat, 22 janvier 1960
  • "Où donc est dans tout cela le talent du réalisateur d’En quatrième vitesse, du Grand couteau, d’Attaque ? Dans le rythme de certaines séquences, certes, dans une sorte de frémissement occasionnel de l’image, dans un personnage comme celui de l’Allemand en uniforme. Mais il faut bien chercher."
    René Guyonnet, L’Express, 28 janvier 1960
  • "Ce qui est étonnant, c’est que Robert Aldrich n’ait pas su tirer parti de ce récit d’aventures pour lui donner un caractère plus personnel (...). Pour le reste, rien ne distingue ce film d’un récit d’espionnage conventionnel qu’aurait pu signer n’importe quel tâcheron du cinéma."
    Gilbert Salachas, Radio Cinéma Télévision, 7 février 1960

Autour du film[modifier | modifier le code]

  • Le film fut tourné en Grèce, à Athènes.
  • Selon Aldrich, "C'est un film décevant, non parce qu'il n'est pas bon, mais parce qu'il aurait pu être bon."[1]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Cité par Jean Tulard. "Guide des films". Robert Laffont. 2005.

Liens externes[modifier | modifier le code]