Tong

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d’aide sur l’homonymie Pour les articles homophones, voir Thongue et Slash.
Exemples de tongs.

La tong, tongo ou nu-pied, aussi appelée gougoune au Québec[1] ou simplement sandale, slache en Belgique francophone mais plus particulièrement à Bruxelles, ou encore savate ou claquette dans la France d'outre-mer, est une chaussure formée d’une semelle sur laquelle sont fixées deux brides en Y dont la lanière verticale (le « bâton » sur lequel repose le Y), fixée sur la semelle, sépare le gros orteil du reste des orteils du pied. Cette caractéristique distingue les tongs de ce qui en France métropolitaine et autres régions francophones est appelé des « claquettes », le mot utilisé dans certaines îles ou archipels francophones, comme la Nouvelle-Calédonie, pour désigner les tongs.

Parfois appelée péjorativement « string des pieds », la tong est une chaussure estivale et ludique dans les contrées occidentales ; elle est portée de façon quotidienne par les deux sexes sous les tropiques.

Tong vient de l'anglais thong (« lanière »)[2].

Origines[modifier | modifier le code]

Sandale des dynasties hérakléopolitaines égyptiennes.

L’origine de la tong est égyptienne vers 5500 ans av. J.-C.[3]. Au départ constituées d’une simple semelle rigide en papyrus tressé et dotée de lanières de cuir.

Les Romains reprennent l’idée et les tongs de leurs impératrices sont coulées dans de l’or[réf. nécessaire]. À leur tour, les Indiens et les Perses, reprennent l’idée[réf. nécessaire] et la sculptent dans le bois et lui adjoignent un entredoigts, avant que la tong ne migre vers[réf. nécessaire] la Chine et le Japon où elle devient « zori » puis « geta » au XXe siècle.

Son usage s’est ensuite largement diffusé à l’ensemble de la planète, et notamment aux zones tropicales, où il peut être quotidien. C’est le cas au Brésil, où l’on trouve le premier producteur mondial, la société São Paulo Alpargatas qui en 2012 a vendu plus de 4 milliards de paires d’« Havaianas » dans le monde[3]. C’est aussi le cas dans les régions françaises d’outre-mer, où la tong, appelée « samara », « savate », « savate deux doigts » ou « claquette ». On l'utilise aussi, même très souvent sur le bord de la plage.

La tong présente le double avantage d’être peu coûteuse et adaptée aux climats chauds, laissant le pied presque nu.

On porte généralement la tong pied nu, la bride entravant le port de vêtements dessous, à moins de porter des chaussettes à orteils.

Fabrication et commercialisation[modifier | modifier le code]

Différents modèles de tongs.

La tong est aujourd’hui un accessoire de mode dont les modèles les plus chers peuvent atteindre plus de 15 000 euros[4] Elle est aujourd’hui déclinée dans toutes les formes, de la tong publicitaire à la tong à talons.

Elle est le plus souvent fabriquée en caoutchouc. Selon les spécialistes du marchandisage, l’un des critères fondamentaux motivant l’achat d’un modèle plutôt qu’un autre est l’odeur de cette matière, systématiquement vérifiée par le client dans les rayons[réf. nécessaire].

Notes et références[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :