Tingri

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Tingri
Tingri en 2004
Tingri en 2004
Administration
Pays Drapeau de la République populaire de Chine Chine - Drapeau du Tibet Tibet
Géographie
Coordonnées 28° 34′ 00″ N 86° 38′ 00″ E / 28.566667, 86.6333328° 34′ 00″ Nord 86° 38′ 00″ Est / 28.566667, 86.63333  
Altitude 4 348 m
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Région autonome du Tibet

Voir sur la carte administrative du Tibet
City locator 14.svg
Tingri

Géolocalisation sur la carte : Chine

Voir la carte administrative de Chine
City locator 14.svg
Tingri

Géolocalisation sur la carte : Chine

Voir la carte topographique de Chine
City locator 14.svg
Tingri

Tingri ou Dingri ou Dhingri (tibétain : དིང་རི་ ; wylie : Ding-ri ; chinois : 定日 ; pinyin : Dìngrì) est un village située dans le comté de Tingri (préfecture de Shigatsé), dans la région autonome du Tibet (Chine), à une altitude d'environ 4300 mètres. Sa population est de 523 habitants.

Situation géographique[modifier | modifier le code]

Étant à approximativement 60 km au nord-ouest de l'Everest et à environ 50 km de la frontière népalaise, le village est souvent utilisé comme base par les alpinistes de montagne se préparant à gravir l'Everest ou le Cho Oyu (8201 m). Il est connu pour ses vues spectaculaires de l'Everest, du Mont Lhotse (8510 m) et du Mont Makalu (8463 m) dans ce qui est le plus haut groupe de montagnes au monde.

Histoire[modifier | modifier le code]

Tingri fut un poste militaire stratégique[1] avant d'être un poste d'approvisionnement important où les sherpas du Népal échangeaient du riz, des grains et du fer contre de la laine, du bétail et du sel tibétains.

Cadre[modifier | modifier le code]

Tingri donne son nom au bassin étendu des hautes terres à plus de 4500 mètres d'altitude qui est appelé la plaine de Tingri. On doit traverser le col de Lakpa (5220 m) au nord pour atteindre la vallée du Tsangpo. Peu profondes, les rivières d'eaux rapides de neige fondue alimentent les prés herbeux permettant aux animaux de paître. Dans la plaine, il y avait autrefois des gazelles, des moutons bleus, des antilopes et des kiangs ou ânes sauvages en abondance[2]. L'armée chinoise a une petite base à proximité.

Patrimoine[modifier | modifier le code]

Tingri Lankor (Ding ri glang 'khor), la résidence de Padampa, fut fondée en 1097 par le bouddhiste indien du Sud, Padampa Sangye (mort en 1117), qui se rendit cinq fois au Tibet et joua un rôle important dans le rétablissement du Buddhadharma au Tibet. Son épouse était la célèbre dakini tibétaine Machik Labdron. Le gompa ou temple, construit dans la grotte de méditation du Padampa Sangye, est devenu le siège de l'École Dampapa du bouddhisme tibétain. Il est en cours de restauration[3].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. C. Deweirdt et al., Le Tibet, Les guides Peuples du monde, Éditions de l'Adret, 2008, pp. 386-387.
  2. (en) Michael Buckley et Robert Strauss, Tibet: a travel survival kit, Lonely Planet Publications, 1986, pp. 193 et 196, (ISBN 0-908086-88-1).
  3. Keith Dowman, op. cit..

Liens externes[modifier | modifier le code]