Timarcha tenebricosa

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Le Crache-sang, Timarque ou Chrysomèle noire (Timarcha tenebricosa) est un insecte coléoptère de la famille des chrysomélidés d'Europe.

Il présente la particularité, en cas de dérangement, de faire le mort puis d'émettre par la bouche mais aussi par les articulations, un liquide rouge-orangé qui aurait un très mauvais goût pour les prédateurs. Ce liquide est de l'hémolymphe. Ce phénomène de saignée réflexe » existe chez d'autres insectes aptères.

Description[modifier | modifier le code]

Ce gros chrysomélidé inoffensif est un animal au corps fortement bombé et aux élytres inhabituellement lisses, d'un aspect légèrement métallisé et mat.
Il est aptère et ses élytres sont soudés[1]. Il ne peut donc pas voler.
Il se déplace lentement sur le sol, dans l'herbe et sur les plantes herbacées ou buissonnantes, et plutôt de nuit.

Cet insecte peut être confondu, adulte, avec certains bousiers (géotrupes) ou, au stade larvaire, avec des méloés.

Timarcha tenebricosa est notamment caractérisé par des antennes épaisses, bien segmentées et pectinées, ainsi que par d'épais coussinets adhérents sous les pattes, terminés par un double crochet. Ses tarses très longs lui donnent une allure « haut sur pattes » inhabituelle chez les coléoptères eurasiatiques

Habitat[modifier | modifier le code]

C'est une espèce des zones enherbées, de lisières et de clairières forestières.

Alimentation[modifier | modifier le code]

Il est réputé monophage, sa larve se nourrissant exclusivement de gaillet, en particulier des espèces à feuilles tendres comme Galium verum ou Galium mollugo. On le rencontre parfois sur d'autres plantes nitrophiles des milieux frais, humiques et riches, dont l'ortie ou la consoude[2].

Précoce, on peut l'observer dès les premiers beaux jours dans les endroits herbeux plutôt nitrophiles, les talus, les bords de chemins dès le mois de mars sur les gaillets, les orties.

Cycle de vie[modifier | modifier le code]

Les œufs sont pondus au printemps sur des gaillets. Ils donnent de grosses larves (atteignant 20 mm) bleu-noir caractéristiques, aux téguments rigides, qui vivent sur les plants de gaillets et qui, après nymphose à l'automne et diapause hivernale, donneront des adultes au printemps suivant.

Statut, menaces[modifier | modifier le code]

C'est une espèce qui semble en régression dans son aire naturelle de répartition.
La fauche trop systématique des lisières, prairies et fossés ou talus de bords de route détruisent ses larves et/ou ses pupes.
Une pollution générale de l'environnement par les pesticides (insecticides en particulier), ainsi que le recul de ses populations nourricières de gaillet dans ses biotopes pourraient être responsables d'un recul de l'espèce.
Comme il ne vole pas, la fragmentation de son habitat et de ses biotopes par des routes, canaux, fossés remplis d'eau peuvent également contribuer à sa régression, voire localement à sa disparition.

Ce n'est pas une espèce protégée et son état de conservation n'a pas été évalué.

Étymologie[modifier | modifier le code]

Son nom viendrait d'un terme grec évoquant les élites qui, dans l’Antiquité, se devaient d'adopter une allure à la fois flegmatique et noble.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Michael Chinery, Insectes de France et d'Europe occidentale, Paris, Flammarion,‎ août 2012, 320 p. (ISBN 978-2-0812-8823-2), p. 282-283
  2. Photo de timarque sur ortie

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Liens externes[modifier | modifier le code]