Hémolymphe

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

L'hémolymphe est un liquide circulatoire chez les arthropodes (insectes, arachnides…) dont le rôle est analogue au sang et au liquide interstitiel chez les vertébrés.

Ce liquide remplit différentes fonctions :

  • l'apport de nutriments : ressources métaboliques (glucides, protéines, acides aminés, lipides) assurant nutrition et fonctionnement cellulaire ;
  • évacuation de déchets métaboliques : déchets azotés sous forme d'acide urique ;
  • une défense immunitaire très primaire peut exister ;
  • la transmission de messagers chimiques (hormones…).

L'hémolymphe est un liquide qui assure la communication entre organes à l'échelle de l'organisme et son fonctionnement harmonieux.

Il faut noter qu'à la différences d'autres taxons, les hexapodes (insectes) ne possèdent pas de pigment respiratoire dans l'hémolymphe (à la différence des arachnides).

Le transport du dioxygène et l'évacuation du dioxyde de carbone sont assurés par un système respiratoire aérien et ramifié de tubes appelés trachées qui relient l'air ambiant depuis un orifice (le stigmate) jusqu'au sein des tissus. C'est donc une diffusion exclusive qui assure l'apport en gaz des cellules.

À noter : de rares groupes d'hexapodes présentent des larves aquatiques qui utilisent l'hémoglobine dans leur hémolymphe pour fixer le dioxygène. Le gène permettant la synthèse de ce pigment est donc présent chez ces insectes lorsque les trachées sont délaissées au stade larvaire ; ceci témoigne d'une origine très précoce de son apparition.

Divers[modifier | modifier le code]

C'est l'hémolymphe qui sert aux insectes à rigidifier leurs ailes après leur sortie du cocon, et aux mouches pour gonfler leur ptiline pour sortir de leur pupe.

Le crache-sang (Timarcha tenebricosa) est un insecte ayant la particularité, en cas de dérangement, de faire le mort puis d'émettre par la bouche mais aussi par les articulations, un liquide rouge qui aurait mauvais goût pour les prédateurs. Ce liquide est de l'hémolymphe. Ce phénomène d'autohémorragie existe chez d'autres insectes.

Le Varroa destructor, acarien parasite des abeilles, se nourrit de l'hémolymphe de leur hôte.