Galium odoratum

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur les redirections « Reine des bois » redirige ici. Pour les autres significations, voir Reine des bois (homonymie).

L’Aspérule odorante ou Gaillet odorant (Galium odoratum (L.) Scop.) est une espèce de plante herbacée de la famille des Rubiacées.

La plante est parfois appelée Petit Muguet ou Reine-des-bois et plus rarement Thé suisse ou Belle-étoile.

Synonyme
  • Asperula odorata L.

Étymologie[modifier | modifier le code]

Cette plante tire son nom commun et scientifique de l'odeur qu'elle acquiert en séchant. Le terme " aspérule " provient du latin asper signifiant « rude », « rugueux », caractérisant le bord de ses feuilles.

Description[modifier | modifier le code]

Galium odoratum

Le gaillet odorant est une plante dressée, avec des verticilles de feuilles entières ovales allongées, et une inflorescence de petites fleurs blanches à quatre pétales en croix.

Elle est constituée d'une tige quadrangulaire lisse, longue de 10 à 30 cm et de tiges souterraines traçantes (rhizomes). Chaque fleur donne naissance à deux fruits exozoochores, hérissés de poils crochus de 2 à 4 mm. Ils se fixent sur les animaux (renards, lapins) qui dispersent les graines (zoochorie).

Sa particularité réside dans l'odeur qu'elle dégage quand on la blesse ou lors de la dessiccation. Cette odeur caractéristique, rappelant celle de foin coupé ou de la fève tonka, provient de la coumarine présente en abondance dans sa racine et ses tiges (substance également trouvée dans la fève tonka utilisée industriellement pour aromatiser l'Amsterdamer).

Cycle[modifier | modifier le code]

  • Floraison de mai à juin.
  • Plante pluriannuelle.

Habitat, culture[modifier | modifier le code]

Galium odoratum formant un tapis en sous-bois

C'est une plante de mi-ombre, commune dans les sous-bois et sur les lisières des forêts caducifoliées d'Europe au-delà de 400 m d'altitude. Elle se cultive aisément (par semis ou division de touffes), plutôt à mi-ombre ou en exposition nord, dans une terre légère et humifère, où elle forme alors d'épais tapis. Les plantes sauvages sont préférées pour les usages médicinaux. Dans le canton de Vaud, la hêtraie associée à Galium odoratum forme l'association végétale « hêtraie à aspérule » (N° 110).

Usage[modifier | modifier le code]

Bière aromatisée au sirop d'aspérule odorante

La plante est sensible à l'arrachement qui peut la faire disparaître. Les sommités fleuries sont coupées aux ciseaux, à la faucille ou au couteau tranchant, pas trop près du sol pour permettre à la plante de survivre et produire l'année suivante.
La récolte doit être bien triée, car les plantes qui partagent l'habitat de l’aspérule sont souvent toxiques (muguet, parisette, ancolie, scille à deux feuilles...).
L'aspérule coupée noircit vite. Le séchage se fait donc au plus tôt, par large mise en contact avec l'air, à l'abri du soleil et de la pluie.

Propriétés médicinales[modifier | modifier le code]

Usage interne : la coumarine, hypnotique et anticoagulante à haute dose, expliquerait les propriétés antispasmodiques et sédatives (anti-insomnie) attribuées à l'aspérule qui est par ailleurs aussi réputée stimulante de la digestion et du foie, et aussi diurétique et légèrement antiseptique. Elle a été utilisée contre les phlébites[1]. Des proportions trop élevées d'aspérule odorante peuvent induire des maux de tête voire une altération des perceptions (vertige, somnolence, etc.) ou des hémorragies. Son utilisation est ainsi réglementée, voire interdite dans certains pays, en raison de sa teneur en coumarine. Cette plante doit donc être utilisée à petites doses (par exemple, la quantité utilisée pour le « Maitrank » n'est qu'environ 3 g/L). La plante colorerait en rouge les os des animaux qui la consommeraient en grande quantité avec l'herbe ou le foin[1].

En usage externe : elle est réputée adoucissante et vulnéraire. Infusée avec les fleurs de bleuet ou des feuilles de plantain, elle produisait un collyre contre les blépharites et les conjonctivites. On l'écrasait pour soigner les blessures, abcès et enflures douloureuses.

Cuisine[modifier | modifier le code]

L'aspérule odorante peut s'utiliser fraîche ou sèche pour parfumer des gâteaux, cookies et également des boissons alcoolisées ou non.

Boissons alcoolisées[modifier | modifier le code]

Le gaillet odorant est utilisé dans quelques boissons alcoolisées : certains vins apéritifs, bières ou eaux-de-vie.

Récoltée de mi-avril à début mai, puis laissée à macérer dans du vin blanc de Moselle, elle sert de base aromatique à la préparation d'une boisson apéritive traditionnelle de la région d'Arlon (province de Luxembourg, Belgique) et du Luxembourg : le vin de mai appelé « Maibowle » ou « Waldmeisterbowle » ou « Maitrank » . Le village de Bonnert de la commune d'Arlon a d'ailleurs appelé son comité des fêtes le cercle l'Aspérule. En mai 1964 fut créée la Confrérie du Maitrank d'Arlon afin de faire connaître davantage la boisson, la ville et sa région.

Le « sirop d'aspérule » est un des deux sirops qui accompagnent traditionnellement la Berliner Weiße, une bière allemande légère et acide au froment. En Allemagne, il est fabriqué à base de succédané depuis la fin du XXe siècle, en raison de l'interdiction de l'utilisation de la plante pour les sirops à cause de sa teneur en coumarine.

En Moselle germanophone et en Alsace, elle est connue sous le nom de « Waldmeister » (Maître de la forêt) et sert de base à une liqueur digestive produite par macération de brins en fleurs dans de l'alcool avec 100 a 200 g de sucre, avec filtration après 5 semaines pour obtenir une couleur vert pâle, ou 8 semaines pour un goût optimal, mais couleur verte plus foncée.

Infusion[modifier | modifier le code]

On peut en faire une infusion dite « thé d'aspérule », aux propriétés légèrement sédatives. Le roi Stanislas II de Pologne en buvait chaque matin et lui attribuait sa bonne santé.

Parfum[modifier | modifier le code]

Depuis longtemps utilisée par les paysans, elle diffuse un parfum de coumarine qui fait fuir les mites. On en parfume donc le linge dans les armoires comme on le fait avec la lavande. Elle peut être utilisée dans la fabrication de répulsifs contre les insectes.
L'industrie exploite son odeur de vanilline. On peut la trouver pour la même raison en pot-pourri de fleurs séchées.

Teinture[modifier | modifier le code]

On extrait un colorant rouge des racines du gaillet odorant (ce colorant naturel est présent dans de nombreuses rubiacées et peut être utilisé comme celui de la garance pour teindre la laine - usage ancien).

Substitut au tabac[modifier | modifier le code]

Mêlées à des feuilles de menthe et de tussilage, les feuilles ont été utilisées comme substitut au tabac.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Liens externes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Isabelle Hunault, Plantes sauvages comestibles, reconnaître et cuisiner 35 plantes communes, Ulmer - ISBN 978-2-84138-454-9