Tahar Zbiri

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Tahar Zbiri, né vers 1929 près de Souk Ahras, est chef d'équipe aux mines de fer de l'Ouenza lorsqu'il adhère au P.P.A-M.T.L.D. Militant de la C.G.T, il participe à la préparation de l'insurrection du 1er novembre 1954, dans la région de Guelma.

Arrêté et condamné à mort en 1955, il s'évade en novembre 1955 de la prison de Constantine avec Mostefa Ben Boulaid.

Membre de la direction des Aurès, il entre au Conseil national de la révolution algérienne (CNRA) en 1959 et devient colonel commandant de la wilaya I de 1961 à 1962, suite à la mort du commandant Souahi Ali chef de la wilaya le 11 février 1961. Il contribue en 1962 à faire passer les maquisards de la wilaya I dans le camp du groupe de Tlemcen, puis prend le commandement de la 5e région militaire.

Chef d'état-major de l'armée en 1963, il participe au coup d'État du 19 juin 1965 qui renverse Ahmed Ben Bella et se retrouve membre du Conseil de la Révolution.

Déçu de la modeste place faite aux maquisards au sein de l'A.N.P[évasif], il tente un coup d'État en décembre 1967 et échoue dans son entreprise[1].

Il vit en exil et rentre en Algérie après la mort de Houari Boumedienne.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. La République Algérienne Démocratique et Populaire, Bernard Cubertafond, Presses universitaires de France, 1979, p. 176