Sumac vinaigrier

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Rhus typhina

Le sumac vinaigrier[1] (Rhus typhina), aussi appelé sumac amaranthe, sumac à bois poilu, vinaigrier, sumac de Virginie ou sumac à queues de renard, est une espèce d'arbre dioïque de la famille des Anacardiaceae[2]. Le terme vinaigrier vient du fait que les fruits du Rhus typhina sont acides et parfois utilisés pour fabriquer une sorte de limonade rose.

Habitat[modifier | modifier le code]

Originaire de l’Amérique du Nord, depuis la Géorgie et l’Indiana jusqu’au Canada, cette espèce d'arbres pousse surtout sur des pentes sèches et rocailleuses sur des terrains calcaires. Elle a besoin de beaucoup de lumière mais dépend peu de l’humidité et de la qualité du sol. Cette espèce a été introduite en Europe en 1624[2].

Rhus typhina

Description[modifier | modifier le code]

La taille du vinaigrier est comprise entre 4 et 8 mètres. Les rameaux rougeâtres sont tomenteux. L'écorce est claire, lisse et craquelée en plaques.

Les feuilles mesurent entre 20 et 40 cm, sont imparipennées et sont composées de 11 à 30 folioles dentées faisant chacun entre 6 et 12 cm[2]. Les folioles de la variété laciniata ont les bords finement découpés.

La floraison a lieu pendant l'été sous forme de fleurs disposées en panicules verdâtres (les fleurs mâles et les fleurs femelles sont sur des pieds séparés).

Les fruits sont des drupes aplaties rouges couvertes de poils. Ils forment des capitules fructifères en fuseau rappelant la fructification de l'amarante queue de renard et persistent dans l’arbre jusqu’en hiver[2].

Si l'on coupe une branche, on peut voir aussitôt s'écouler un latex blanc et on est surpris par la couleur jaune du bois central, dans lequel sont très visibles les cernes annuels brun-rouge.

Le vinaigrier garde de son origine tropicale une croissance jusqu'à l'extrême limite, jusqu'aux gelées. Il n'a pour ainsi dire pas appris à lignifier à temps sa pousse annuelle ; aussi en hiver les extrémités des branches sont-elles toujours mortifiées sur une longueur plus ou moins grande.

Utilisations[modifier | modifier le code]

Appréciés pour la couleur et la forme de leurs feuilles en automne, mais aussi de leurs fruits particuliers, ces arbres sont utilisés pour l'ornement. Rhus typhina dissecta est un cultivar encore plus décoratif à folioles très découpées ; en automne, les feuilles prennent des tons plus flamboyants, mais l'effet est de moindre durée. Néanmoins, le vinaigrier est une plante envahissante qui se propage à la fois par ses graines et par ses parties souterraines.

Dans certaines régions, on le cultive pour ses feuilles qui comportent de 13 à 25 % de tanin[2]. Il sert également à fixer les pentes sèches et rocailleuses pour empêcher l’érosion du sol[2].

Les fruits du vinaigrier sont parfois utilisés pour fabriquer une sorte de limonade rose par macération ou décoction[3]. La boisson résultante est acide à cause de l'acide malique contenue dans les poils du fruits, riche en vitamine C et en tanins. Il faut toutefois éviter d'utiliser les fruits d'autres sortes Rhus à baies toxiques et faire attention au risque d'allergie au contact des feuilles lors de la cueillette.

L'espèce possède des propriétés diurétiques, antispasmodiques, vulnéraires (contre les coups et les traumatismes) et pour les epistaxis. En médecine populaire, les amérindiens lui attribuent des propriétés pour traiter l'arthrite et la diarrhée et les Algonquins du Québec des propriétés pour stimuler l'appétit.

Toxicité[modifier | modifier le code]

Le latex de Rhus typhina est toxique et son contact avec la peau peut provoquer des allergies ou des dermatoses[4],[5].

Des espèces du même genre sont dangereuses, Rhus toxicodendron est une plante rampante ou grimpante très toxique, sa sève est particulièrement corrosive. Rhus vernicifera possède aussi une sève toxique servant à la production de la laque du Japon.

Galerie[modifier | modifier le code]

Synonymes[modifier | modifier le code]

  • Datisca hirta L.
  • Rhus hirta (L.) Sudw.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Luc Brouillet et al., « Rhus typhina Linnaeus », sur VASCAN, la Base de données des plantes vasculaires du Canada.,‎ 2010+ (consulté le 11 septembre 2011)
  2. a, b, c, d, e et f (fr) Arbres - Jaromir Pokorny - p.122 - (ISBN 2-7000-1818-4) - Éditions Gründ - 1987
  3. http://www.countrysidemag.com/87-4/sam_thayer/ Countryside & Small Stock Journal : Sumac, The wild lemonade berryc
  4. « Le Sumac de Virginie | Rhus typhina L. » [PDF], sur www.cbnbl.org
  5. « Sumac, vinaigrier » [PDF], sur www.infoflora.ch

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]