R.S.V.22-180

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
R.S.V.22-180
{{#if:
Constructeur Drapeau : Belgique Stampe et Vertongen
Rôle Avion d'entraînement
Statut Retiré
Nombre construits 20
Motorisation
Moteur Hispano-Suiza
Nombre 1
Puissance unitaire 180 ch
Dimensions
Envergure 9 80 m
Longueur 7 40 m
Hauteur 2 70 m
Surface alaire 22 00 m2
Masses
À vide 700 kg
Carburant 110 kg
Maximale 985 kg
Performances
Vitesse maximale 203 km/h
Vitesse ascensionnelle 273 m/min

Le R.S.V.22, décliné en une version principale R.S.V.22-180 et un prototype R.S.V.22-200, est un avion d'entraînement belge de l'entre-deux-guerres.

Conception et développement[modifier | modifier le code]

Stampe et Vertongen réalise son quatrième modèle, un appareil de perfectionnement à double commande. L'objectif du constructeur belge est alors de présenter un avion ayant les caractéristiques des avions militaires mais pour un coût d'utilisation moindre que les appareils de l'époque.

Doté d'un moteur Hispano-Suiza de 180 ch, il est conçu pour recevoir différentes motorisation allant jusqu'à une puissance de 300 ch.

Un exemplaire, propulsé par un moteur Renard développant 200 ch à 1 650 tr/min, a reçu la désignation R.S.V.22-200. Ce modèle resté unique disposait d'une envergure plus petite (l'aile supérieure mesurait 9,12 m, l'aile inférieure 8,51 m) pour une longueur accrue de 20 cm et des performances légèrement augmentées.

Description[modifier | modifier le code]

L'appareil présente une structure de construction mixte. Le bâti-moteur, le train d'atterrissage et les mâts de cabane sont métalliques. Les commandes sont rigides en tube de dural. Le plan fixe de profondeur est réglable en vol grâce à un levier de contrôle disposé à portée de main du pilote. Au début de la mise en service de l'appareil en escadrille, ce dispositif de compensation de la profondeur (trim en anglais) provoqua des accidents. Enfin, signalons que le réservoir de carburant pouvait être largué.

Histoire opérationnelle[modifier | modifier le code]

Vingt exemplaires du R.S.V.22-180 ont été livrés à l'Aéronautique militaire belge.

C'est sur un appareil R.S.V.22-180 que le lieutenant Edmond Thieffry et le sous-lieutenant aérostier Philippe Quersin décollent de Deurne pour rejoindre Kinshasa, au Congo belge. Gêné par le mauvais temps, Thieffry fut contraint d'atterrir une première fois en France à Mourmelon, dans la Marne. Après avoir repris leur vol en direction d'Oran, l'appareil est de nouveau contraint à un atterrissage en rase campagne, dans un marais à Clapier, près de Vauvert. Les aviateurs belges parviendront cependant à rentrer en Belgique malgré leur échec.

Références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • (en) Bill Gunston, World Encyclopedia of Aircraft Manufacturers, Annapolis, Naval Institute Press,‎ 1993, 2e éd. (ISBN 1557509395, OCLC 30591915, LCCN 93087264)
  • André Hauet, Les avions Renard, Brussels, Éditions AELR,‎ 1984
  • (en) The Illustrated Encyclopedia of Aircraft, London, Aerospace Publishing
  • (en) Michael J. H. Taylor, Jane's Encyclopedia of Aviation, London, Studio Editions,‎ 1989