Sidi-Fredj (Tipaza)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
(Redirigé depuis Sidi-Ferruch)
Aller à : navigation, rechercher
Sidi-Fredj
(Sidi-Ferruch)
vue aérienne de la presqu'île de Sidi-Fredj
vue aérienne de la presqu'île de Sidi-Fredj
Noms
Nom algérien سيدي فرج
Administration
Pays Drapeau de l'Algérie Algérie
Wilaya Alger
Commune Staoueli
Statut ville / presqu'île
Géographie
Coordonnées 36° 45′ 51″ N 2° 50′ 38″ E / 36.764054, 2.843914 ()36° 45′ 51″ Nord 2° 50′ 38″ Est / 36.764054, 2.843914 ()  
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Algérie

Voir la carte administrative d'Algérie
City locator 14.svg
Sidi-Fredj
(Sidi-Ferruch)

Géolocalisation sur la carte : Algérie

Voir la carte topographique d'Algérie
City locator 14.svg
Sidi-Fredj
(Sidi-Ferruch)

Sidi-Fredj, anciennement Sidi-Ferruch[1] (en arabe سيدي فرج), et aussi Sidi-Ferrudj, Sidi-Ferej, est une presqu'île située à 30 kilomètres de la capitale algérienne Alger. Elle fait partie de la commune de Staoueli.

C'est le lieu historique du débarquement des Français commencé le 14 juin 1830, qui a permis à l'armée française la Prise d'Alger survenue le 5 juillet. Première opération qui a conduit à la destruction du pouvoir des Deys et de la Régence d'Alger, dépendance au moins nominale de l'Empire ottoman, ce débarquement est aussi considéré comme le premier acte de la Conquête de l'Algérie par la France.

Dans les années 1970, la baie à l'est de la presqu'île a connu le développement d'un centre touristique attractif, dont plusieurs bâtiments ont été dessinés par l'architecte Fernand Pouillon.

Histoire[modifier | modifier le code]

Antiquité, Moyen Âge, Temps modernes[modifier | modifier le code]

Époque contemporaine[modifier | modifier le code]

Débarquement des Français en 1830[modifier | modifier le code]

Préparatifs[modifier | modifier le code]

Les divers corps devant constituer l'armée d'invasion se réunissent dans le Vaucluse, les Bouches-du -Rhône et le Var dans le courant d'avril 1830, et s'exercent aux grandes manœuvres en attendant leur embarquement[2] . L'armée, sous le commandement du comte de Bourmont est composée de trois divisions, commandées par les lieutenants-généraux Berthezène et Loverdo, et le duc des Cars[3]. Le génie est commandé par le général Valazé, et l'artillerie par le général Lahitte. Au total, 34184 combattants (et seulement 500 chevaux de cavalerie), et 3389 non combattants (40 guides et interprètes, personnel médical, intendance, train, gendarmerie, etc.)[4].

La flotte, commandée par le vice-amiral Duperré, est composée de 100 bâtiments de guerre, dont 7 bateaux à vapeur, de 357 navires de transport nolisés, dont 119 français et 238 étrangers, et de 53 chalands de débarquement transportés sur une flottille de navires de transbordement[5].

Le matériel à transporter est considérable, et en particulier 82 bouches à feu pour l'artillerie de siège et 30 bouches à feu pour l'artillerie de campagne[6]. L'embarquement du matériel s'opère fin avril et début mai, et les troupes embarquent du 11 au 18 mai. Après quelques jours de mauvais temps, la flotte quitte enfin Toulon le 25 mai 1830, devant une foule de curieux accourus de la France entière[7]. La traversée connaît quelques péripéties. A 15 miles des côtes africaines, le 30 mai au soir, et alors que le débarquement se prépare, le temps fraîchit, et l'amiral Duperré décide de virer de bord et de rester au large, puis devant une mer assez grosse, met le cap le 1° juin sur Palma de Majorque, d'où la flotte repart le 10 au matin, et arrive en vue des côtes le 12 juin à 4h du matin. Mais à nouveau le vent se renforçant, l'amiral met cap au nord, et remet enfin le cap sur Alger le 12 à 21 h. Les côtes sont en vue le 13 juin à 4 h, le vent est violent mais on sent qu'il faiblit. La ville apparaît et la flotte se dirige droit dessus, puis brusquement vire tribord, double le cap Caxine, et se dirige vers Sidi-Ferruch [8].

Sidi-Ferruch par Pierre-Julien Gilbert, 1836.
Le débarquement du 14 juin 1830[modifier | modifier le code]
14 juin 1830
Camp de Sidi Ferruch coup de vent du 16 juin 1830
Gravure de Sidi Ferruch de 1835

L'armée navale, qui parvient au mouillage dans la petite baie à l'ouest de Sidi-Ferruch vers la mi-journée[9], est composée en trois escadres: une escadre de combat destinée à l'attaque des forts et des batteries pendant que la seconde escadre de débarquement doit mettre les troupes à terre, et une escadre de réserve[5]. Elle s'attend à une résistance sévère, mais la batterie proche de Torre Chica et de la Zaouïa du marabout Sidi-Ferruch [10] a été totalement désarmée, et une autre batterie à peu de distance se signale par quatre bombes dont une blesse un matelot du « Breslaw » en éclatant. La fin de la journée approchant, et la défense turque paraissant devoir être sans consistance, le débarquement est repoussé au lendemain[11]. Alger est informé depuis deux mois par les journaux français que le débarquement s'effectuera à Sidi-Ferruch, mais pensant qu'il s'agit d'une ruse, Ibrahim, agha, et gendre du Dey Hussein, a établi son quartier général à l'est d'Alger, à Bordj-el-Arrach (Maison-Carrée). Pellissier de Reynaud avance que le Dey lui-même aurait décidé de ne pas s'opposer au débarquement, redoutant le feu de la marine contre ses troupes, et pensant que son armée ferait mieux contre les Français dans l'intérieur des terres[12].

La première division débarque le 14 juin au point du jour, forme ses colonnes, et marche sur son adversaire, retiré à quelque distance sur le sommet d'une ondulation de terrain au sud de Torre Chica, et couvert par trois batteries qui ouvrent le feu dès que les Français avancent, mais leur marche ne faiblissant pas, les Turcs doivent abandonner leurs batteries et faire retraite à quelque distance; ils tiraillent toute la journée contre la première division qui couvre le débarquement de la seconde, et ces deux divisons établissent leurs bivouacs sur deux lignes. Pendant ce temps, la troisième division débarque, établit ses bivouacs sur le promontoire même de Sidi-Ferruch, et y commence les travaux d'un camp retranché en établissant une coupure bastionnée. séparant le promontoire du continent. Ces travaux dureront huit jours. Les troupes débarquées, commence le débarquement des ravitaillements et du matériel, où manque cependant l'artillerie de siège dont les navires de transport ne sont pas encore rendus à bon port et se feront attendre plusieurs jours, motivant chez le Comte de Bourmont un attentisme qui aura quelques suites fâcheuses pour ses troupes[13].

Suite des opérations[modifier | modifier le code]

Du 14 au 19 juin, les troupes françaises conservent leurs positions, sous le feu de tirailleurs dont les armes avaient plus de portée que les leurs. Cependant, les « fusils de rempart » (150 avaient été embarqués à Toulon) et l'artillerie français permettent de maintenir la position, pendant que le débarquement du matériel se poursuit, seulement interrompu le 16 par une tempête qui fait craindre un instant aux Français que l'expédition soit compromise. Le camp retranché continue de s'établir sur la presqu'île de Sidi-Ferruch, en faisant presque une ville[14]. Dans le même temps, une partie de la milice turque est arrivée d'Alger sous les ordres de l'agha, et se renforce en établissant quelques batteries au centre de ses positions. Pellissier de Reynaud estime les forces adverses à 20000 hommes tout au plus[15]. Le soir du 18 juin, le général Berthezène est averti[16] qu'il sera attaqué le lendemain. En effet, le 19 au matin, toute la ligne française est attaquée par un feu de tirailleurs et d'artillerie de campagne. Ce feu dure plusieurs heures, et les généraux, qui n'avaient point d'ordre de passer à l'offensive, sollicitent Bourmont de venir sur le champ de bataille pour juger de la menace[17]. Il ordonne l'assaut, et les colonnes françaises enfoncent les forces de la Régence, qui se débandent en abandonnant leur artillerie, et sont poursuivies jusqu'à leur camp établi à Staoueli, qui est pris. Le bilan de cette « bataille de Staoueli » serait de 3000 à 4000 hommes des peuples de la Régence tués, et de 600 Français tués ou blessés[18].

La suite des opérations qui conduiront à la Prise d'Alger sort dorénavant de l'espace de Sidi-Ferruch.

Dès le 7 juillet, ordre est donné pour que le camp retranché de Sidi-Ferruch, devenu sans utilité, soit désarmé, et ses redoutes abandonnées: ce qui est achevé le 29 juillet[19].

La Trappe de Staouëli[modifier | modifier le code]

Les moines trappistes de Staouëli fondent, avec l'aide du Gouvernement français, et du Général Bugeaud leur Trappe sur un lit de boulets de canons de la bataille de Staoueli - Sidi Ferruch ayant comme devise la devise coloniale : Par l'épée, la croix et la charrue ( « ense cruce et aratro. » )

Article détaillé : Abbaye de Staouëli.

Novembre 1942, les Anglais ont débarqué[modifier | modifier le code]

Tourisme[modifier | modifier le code]

Sidi-Ferruch possède de nombreuses plages de sable, qui en font un site touristique et balnéaire réputé de l’ouest d’Alger.

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir

Elle possède également des site de camping, des résidences-Villas et des plages privée équipée de yacht, de pédalos et de Jet ski. Les endroits fréquentées par des personnes aisées sont: La plage de l'Hotel El Riadh, et des tallasso-hammam et les Spa.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Le nom francisé Sidi-Ferruch provient de la forme Sidi-Ferej, ou plus probablement Sidi-Ferrudj elle aussi attestée. Le lieu est connu en France au XVIIIe siècle sous le nom de Seedy-Ferje (édition par Jean Neaulme des voyages du dr.Shaw - La Haye 1743 - t.1,p.85), et par les cartes de géographie sous celui de Torre Chica (même source). L'ouvrage destiné au corps expéditionnaire en Afrique publié en 1830[1] nomme le mouillage et la presqu'île Sidi-el-Ferruch ou Turetta-Chica (2° édition - p.95,96 & 208).
  2. Henri-Jean-François-Edmond Pellissier de Reynaud - Annales Algériennes - Nouvelle édition de 1854 - Paris - tome 1- page 26 .Lire en ligne. Pellissier de Reynaud, à ne pas confondre avec Pélissier duc de Malakoff, fut officier d'état-major, puis directeur des affaires arabes, en Algérie de 1830 à 1842. Il participa au débarquement de Sidi-Ferruch. Son témoignage, favorable à la conquête, est aussi empreint d'esprit critique.
  3. Annales, opus cité p. 20 à 22
  4. Annales, opus cité p. 23 & 24
  5. a et b Annales, opus cité p. 29
  6. Annales, opus cité p. 24 & 25
  7. Annales, opus cité p. 29 & 30
  8. Annales, opus cité p. 31 à 34
  9. Annales, opus cité p. 34
  10. Une petite tour accolée à la zaouïa a donné l'autre dénomination de Sidi-Ferruch, « Torre Chica ». Description par Barchou de Penhouen - Mémoires d'un officier d'état-major, Paris, 1835, p. 306 : « Une petite mosquée, entourée d'un mur de médiocre étendue, des hangars à l'entour, composaient cet ermitage. Deux carrés semés d'orge, de maïs, des arbres à fruits, un superbe palmier remarquable entre tous, en ornaient le dehors. Dans la mosquée se trouvait la châsse du saint personnage qui avait rendu ce lieu célèbre, elle était ornée d'amulettes d'argent, de corail et de verroteries; au-dessus d'elle flottaient des drapeaux et des morceaux d'étoffe de soie de couleurs diverses décoraient les murailles. »
  11. Annales, opus cité p. 35
  12. Annales, opus cité p. 38
  13. Annales, opus cité p. 36 à 38
  14. Hôpitaux, magasins, et même… guinguettes. « Un nommé Henequin, de Nantes, avait à lui seul frété un navire chargé de comestibles les plus recherchés et des meilleurs vins. Sous une toile de voile supportée par trois vergues, les amateurs de bonne chère pouvaient se croire chez Tortoni ou au Café de Paris » - Gabriel Esquer - Histoire de l'Algérie en image - Alger 1930, légende de la vue 217 planche XCII
  15. Annales, opus cité p. 42
  16. par quelques Arabes, dit Pellissier de Reynaud ; par Ahmed ben Chanaan de la tribu Kabyle des Beni-Djaad, dit Gabriel Esquer
  17. Annales, opus cité p. 44 & 45
  18. Annales, opus cité p. 45 & 46
  19. Annales, opus cité p. 96

Pour approfondir[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]