Savane soudanienne occidentale

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
(Redirigé depuis Savane ouest-soudanienne)
Aller à : navigation, rechercher

Savane soudanienne occidentale
Écorégion terrestre - Code AT0722[1]

alt=Description de cette image, également commentée ci-après

Savane avec touffes d'Andropogon gayanus dans la réserve de Pama, Burkina Faso.

Classification
Écozone : Afrotropique
Biome : Prairies, savanes et brousses tropicales et subtropicales
Géographie et climat
Superficie[2] :
1 631 860 km2
min. max.
Altitude[2] : 0 m 1 313 m
Température[2] : 21 °C 35 °C
Précipitations[2] : 0 mm 391 mm
Écologie
Espèces végétales[3] :
2 100
Oiseaux[4] :
551
Mammifères[4] :
174
Squamates[4] :
205
Espèces endémiques[4] :
12
Conservation
Statut[4] :
Critique / En danger
Aires protégées[5] :
9,4 %
Anthropisation[5] :
49,4 %
Espèces menacées[5] :
24
Ressources web :
Site du WWF

Localisation

alt=Description de l'image Ecoregion AT0722.svg.

La savane soudanienne occidentale est une écorégion terrestre définie par le WWF, appartenant au biome des Prairies, savanes et brousses tropicales et subtropicales de l'écozone afrotropicale. Elle s'étend sur le centre-sud Sénégal, le Burkina Faso, le sud malien, le sud nigerien, le nord de la Côte d'Ivoire, du Bénin, de la Gambie, du Ghana, de la Guinée et du Nigeria.

Cette savane est bordée au nord par un biome désertique et au sud par des forêts tropicales. Les écorégions de l'ouest et de l'est sont séparées par le plateau de Mandara, qui occupe une partie du massif montagneux de haute altitude qui sépare l'ouest de l'Afrique de son centre. Ce massif offre une frontière naturelle pour plusieurs taxons végétaux et permet de différentier ces deux écorégions, par exemple l'Isoberlina. La faune est au contraire identique de part et d'autre mis à part quelques petits animaux endémiques à une zone, par exemple comme Crocidura Cendrillon, Lemniscomys linulus des mammifères, ou comme huit espèces de reptiles, et trois d'amphibiens endémique dans cette zone.

Le climat de cette savane est chaud et sec, elle est constituée pour sa partie boisée de grandes espèces d'arbres et pour sa partie herbeuse d'« herbes à éléphant ». L'altitude varie de 200 à 400 mètres.

L'habitat a été considérablement réduit, dégradé et fragmenté par les activités agricoles, le feu, et l'exploitation forestière et la fabrication de charbon de bois. Les populations de la plupart des grandes espèces de mammifères ont été décimées par la chasse trop intensive. Ceci est particulièrement vrai dans les zones densément peuplées comme au Nigéria.

La savane ouest soudanienne, dans sa partie septentrionale, abrite également la limite méridionale de l'extension des plateaux à brousse tigrée.

Aires protégées[modifier | modifier le code]

En 2008, seulement, 6,7 % de cette zone est protégée, ce qui représente cependant 90 000 km2.

Les parcs nationaux sont :

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. (en) D. M. Olson, E. Dinerstein, E. D. Wikramanayake, N. D. Burgess, G. V. N. Powell, E. C. Underwood, J. A. D'Amico, I. Itoua, H. E. Strand, J. C. Morrison, C. J. Loucks, T. F. Allnutt, T. H. Ricketts, Y. Kura, J. F. Lamoreux, W. W. Wettengel, P. Hedao et K. R. Kassem, « Terrestrial Ecoregions of the World: A New Map of Life on Earth », BioScience, vol. 51, no 11,‎ 2001, p. 935-938.
  2. a, b, c et d (en)World Wildlife Fund, « The Terrestrial Ecoregions of the World Base Global Dataset », sur http://worldwildlife.org (consulté le 29 septembre 2012). Disponible alternativement sur : Loyola RD, Oliveira-Santos LGR, Almeida-Neto M, Nogueira DM, Kubota U, et al., « Integrating Economic Costs and Biological Traits into Global Conservation Priorities for Carnivores », PLoS ONE,‎ 2009 (consulté le 20 octobre 2012), Table S1. Les données de température et de précipitations sont les moyennes mensuelles minimales et maximales.
  3. (en) G. Kier, J. Mutke, E. Dinerstein, T. H. Ricketts, W. Küper, H. Kreft et W. Barthlott, « Global patterns of plant diversity and floristic knowledge », Journal of Biogeography, vol. 32,‎ 2005, p. 1107–1116 (DOI 10.1111/j.1365-2699.2005.01272.x, lire en ligne), données et carte consultables dans the Atlas of Global Conservation.
  4. a, b, c, d et e (en)World Wildlife Fund, « WildFinder: Online database of species distributions »,‎ janvier 2006, données et carte consultables dans the Atlas of Global Conservation.
  5. a, b et c (en) J. M. Hoekstra, J. L.  Molnar, M. Jennings, C. Revenga, M. D. Spalding, T. M. Boucher, J. C. Robertson, T. J. Heibel et K. Ellison, The Atlas of Global Conservation : Changes, Challenges, and Opportunities to Make a Difference, Berkeley, University of California Press,‎ 2010 (lire en ligne), données et carte consultables dans the Atlas of Global Conservation.