Rinnō-ji

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Rinnō-ji
Image illustrative de l'article Rinnō-ji
Présentation
Nom local 輪王寺
Culte Bouddhisme
Type Temple
Début de la construction 766
Style dominant Tendai
Protection Patrimoine mondial de l'humanité
Géographie
Pays Drapeau du Japon Japon
Région Kantō
Département Tochigi
Commune Nikkō
Coordonnées 36° 45′ 18″ N 139° 36′ 01″ E / 36.7549431, 139.600374736° 45′ 18″ Nord 139° 36′ 01″ Est / 36.7549431, 139.6003747  

Géolocalisation sur la carte : Japon

(Voir situation sur carte : Japon)
Rinnō-ji

Géolocalisation sur la carte : préfecture de Tochigi

(Voir situation sur carte : préfecture de Tochigi)
Rinnō-ji

Le Rinnō-ji (輪王寺, rinnōji?) est un temple bouddhiste (, ji?) de la ville de Nikkō dans la préfecture de Tochigi. Il se situe dans le parc national de Nikkō au pied du mont Nantai. Le site est composé d'un ensemble de 15 temples. Il accueille le mausolée du shogun Iemitsu Tokugawa.

Histoire[modifier | modifier le code]

La construction du temple a été commencée en 766 par le moine bouddhiste Shōdō Shōnin. Depuis le temple a été régulièrement agrandit, notamment au début le l'époque d'Edo. En 1653, le mausolée du shogun Iemitsu Tokugawa y a été construit[1]. En 1999, il fut inscrits au patrimoine mondial de l'humanité en tant que partie des sanctuaires et temples de Nikkō.

Les différentes parties[modifier | modifier le code]

Le site est composé de 15 temples mais aussi d'un onsen. Au total 37 édifices sont classés comme « Biens culturels importants ».

Le plus célèbre des bâtiments est le Hondo (本堂, hondō?) ; construit en 1646, il abrite les fameux trois Bouddhas du temple, d'où son surnom de Sanbutsudō (三仏堂, sanbutsudō?, litt. hall des trois Bouddhas).

Le Jogyodō (常行堂, jogyodō?) et le Hokkedō (法華堂, hokkedō?) sont bâtiments de style respectivement japonais et chinois connectés par couloir, datant de l'époque Heian mais reconstruit en 1649[2].

Le Sanjunotō (三重塔, sanjunotō?) construit une première fois en 808, il fut détruit par les flammes en 1684 et reconstruit en 1685.

En 1720, le Kaizandō (開山堂, kaizandō?) fut construit, il s'agit d'un bâtiments rendant hommage à Shōdō Shōnin le fondateur du temple.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Évaluation des « Sanctuaires et temples de Nikko » par l'UNESCO [PDF]
  2. (en) Le temple sur le site de la ville de Nikkō

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :