Nikkō Tōshō-gū

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Nikkō Tōshō-gū
Image illustrative de l'article Nikkō Tōshō-gū
Présentation
Nom local 日光東照宮
Culte Shintoïsme
Type Tōshōgū
Fin des travaux 1617
Géographie
Pays Drapeau du Japon Japon
Commune Nikkō
Coordonnées 36° 45′ 33″ N 139° 35′ 55″ E / 36.759167, 139.598611 ()36° 45′ 33″ Nord 139° 35′ 55″ Est / 36.759167, 139.598611 ()  

Géolocalisation sur la carte : Japon

(Voir situation sur carte : Japon)
Nikkō Tōshō-gū

Géolocalisation sur la carte : préfecture de Tochigi

(Voir situation sur carte : préfecture de Tochigi)
Nikkō Tōshō-gū

Le Nikkō Tōshō-gū (日光東照宮, Nikkōtōshōgū?) est un sanctuaire shinto de type tōshōgū de la préfecture de Tochigi. Il se situe près de la ville de Nikkō, dans le parc national de Nikkō, il fait aussi partie des sanctuaires et temples de Nikkō. On y trouve les singes de la sagesse.

Histoire[modifier | modifier le code]

Le sanctuaire fut construit en l'honneur de Tokugawa Ieyasu par son fils Tokugawa Hidetada alors shogun en 1617 pendant l'époque d'Edo. Plus tard, durant le shogunat de Tokugawa Iemitsu, le temple fut agrandi.

Architecture[modifier | modifier le code]

Le sanctuaire est composé de nombreux bâtiments dont 39 sont inscrits comme « Biens culturels importants » par le gouvernement et d'autres comme « Trésors nationaux »[1].

  • L'Ishidorī (石鳥居, ishidorī?) est le premier torii marquant l'entrée du sanctuaire. Il fut construit en 1618.
  • Le Gojūnotō (五重塔, gojūnotō?) est une pagode se situant à gauche de l'entrée du parc, construite en 1648. Elle fut partiellement détruite par un incendie, puis complètement restaurée.
  • L'Omotemon (表門, omotemon?) est une porte (, mon?) marquant l'entrée plus profondément dans le sanctuaire.
  • Le Shinyosha (神厩舎, shinyosha?) est une écurie (厩舎, kyūsha?) se situant à gauche de l'omotemon. Il abritait les chevaux destinés aux cérémonies.
  • L'Omizuya (御水舎, omizuya?) est un bassin couvert permettant de se laver les mains et la bouche pour se purifier avant de rentrer dans certaines parties du sanctuaire.
  • Le Yomeimon (陽明門, yomeimon?) est une porte marquant l'entrée dans le cœur du sanctuaire. Elle est l'un des plus beaux exemples de ce type de porte dans tous le Japon datant de 1636.
  • Le karamon (唐門?) est une porte marquant l'entrée dans la dernière partie du sanctuaire. Elle est parfois appelée « porte chinoise » à cause de son style particulier notamment dans les décorations et ornements[1].

Plus récemment des bâtiments dédiés à l'accueil des touristes ont été construits, comme le Nikko Toshogu Koyoen faisant hôtel, restaurant, mariage[2], ainsi qu'un musée et un musée d'art.

Festivals[modifier | modifier le code]

Le principal festival a lieu le 17 et 18 mai de chaque année, il s'agit du Reitaisai. D'autres festivals moins importants sont organisés tout au long de l'année[3].

Visite[modifier | modifier le code]

Du premier avril au 31 octobre, le temple est ouvert à la visite de 8 h à 17 h, le reste de l'année les horaires sont de 8 h à 16 h. Le prix de l'entrée est de 1 300 yen pour une personne seul et de 1 170 par personne pour un groupe de plus de 35 personnes[4].

Accès[modifier | modifier le code]

Le site est accessible par divers moyens de transport depuis la ville de Nikkō, notamment par train et ligne de bus[5].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b Évaluation des « Sanctuaires et temples de Nikko » par l'UNESCO [PDF]
  2. (ja) Site officiel du Nikko Toshogu Koyoen
  3. (ja) Liste des festivals
  4. (ja) Tarifs et horaires sur le site officiel
  5. (ja) Accès du site

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Sur les autres projets Wikimedia :