Salma Khadra Jayyusi

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Salma Khadra Jayyusi (née en Jordanie) est une femme poète, critique, historienne, fondatrice et directrice de la East-West Nexus / PROTA, le Projet pour la diffusion de la littérature arabe et arabo-islamique[1].

Jayyusi est traductrice, anthologiste, analyste et de diffuseur de la littérature arabe, à la fois classique et contemporaine. Les dizaines de livres qu'elle a écrit, édité et traduit, les collections, les projets qu'elle a lancé et qui ont considérablement enrichi notre compréhension et notre connaissance de la littéraire arabe et de pensée, ont été atteints non pas par une institution, mais à lui seul[Quoi ?], depuis des décennies de travail mis en évidence dans cette biographie et une bibliographie sommaire. Bon nombre des entrées dans le site Web de Sakakini sur la littérature palestinienne sont tirées de son livre de 1992 : Anthologie de la littérature moderne palestinienne.

Biographie[modifier | modifier le code]

Salma Khadra Jayyusi est née en Jordanie d'un père palestinien et d'une mère libanaise. Elle a grandi en Palestine entourée de livres sur les arabes et de l'Ouest la culture islamique, écouter sans cesse les histoires des pays arabes / L'histoire et les légendes de courage, l'amour et la charité des deux cultures arabe et occidentale, et témoin de la persistance lutte père lui à gagner justice pour les Palestiniens. Elle a complété ses études secondaires au filles de Schmidt College à Jérusalem, puis diplômée avec les honneurs en arabe et en littératures anglaise de l'Université américaine de Beyrouth. Peu de temps après son diplôme, elle a épousé un diplomate jordanien et a vécu, en tant que diplomate de la femme a, dans plusieurs pays. Elle n'a commencé sa carrière d'écrivain et de professeur après avoir élevé ses 3 enfants. Elle a commencé sa carrière critique écrit en arabe, puis, quand elle est venue à Londres pour son doctorat lesquelles elle a obtenu en 1970 de l'École des études orientales et africaines, Université de Londres, spécialisé dans la littérature arabe, elle a commencé et a continué à écrire aussi en anglais. Sa poésie et ses écrits critiques et ses écrits sur l'histoire littéraire et culturelle (en arabe et en anglais) ont fait leur apparition dans les livres et dans de nombreuses revues. Peu de temps après l'obtention de son doctorat en 1970 elle a commencé sa carrière comme professeur d'enseignement la première université à l'Université de Khartoum (1970-1973), puis à l'Université d'Alger et de Constantine (1973-1975).

PROTA (Projet de traduction de l'arabe)[modifier | modifier le code]

En 1973, elle a été invitée par MESA (Middle East Studies L'Association of North America) pour aller sur une tournée de conférences au Canada et aux États-Unis, sur une bourse de la Fondation Ford. Puis, en 1975, l'Université de l'Utah l'a invitée à revenir en tant que professeur invité de la littérature arabe. Elle est restée aux États-Unis depuis, l'enseignement dans plusieurs universités (Utah, Washington, Texas) et faire de la recherche en tant que chercheur invité à l'Université du Michigan pendant 2 ans, avant de quitter l'enseignement pour se concentrer sur le travail de diffusion de l'arabe / littérature islamique, l'histoire et la culture en langue anglaise.

Il a été en 1980, en tant que professeur invité à l'Université du Texas, où elle est venue à la réalisation finale que la rareté des matières littéraires et culturelles dans les langues du monde arabe, qui se trouve en grande partie derrière la fausse déclaration d'/ culture islamique arabe en Occident, doit faire face avec détermination. Elle a pris la décision de quitter l'enseignement et de consacrer son temps à la diffusion de l'/ culture islamique arabe. Avec la collaboration de collègues d'autres en Amérique et en Grande-Bretagne, elle a fondé PROTA (Projet de traduction de l'arabe), qu'elle dirige toujours. Le projet a créé 8 anthologies complètes, et de nombreux livres de cet auteur unique en traduction. Ces travaux visent à introduire quelques-uns des meilleurs exemples de création de la littérature arabe, classique et moderne, à la langue anglaise monde. Elle commissions pour les traductions efficaces traducteurs bilingues »comme une première étape, ne puis le processus de finition avec la collaboration des écrivains et des poètes établis en Amérique et en Grande-Bretagne. Tous les anthologies PROTA et plusieurs de ses livres ont introductions auteur unique, la plupart écrits par Jayyusi elle-même, l'élucidation de leur valeur artistique et sémantique. Jayyusi a fait des tournées de conférences de nombreux dans le monde arabe, en Amérique et en Europe. Elle a participé à de nombreuses conférences et a enseigné à des institutions culturelles et universitaires dans le monde arabe, en Extrême-Orient et en Occident.

Nexus Ouest Est[modifier | modifier le code]

À la fin de années quatre-vingt, Jayyusi rendu compte que, en dehors de traductions et de l'offre de l'introduction critique aux œuvres traduites, il est tout aussi important, d'introduire convaincante études culturelles ainsi dans le programme. Elle a ensuite fondé Est-Ouest Nexus, et son premier travail dans ce domaine a été l'héritage de l'Espagne musulmane, une page éditée livre 1100 écrit par 42 chercheurs du monde. Publié par Brill de Leiden aux Pays-Bas, il est allé dans plusieurs impressions cartonnée & de poche et a été déclarée par Brill comme un best-seller absolu. Elle a passé l'année scolaire 1994-1995 à titre de Fellow au Wissenschaftskolleg zu Berlin (Institute of Advanced Study à Berlin) où, stimulée par l'accent mis sur l'interculturalisme rafraîchissante, elle est devenue profondément intéressé par euro-arabe ainsi que, en général de l'Est / West relations culturelles, l'étude de laquelle elle trouve d'une importance vitale dans la nouvelle atmosphère culturelle répandue dans le monde aujourd'hui. En mai 1995, elle a, en coopération avec l'Institut américain des études maghrébines, a tenu une conférence de Tanger sur «Langue, littérature et la culture en Afrique du Nord», en présence de grands écrivains et des universitaires en provenance de Libye, Tunisie, Algérie, Maroc, d'autres pays arabes et les États-Unis. Alors aussi à Berlin, elle a, en coopération avec l'allemand, arabe et d'autres savants européens de l'histoire de l'arabe classique, la culture et la littérature, a commencé à travailler sur la culture, la langue et la littérature en Arabie pré-islamique pour lequel elle a eu lieu le 2 ateliers à l'Institut des hautes études à Berlin. Elle estime que l'étude des racines de l'important corpus de la littérature arabe, l'un des plus riches au monde, va non seulement conduire à une meilleure compréhension de la culture arabe dans l'ensemble, mais aussi à une meilleure compréhension de la façon dont la littérature, à la fois prose et de poésie, de développer une activité créatrice universelle. En 1997, elle a reçu une subvention de la Fondation Ford pour éditer un livre sur les droits de l'homme dans les textes arabes. Il en est résulté une page du livre 1500 en arabe sur l'histoire de la notion de droits de l'homme, même aussi tôt que le temps pré-islamiques, montrant les différents modèles d'applications et de violations des droits de l'homme dans l'expérience arabe, se concentrant principalement sur les temps modernes. En 1999, elle a reçu une bourse Fulbright pour effectuer des recherches sur la vie des Palestiniens dans le XXe siècle comme le montre dans leurs écrits compte personnel, et a passé l'année 1999-2000, faire de la recherche en Syrie, la Jordanie et la Cisjordanie, 3 places avec une grande concentration de Palestiniens. Il a également été en 1999, en faisant des recherches en Cisjordanie qu'elle a invité une équipe d'architectes de l'Italie et l'Amérique, dirigée par 2 spécialistes de la ville islamique, de faire une étude de terrain sur les aspects morphologiques de la vieille Jérusalem. En octobre 2001, elle a organisé une conférence internationale à Amman, en Jordanie, sur l'histoire de l'ancienne Jérusalem, qui a abouti à un livre en arabe et en anglais, intitulé Jérusalem, en histoire et tradition.

Prix[modifier | modifier le code]

Elle a reçu en 2002 un prix de l'État du Koweït pour les services éminents rendus à la culture arabe et islamique. En 1999, elle a reçu un prix de l'Autorité nationale palestinienne pour des réalisations exceptionnelles en matière de diffusion culturelle. En 1988, lorsque Najib Mahfouz a remporté le prix Nobel, Jayyusi a été invité par l'Académie Nobel pour assister à la cérémonie de remise des prix à Stockholm, en reconnaissance du rôle joué son travail en montrant l'importance de la littérature arabe et le travail de Najib Mahfouz lui-même. En 1996, elle a reçu un prix de l'Arab American Association des diplômés universitaires de Californie, aux États-Unis, pour services exceptionnels à la culture arabe. Elle a également reçu cette année un prix de l'association Joumblatt du Liban, au Venezuela. En 1990, elle a reçu de l'Organisation de libération de la Palestine un Lifetime Achievement Award pour ses services à palestinien de la Culture et de la littérature. En 2001, elle a été présentée dans le film documentaire Zaytounat 2001, réalisé par Liana Bader.

Projets[modifier | modifier le code]

La ville dans le monde islamique, édité par 3 spécialistes islamiques en collaboration avec Jayyusi. L'arabe classique Story, une anthologie. Studies in Classical récits en arabe.

La poésie de Mahmoud Darwich. Les travaux prévus, elle prévoit notamment un livre édité sur la Sicile musulmane, et une anthologie de l'arabe classique récits: les autres genres, les genres ie autre que raconter des histoires, comme Prophète traditions, les biographies de sélectionner, les écrits philosophiques, oratoire, épîtres, etc, dans lequel le patrimoine arabe est très riche.

Ouvrages[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]