SPDY

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

SPDY (prononcé « Speedy » pour rapide en anglais) est un protocole réseau expérimental — fonctionnant sur la couche application — créé pour transporter du contenu Web. SPDY est une proposition, conçue par Google, visant à augmenter les capacités du protocole HTTP sans toutefois remplacer ce dernier.

Le but premier de SPDY est de réduire la durée de téléchargement des pages Web[1] en classant par ordre de priorité et en multiplexant le transfert de plusieurs fichiers (ceux composant une page web) de façon à ce qu'une seule connexion soit requise[2].

Support dans les navigateurs[modifier | modifier le code]

Mozilla Firefox[modifier | modifier le code]

SPDY est supporté à partir de la version 11 de Firefox où il est cependant désactivé d'origine ; il est activé d'origine dans Firefox 13[3]. SPDY 3.1 est pris en charge depuis Firefox 27[4]. Firefox 28, le 18 mars 2014[5], supprime la prise en charge de SPDY 2[6]. Par ailleurs un module d'extension, SPDY indicator[7], permet de savoir si les sites web visités utilisent ce protocole.

Chrome/Chromium[modifier | modifier le code]

Chrome et Chromium prennent en charge le protocole. Il existe également une extension, Chrome SPDY indicator[8], pour savoir quels sites mettent en œuvre ce protocole.

Opera[modifier | modifier le code]

Opera prend en charge le protocole depuis la version 12.10. Il existe également un module d'extension, Opera SPDY indicator[9], pour vérifier la mise en place de ce protocole sur les sites visités.

Internet Explorer[modifier | modifier le code]

Internet Explorer prend en charge le protocole à partir de la version 10 et 11[10].

Safari[modifier | modifier le code]

Safari prend en charge le protocole à partir de la version 8 [11].

Critiques[modifier | modifier le code]

En 2012, une étude indépendante montre que, dans la pratique, la durée de téléchargement d'une page au moyen du protocole SPDY est relativement égale à celle de HTTP ou de HTTPS à cause de facteurs extrinsèques[12]. Toutefois, cette étude reste sujette à caution dans la mesure où les tests effectués côté SPDY ont contraint à l'utilisation de TLS (SPDY ne permettant pas une utilisation simple en direct) et n'ont pas tiré parti de la réduction des nombres de sessions simultanées utilisées (stratégie classique d'optimisation de bande passante dans HTTP).

Références[modifier | modifier le code]

  1. http://blog.chromium.org/2009/11/2x-faster-web.html
  2. http://dev.chromium.org/spdy/spdy-whitepaper
  3. Firefox 13 disponible en version finale (4 juin 2012).
  4. http://www.mozilla.org/en-US/firefox/27.0/releasenotes/
  5. https://wiki.mozilla.org/RapidRelease/Calendar
  6. http://www.mozilla.org/en-US/firefox/28.0/releasenotes/
  7. https://addons.mozilla.org/fr/firefox/addon/spdy-indicator/
  8. http://www.devthought.com/2012/03/10/chrome-spdy-indicator/
  9. https://addons.opera.com/en/extensions/details/spdy-indicator/
  10. (en) « Microsoft Confirms IE11 Will Support Google’s SPDY Protocol », sur http://techcrunch.com (consulté le 29 juin 2013)
  11. apple-devoile-os-x-yosemite/
  12. Les performances du protocole SPDY resteraient mitigées 2012 Clubic

Liens externes[modifier | modifier le code]