Rue des Saussaies

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur les redirections Cet article concerne la voie du 8e arrondissement de Paris. Pour l'œuvre cinématographique, voir Rue des Saussaies (film).
8e arrt
Rue des Saussaies
Rue des Saussaies vue en direction de la place des Saussaies.
Rue des Saussaies vue en direction de la place des Saussaies.
Situation
Arrondissement 8e
Début Place Beauvau
Fin Place des Saussaies
Morphologie
Longueur 146 m
Historique
Création XVIIe siècle
Dénomination 1837
Ancien(s) nom(s) Chemin des Carrières ; Chemin des Saussayes ; Chemin de la Couldraye ; Ruelle Baudet

Géolocalisation sur la carte : Paris

(Voir situation sur carte : Paris)
Rue des Saussaies

48° 52′ 17″ N 2° 19′ 03″ E / 48.87125, 2.3175

La rue des Saussaies est une voie du 8e arrondissement de Paris qui jouxte le Ministère de l'Intérieur. Elle commence place Beauvau et termine place des Saussaies.

Histoire[modifier | modifier le code]

Plaque de la rue des Saussaies à Paris

Vers la fin du XVIIe siècle, le chemin des Carrières menait à plusieurs carrières qui, désaffectées, furent envahies de végétation, notamment des saules et des noisetiers (anciennement appelés coudriers). Sous Louis XV, la voie devint « chemin des Saussayes » puis « chemin de la Couldraye ». Appelée un temps « ruelle Baudet », elle prit le nom de « rue des Saussaies » en 1837.

Ce n'est que vers le milieu du XVIIIe siècle que la voie commença d'être bordée d'hôtels particuliers[1], parmi lesquels ceux de La Chapelle, du Tillet et de La Rochecourbon[2]. Une décision ministérielle du 20 fructidor an XI fixa la largeur minimale de la rue à 9 mètres. Elle fut portée à 10 mètres par une ordonnance royale du 21 novembre 1837.

Numérotation[modifier | modifier le code]

  • Le dernier numéro impair est le no 15.
  • Le dernier numéro pair était autrefois le no 18[1], qui fait partie depuis 1902 de la place des Saussaies, de sorte que le dernier numéro pair est désormais le no 16.

Bâtiments remarquables et lieux de mémoire[modifier | modifier le code]

  • no 8 : Le marquis de Rochegude signale « bandeaux sculptés et au centre médaillon avec soleil entouré de couleuvres »[3]. Propriété de M. Chatellier en 1910[3].
  • no 9-15 : Immeubles dépendant du ministère de l'Intérieur. Le no 11 en est une porte secondaire.
  • no 10 : Habité par Armand Dominique Ange Louis, marquis de Gourgue (1777-1841), pair de France, député de Tarn-et-Garonne de 1820 à 1827[3]. Le colonel-vicomte de Mandat de Grancey (1831-1870), tué à Champigny durant la Guerre franco-prussienne de 1870, y est né[3]. Propriété de Mme Veuve Hardy en 1910[3].
Ministère de l'Intérieur au 11 rue des Saussaies à Paris

Bâtiments détruits[modifier | modifier le code]

  • no 8-10 : Anciennement hôtel Chevenc de La Chapelle (1768). Il appartint ensuite au marquis de Faudoas d'Esparbès (en 1787). C'est peut-être là que naquit Marie-Charlotte Félicité de Faudoas d'Esparbès (1785-1841), duchesse de Rovigo par son mariage avec Anne Jean Marie René Savary (1774-1833)[3],[2].
  • no 9-11-13 : Anciennement hôtel du Tillet (1775), dit aussi de Ségur. Le no 11 fut acquis en 1848 par le comte de Grancey.

Habitants célèbres[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b Lazare, op. cit., p. 609.
  2. a et b Lefeuve, op. cit., p. III, p. 355.
  3. a, b, c, d, e et f Rochegude, op. cit., p. 29.
  4. Direction générale de la police nationale

Sources[modifier | modifier le code]

  • Félix Lazare, Dictionnaire administratif et historique des rues de Paris et de ses monuments, Paris, Imprimerie de Vinchon, 1844-1849
  • Charles Lefeuve, Les anciennes maisons de Paris. Histoire de Paris rue par rue, maison par maison, Paris : C. Reinwald, 5e édition, 1875
  • Félix de Rochegude, Promenades dans toutes les rues de Paris. VIIIe arrondissement, Paris, Hachette, 1910