Royaume de Pagan

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

21° 10′ 20″ N 94° 51′ 37″ E / 21.1722, 94.86028 ()

Royaume de Pagan
ပုဂံခေတ် (my)

8491297

Description de cette image, également commentée ci-après

L'Asie du Sud-Est au XIe siècle
Vert : Haripunchai
Bleu clair : Royaume de Lavo
Rouge : Empire khmer
Jaune : Champa
Bleu : Dai Viet
Rose : Royaume de Pagan
Vert pâle : Srivijaya

Informations générales
Capitale Bagan
Religion Bouddhisme mahāyāna et theravāda
Histoire et événements
849 Fondation
1057 Unification de la Birmanie après la victoire contre le royaume de Thaton
1277 Défaite contre les Mongols
1287 Morcellement du royaume suite à la bataille de Pagan
Rois
(1er) 846-886 Pyinbya
(Der) 1256-1287 Narathihapati

Entités précédentes :

Entités suivantes :

Le Royaume de Pagan (849-1297) est considéré comme le premier véritable empire birman.

Chronologie[modifier | modifier le code]

L'origine légendaire de la ville de Pagan (aujourd'hui Bagan) est rapportée par la Chronique du Palais de cristal. Au IIe siècle, dix-neuf villages possédant chacun son génie (nat) auraient réuni leurs forces politiques, économiques et religieuses. Un couple de génies, un frère et une sœur, auraient été choisis pour devenir les protecteurs de la ville. Un temple leur est édifié sur le mont Popa, et un culte continue à leur être rendu depuis lors[1].

Durant la domination du royaume Pyu de Sri Ksetra (~ 200 BC-1050), les Bamas, appartenant au groupe ethnique birman, avaient commencé à s'infiltrer dans le centre de la Birmanie, alors occupé par des Pyus sous l'influence du bouddhisme mahāyāna du Bengale et du Bihar. En 849, Pagan (connu aujourd'hui sous le nom de Bagan) avait émergé comme la capitale d'un royaume puissant qui allait unifier la Birmanie et combler l'espace politique abandonné par les Pyus.

Le royaume de Pagan vers 1200, sous Narapatisithu.

Le royaume grandit dans un relatif isolement, jusqu'au règne d'Anawrahta (10441078), qui se convertit au bouddhisme theravāda et unifia la Birmanie par sa victoire sur les Môns de Thaton en 1057. Son pouvoir fut renforcé sous ses successeurs Kyanzittha (1084-1113) et Alaungsithu (1113-1167) : au milieu du XIIIe siècle la plus grande partie de la péninsule indochinoise était sous le contrôle, soit du royaume de Pagan, soit de l'empire khmer.

Le royaume est alors financé par des impôts directs et des obligations de services pour les villages, dirigés par les myothugis (chefs de municipalité). Au fil du temps, de plus en plus de terres sont données à des monastères bouddhistes, puis transformées en villages consacrés à l’entretien du sangha (clergé). La royauté est légitimée à la fois par l’idéologie religieuse et le rôle de défenseur de la foi tenu par le roi. L'irrigation de la plaine de Kyaukse, à l'est de Pagan, assure la prospérité par la production de riz. La région profite aussi de sa place au carrefour des voies commerciales terrestres et maritimes entre la Chine du Sud, l'Inde et les autres pays d'Asie du Sud-Est.

Le royaume de Pagan commença à décliner à mesure que de plus en plus de terres tombaient entre les mains des monastères bouddhistes, non-imposables[2], et les Mongols commencèrent à menacer ses frontières nord. Le dernier vrai roi de Pagan, Narathihapati (règne de 1254 à 1287), se sentit capable de résister aux Mongols et s'avança dans le Yunnan en 1277 pour les affronter. Il fut complètement écrasé à la Bataille de Ngasaunggyan, et la résistance de Pagan s'effondra. Narhatipati fut assassiné par un de ses fils en 1287, ce qui précipita l'invasion des Mongols et la prise de la capitale (Bataille de Pagan). Pagan ne put jamais regagner sa prééminence. Les Mongols placèrent sur son trône un souverain fantoche et le pays se morcela rapidement.

Liste des rois de Pagan[modifier | modifier le code]

Nom Relation Dates de règne Notes
Thamudarit 107-152 fondateur (légendaire) de Pagan[3]
... ...
Popa Sawrahan - usurpateur  ? chamane, créa en 638 la "petite ère birmane" (en usage jusqu'en 1889)
... ...
Pyinbya Fils de Khelu 846-886 transféra la capitale de Tampawadi (moderne Pwasaw) à Bagan
Tannet Fils 886-904
Sale Ngahkwe - usurpateur 904-934
Theinhko Fils 934-956 37° roi de la liste traditionnelle
Nyaung-U Sawrahan - usurpateur 956-1001 38° roi de la liste traditionnelle
Kunhsaw Kyaunghpyû Fils de Tannet 1001-1021 renversa le précédent
Kyisaw Fils de Nyaung-U Sawrahan 1021-1038
Sokkate Frère 1038-1044
Anawrahta Fils de Kunhsaw Kyaunghpyû 1044-1078 fondateur du premier empire birman
Sawlu Fils 1077-1084
Kyanzittha Frère 1084-1113
Alaungsithu Petit-fils (des deux précédents) 1113-1167
Minshinsaw Fils 1167 immédiatement empoisonné par le suivant
Narathu Frère 1167-1170 ou Kala-gya Min (renversé par les Indiens)
Naratheinkha Fils 1170-1174
Narapatisithu Frère 1174-1211
Htilominlo Fils 1211-1235 ou Nandaungmya (celui qui réclamait le trône)
Kyaswa Fils 1235-1249
Uzana Fils 1249-1256
Narathihapati Fils 1256-1287 vaincu par les Mongols, surnommé Tayoke Pyay Min (le roi qui fuit devant les chinois)
Kyawswa Fils 1287-1297 vassal de la dynastie Yuan
Sawhnit Fils 1297-1325 vice-roi de Pagan pour le royaume de Myinsaing
Uzana II Fils 1325-1369 vice-roi de Pagan pour le royaume de Pinya, puis pour le royaume d'Ava

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Histoire du Monde, collectif sous la direction de George Jehel, édition du temps, p. 250
  2. Dans les années 1280, deux-tiers des terres cultivables de Haute-Birmanie étaient tombé aux mains des bonzes, privant le pouvoir royal des moyens nécessaires pour s'assurer la loyauté des siens (Victor Lieberman, Strange Parallels: Southeast Asia in Global Context, c. 830-1830, Vol. I, Cambridge University Press,‎ 2003 (ISBN 978-521-80496-7[à vérifier : isbn invalide]), p. 120)
  3. Bien qu'Anawrahta soit le "véritable" fondateur de Pagan, Thamudarit est compté comme son fondateur "traditionnel" dans la Chronique du Palais de cristal (Hmannan Yazawin).

Voir aussi[modifier | modifier le code]