Pyu

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
L'Eurasie vers 800, avec les Cités-états Pyu

Pyu est le nom que l'on donne à un ancien groupe ethnique de langue tibéto-birmane qui vivait dans le bassin de l'Irrawaddy, sur le territoire de l'actuelle Birmanie.

Selon George Cœdès, les Pyu, qui se nommaient eux-mêmes Tirchul et provenaient des confins du Tibet, se sont établis dans le bassin de l'Irrawaddy dans les premiers siècles de l'ère chrétienne et représentent l'avant-garde de la migration birmane. Le nom de Pyu vient du Chinois P'iao.

Selon les historiens britanniques G. E. Harvey et J. O. Thomson, la métropole de Tugma mentionnée vers 150 dans la Géographie de Ptolémée serait la ville Pyu de Tagaung, en Haute-Birmanie[1],[2].

Le territoire des Pyu était centré sur la ville actuelle de Prome. Les chroniques de la dynastie Tang (606-910) le décrivent comme formé de 18 états et de 9 villes fortifiées. En Haute-Birmanie au moins sept de celles-ci ont été découvertes jusqu'à présent[3].

C'est aux Pyu que l'on doit la fondation du royaume hindouisé de Sri Ksetra que des pèlerins chinois mentionnent à partir du VIIe siècle. La pénétration du bouddhisme chez les Pyu est antérieure au Ve siècle, date que l'on peut affecter aux fragments du canon bouddhique, écrits en langue pâli et retrouvés à Maungun, près de l'ancien site de Prome.

Les Pyus se sont progressivement fondus avec les birmans, auxquels ils ont transmis une grande partie de leur culture.

Sources[modifier | modifier le code]

  • George Cœdès, Les Peuples de la Péninsule indochinoise, Dunod, 1962.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (en) G E Harvey, History of Burma: From the Earliest Times to 10 March 1824, New Delhi, Asian Educational Services, 2000,‎ 2000 (ISBN 978-81-206-1365-2, lien OCLC?, lire en ligne), p. 307, 15–16, 29–30, 9–10
  2. (en) James Oliver Thomson, History of ancient geography, Biblo & Tannen Publishers, 1965,‎ 1948 (ISBN 978-0-8196-0143-8, lire en ligne), p. 315
  3. Bob Hudson, « Origins of Bagan » (consulté le 2009-03-08), p. 34, 150, 146, 174, 177

Voir aussi[modifier | modifier le code]