Ariki

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
(Redirigé depuis Ariki (îles Cook))
Aller à : navigation, rechercher
Ariki lors de l'ouverture de la 39è assemblée générale annuelle de la Chambre des Ariki (décembre 2010). Premier rang (de gauche à droite) : Rongomatane Ada Teaupurepure Tetupu Ariki, Makea Karika Margaret Ariki, Kainuku Kapiriterangi Ariki, Pa Tepaeru Teariki Upokotini Marie Ariki, Manarangi Tutai Ariki, Mere Maraea MacQuarrie representant les Makea Nui Ariki, Tinomana Ruta Tuoro Ariki. Second rang (de gauche à droite) : ?, ?, ?, ?,Tou Travel Ariki,?,?,Henry Ngamaru Ariki, Makea Vakatini Joseph Ariki

Les Ariki des îles Cook (te ui Ariki o te Kuki Airani) sont selon les traductions voire la conception que chacun peut en avoir les chefs coutumiers, les rois ou souverains des différentes tribus (vaka) de l'archipel des Cook. Même si leur pouvoir a évolué au cours du temps, ceux-ci tiennent toujours une place importante dans la vie sociale insulaire, leur titulaire bénéficiant en outre d'un prestige indéniable parmi la population. Bien qu'ils s'en défendent, ils conservent également un certain pouvoir d'influence y compris sur la vie politique et économique du pays. Certains du reste tentèrent par le passé avec il est vrai plus ou moins de succès, d'intégrer la vie politique classique[1]. La Chambre des Ariki est l'instance représentative officielle et institutionnelle des chefs au sein de l'État.

Les titres d'ariki, très convoités, car outre le prestige sont associés également à du foncier, font quasiment à chaque succession l'objet de batailles juridiques entre différentes branches de la famille. Bien souvent, l'origine du conflit vient du fait que chaque Ariki avait avant l'époque missionnaire plusieurs épouses, si bien que les descendants de ces différentes épouses qui sont donc légitimement issus de la lignée de l'ancêtre fondateur réclament régulièrement leur part du gâteau. Dans l'absolu le titre doit revenir à l'aîné(e) de la famille, autrefois celui de la première épouse. Une autre procédure consiste en la désignation par l'Ariki de son propre successeur par le mode dit du "reo iku". La succession doit ensuite et selon la tradition être confirmée par le "Aronga Mana", c'est-à-dire les mataiapo[2]et les rangatira de chaque vaka[3], bien qu'en cas de conflits ce soit le plus souvent le tribunal qui tranche la question. Depuis le milieu du XIXe siècle le titre d'Ariki est aussi ouvert aux femmes[4].

Rarotonga[modifier | modifier le code]

Rarotonga est subdivisée en trois "vaka" (tribus) que se partagent 6 ariki. Tous sont membres de la Chambre des ariki

Titre Titulaire actuel(le) Tribu
Pa Ariki Pa Tepaeru Teariki Upokotini Marie Ariki
Présidente de la Chambre des Ariki de 1992 à 2002
Takitumu
Kainuku Ariki Kainuku Kapiriterangi Ariki Takitumu
Makea Nui Ariki titre vacant depuis 1994, plusieurs lignées se le disputant[5]. Teauotonga
Makea Karika Ariki Makea Karika Margaret Ariki Teauotonga
Makea Vakatini Ariki Makea Vakatini Joseph Ariki Teauotonga
Tinomana Ariki Tinomana Ruta Tuoro Ariki Puaikura

Ngaputoru[modifier | modifier le code]

Historiquement, trois chefferies (les Ngati Paruarangi, les Ngati Te Akatauira et les Ngati Nurau) se partagent les îles d'Atiu, Mauke, Mitiaro et Takutea désignées sous l'appellation générique de Ngaputoru. Les Atiu revendiquent la souveraineté sur le quartier de Patutoa à Papeete alors que 9 personnes ont contribué à l'achat de Patutoa dont quatre Atiu quatre Mauke et un Mitiaro. En 1868, les terres de ce quartier furent achetés au propriétaire TEREMOEMOE femme de POMARE II par des émigrants des îles Cook venus travailler à la plantation de cannes à sucre de Mahina de l'Écossais John Brander. Furent nommés trois moururu représentant trois chefferies. "Mei taua tuatau e tae mai ki teia nei, ko te au tangata e noo i roto i Patutoa, te Atiu o Papa Purutu, o Papa Puru Aka, o Papa Maki Pia, Mama Po, o Mama Ri, Mama Tavita, o Tata, o Ngaro, Mama Matavare, Mama Upoko (Coco), kopaki te Mauke Koringo o Papa Tuiau, Tere mama ruau o Nora,Papa Kuraia, Papa Tutai e te Mitiaro o Mama Tekura, Mama Mii e tetai ua atu tangata e noo ki reira, ka aru rai ratou i te ture akaere o roto i Patutoa, mei tei tika i te au Ariki o Ngaputoru" ("Depuis cette époque et jusqu'à aujourd'hui, les habitants du quartier de Patutoa, qu'ils soient Atiu, Mauke ou Mitiaro venus s'y installer, se doivent de suivre la règle des leaders du quartier de Patutoa, qui détiennent leur pouvoir des trois chefferies")[6].Les dernières prirent le contrôle et se partagèrent les îles voisines sans doute dans le courant du XVIIIe siècle. Dans l'absolu, les trois chefs d'Atiu ont le titre d'Ariki, et sont des tiaki de leurs terres (gardiens des terres), ainsi que les chefs de Mauke et Mitiaro sont gardiens de leurs terres et sont des ariki à part entière chez eux. Avant de parler de Ngaputoru (Atiu, Mauke, Mitiaro), il faut chercher l'histoire de chaque Ile.(Akaina, Eturere, Tangapatoro, et les enfants des deux Iles).

Atiu[modifier | modifier le code]

Titre Titulaire actuel(le) Tribu
Ngamaru ariki Henry Ngamaru Ariki[7] Ngati Te Akatauira
Rongomatane ariki Rongomatane Ada Teaupurepure Tetupu Ariki.
Présidente de la Chambre des Ariki de 2006 à 2008
Ngati Paruarangi
Parua ariki Mataio Kea Ariki Ngati Nurau

Mitiaro[modifier | modifier le code]

Titre Titulaire actuel(le) Tribu
Te Maeu o te Angi Temaeu Teikamata Mii Ariki Ngati Te Akatauira
Tava Tetava Poitirere Ariki Ngati Paruarangi
Tou Tou Travel Ariki
Président de la Chambre des Ariki de 2002 à 2006 puis de nouveau depuis décembre 2008
Ngati Nurau

Mauke[modifier | modifier le code]

Titre Titulaire actuel(le) Tribu
Te Au Te Au Marae
Vice-président de la Chambre des Ariki de 2006 à 2008
Ngati Te Akatauira
Tararo Tararo Temaeva Ariki Ngati Paruarangi/'Are Toa[8]
Tamuera ??? Ngati Nurau

Aitutaki[modifier | modifier le code]

Ces quatre chefferies seraient issues de la migration de Ruatapu par la la lignée de Marouna

Titre Titulaire actuel(le) Tribu
Vaeruarangi Ariki Vaeruarangi Teaukura Ariki
Teurukura ariki Titre vacant
Manarangi Ariki Manarangi Tutai Ariki
Tamatoa Ariki Tamatoa Purua Ariki
Vice-président de la Chambre des Ariki depuis décembre 2008

Mangaia[modifier | modifier le code]

Titre Titulaire actuel(le) Tribu
Numangatini ariki Numangatini Nooroa Ariki[9] Nga Ariki

Manihiki et Rakahanga[modifier | modifier le code]

Ces deux îles séparées d'une trentaine de kilomètres sont constituées de quatre tribus que se partagent deux ariki.

Titre Titulaire actuel(le) Tribu(s)
Te Faingaitu Ariki[10] Vacant, le titre étant disputé entre plusieurs lignées Heahiro ; Mokopuwai
Te Fakaheo Ariki[11] Te Fakaheo Trainee Ariki Numatua ; Tiangarotonga

Pukapuka[modifier | modifier le code]

Titre Titulaire actuel(le) Tribu
Tetio Kaitara Pakitonga Ariki[12] Pukapuka

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Dernièrement ce fut par exemple le cas de Tou Travel Ariki qui échoua à se faire élire au Parlement aux élections générales de 2006
  2. Titre coutumier désignant les chefs des sous tribus (tapere)
  3. Généralement décrit comme les propriétaires terriens, ils peuvent dans certaines tribus être également à la tête de Tapere (sous tribu)
  4. Il semble néanmoins d'après certains récits oraux, qu'à Pukapuka et peut-être sur d'autres îles ?, il arriva parfois que des femmes obtiennent le titre y compris en des temps reculés
  5. En août 2006, les membres de la Chambre des Ariki avaient souhaité que les problèmes de succession liés à ce titre soient réglés pour leur prochaine réunion devant avoir lieu en août 2007, au Palais Makea, siège de cette chefferie. Ce qui ne fut pas le cas
  6. "Atiu e enua e tona iti tangata" (1993) p.20
  7. A succédé à Moe Ada Ngamaru en 1995
  8. En 1982, Jane Tararo, prédécesseur de l'actuel Ariki, déclara dans le Cook Islands News qu'elle souhaitait que sa tribu soit désormais appelée 'Are Toa. "Atiu an island community", collectif, 1984
  9. Il semblerait qu'elle vive actuellement en Nouvelle-Zélande. Photographie de Numangatini Nooroa
  10. Te Rangi Hiroa (Peter Buck) écrit ces deux titres Whainga-aitu et Whakaheo s'inspirant en cela de la graphie du maori de Nouvelle-Zélande, les deux sons étant proches. "Ethnology of Manihiki and Rakahanga" Bulletin du Bishop Museum, 1932.
  11. ibid
  12. Intronisé en 2008 après que le titre fut laissé vacant pendant 33 ans (Cook Islands News du 24 décembre 2008)

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]