Riccardo Cassin

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Cassin.

Riccardo Cassin, né le 2 janvier 1909 à San Vito al Tagliamento en Italie et mort le 6 août 2009 à Piani dei Resinelli (province de Lecco, Italie)[1], est un alpiniste italien. Il est l'une des figures marquantes de la conquête des grandes faces nord des Alpes dans les années 1930, avec les premières de la face nord de la Cima Ovest di Lavaredo en 1935, de la face nord du piz Badile en 1937, et de l'éperon Walker dans la face nord des Grandes Jorasses en 1938.

Biographie[modifier | modifier le code]

Il naît à Savorgnano di San Vito al Tagliamento dans le Frioul. Alors qu'il n'est âgé que de 2 ans, son père parti travailler au Canada meurt dans un accident dans la carrière où il travaille. Suite à cet événement, Riccardo part vivre avec le reste de sa famille chez son grand-père maternel jusqu'à l'âge de 16 ans[2]. Dès lors, il part vivre à Lecco pour y trouver du travail comme aide-forgeron puis comme maçon. C'est à cette période qu'il découvre l'escalade et l'alpinisme et s'inscrit au club Nova Italia. Il y passe son temps libre à faire de la course à pied, du vélo et de l'escalade, puis il devient alpiniste vers 1930[2].

Il devient rapidement l'une des figures les plus importantes de l'alpinisme de l'époque du sixième degré (sestogrado), avant la Seconde Guerre mondiale. En 1931, il réussit l'ouverture de la voie Cassin-dell'Oro à la Corna di Medale dans les Dolomites avec son compratriote Mario dell'Oro[3]. Elle est devenue depuis, une des routes les plus populaires des Alpes. En 1934, il réussit la première ascension de la Piccolissima des Tre Cime di Lavaredo[4],[5]. En 1935 après avoir répété la grande voie d'Emilio Comici sur la face nord-ouest de la Civetta[5], il escalade l'arête sud-est de la Torre Trieste[6] et, avec Vittorio Ratti, il ouvre une voie très difficile sur la face nord de la Cima Ovest di Lavaredo[6], qui avait repoussé 22 tentatives les années précédents, et qui était le dernier grand problème du lieu après l'ascension de la Cima Grande en 1933 par les Cortinois Angelo et Giuseppe Dimai et Emilio Comici.

En 1937, Cassin porte son attention sur le granite des Alpes occidentales. Il entame l'ascension de l'énorme face nord-est du piz Badile, accompagné de Ratti et Esposito. En cours de route, ils rattrapent, puis dépassent la cordée de Mario Molteni et Giuseppe Valsecchi qui éprouve des difficultés à progresser. Le temps étant peu clément, ils décident de bivouaquer et reprennent l'ascension le lendemain dans la pluie et la neige accompagné par Molteni et Valsecchi. Après trois jours d'effort et malgré la météo très dure, ils atteignent enfin le sommet et entament la descente par le versant sud de la montagne[2]. La descente reste malgré tout très difficile à cause des conditions météo, et Molteni et Valsecchi finissent par mourir d'épuisement sur le flan de la montagne. De nombreuses années plus tard, un bivouac portant leur nom est construit en leur mémoire[7].

En 1938, Cassin arrive trop tard pour la première ascension de la face nord de l'Eiger qui vient d'être gravie par Heckmair, Vörg, Kasparek et Harrer. Il se rabat donc sur la face nord des Grandes Jorasses et entre le 4 et le 6 août 1938, il réalise la première de l'éperon Walker avec Tizzoni et Esposito. Avant la guerre, il ouvre un autre itinéraire important dans le massif du Mont-Blanc en 1939 sur la face nord de l'aiguille de Leschaux.

À l'après-guerre, Cassin est impliqué dans de nombreuses expéditions, notamment en tant qu'organisateur et chef d'expédition. Alors qu'il a participé à l'expédition de reconnaissance l'année précédente, il est exclu en 1954, pour raisons médicales, de l'expédition nationale au K2 dirigée par Ardito Desio. Selon Georges Livanos, ce dernier ne voulait pas que ce soit le nom célèbre de Cassin plutôt que le sien qui soit associé à l'expédition. En 1958, il dirige la 2e expédition au Karakoram, qui l'amène sur le sommet du Gasherbrum IV avec Walter Bonatti et Carlo Mauri. En 1961, il dirige une expédition au mont McKinley (Denali, Alaska) qui conduit à l'ouverture d'une voie en face sud de la montagne et permet l'arrivée au sommet de chacun des membres de l'expédition. En 1975, il commande l'exploration de la paroi sud du Lhotse qui échoue en raison du mauvais temps. Riccardo Cassin fut jusqu'à sa mort un fabricant de matériel d'escalade et d'alpinisme.

Il meurt en 2009, peu après avoir fêté son centenaire.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « Décès de Riccardo Cassin » sur le site kairn.com
  2. a, b et c « Biographie de Ricardo Cassin », sur http://www.bivouak.net/,‎ mars 2002 (consulté le 13 septembre 2011)
  3. (en) Luke Laeser, « Riccardo Cassin 1909–2009 », sur http://www.climbing.com/ (consulté le 13 septembre 2011)
  4. (en) « Piccolissima - Via Cassin », sur http://www.planetmountain.com/ (consulté le 13 septembre 2011)
  5. a et b « Petit hommage photographique à Riccardo Cassin (2.1.1909 – 6.8.2009) », sur http://www.bibiweb.ch/,‎ 7 août 2009 (consulté le 13 septembre 2011) : « Après avoir effectué la première ascension de la Cima Piccolissima en 1934 et répété la voie de Comici à la Civetta [...] »
  6. a et b « Portrait - Riccardo Cassin », sur http://www.alpinisme.com/ (consulté le 13 septembre 2011)
  7. (en) « The Molteni/Valsecchi bivouac », sur http://www.summitpost.org/ (consulté le 13 septembre 2011)

Annexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]