Trois grandes faces nord des Alpes

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Face nord des Grandes Jorasses Face nord du Cervin Face nord de l'Eiger
Face nord des Grandes Jorasses
Face nord du Cervin
Face nord de l'Eiger


Les trois grandes faces nord des Alpes sont les faces nord des Grandes Jorasses dans le massif du Mont-Blanc, du Cervin dans les Alpes valaisannes, et de l'Eiger dans les Alpes bernoises. Gravies pour la première fois dans les années 1930, après de nombreuses tentatives et parfois des drames, elles sont restées la pierre de touche de l'alpinisme de difficulté.

Apparition du concept[modifier | modifier le code]

Ces trois faces nord ont été gravies dans les années 1930 par des alpinistes allemands ou autrichiens. La face nord du Cervin est gravie les 31 juillet et 1er août 1931 par les frères Franz et Toni Schmid, celle des Grandes Jorasses, par Martin Meier et Rudolf Peters, du 28 au 29 juin 1935, celle de l'Eiger du 21 au 24 juillet 1938 par Anderl Heckmair, Ludwig Vörg, Heinrich Harrer et Fritz Kasparek.

C'est Fritz Kasparek, en 1938, qui a le premier avancé la notion des trois grands problèmes alpins (« drei großen Wandprobleme »), dans l'ouvrage coécrit avec ses compagnons de cordée après la première de la face nord de l'Eiger [1]. L'expression est reprise par Anderl Heckmair pour son ouvrage de 1949 „Die drei letzten Probleme der Alpen“, traduit en français en 1951 sous le titre Les Trois Derniers Problèmes des Alpes.

Le premier à avoir gravi les trois faces est Gaston Rébuffat, qui réussit en juillet 1945 la seconde ascension de la Walker aux Jorasses, avec Édouard Frendo, la cinquième de la voie Schmid au Cervin en juin 1949 avec Raymond Simond, et la face nord de l'Eiger avec son client Paul Habran, Guido Magnone, Pierre Leroux et Jean Bruneau en 1952. Mais aux trois faces nord de Kasparek et Heckmair, il en ajoute trois autres dans son livre Étoiles et tempêtes (1954) et le film homonyme tourné avec Georges Tairraz et Maurice Baquet en 1955 : celles des Drus dans le massif du Mont-Blanc, du piz Badile dans la chaîne de la Bernina, et la Cima Grande di Lavaredo dans les Dolomites. Ces trois faces nord avaient aussi été gravies dans les années 1930 : la Cima Grande di Lavaredo par Emilio Comici et les frères Giovanni et Angelo Dimai les 13 et 14 août 1933, les Drus par Pierre Allain et René Leininger en 1935, et le piz Badile par Cassin, Ratti et Esposito, du 14 au 16 juillet 1937, avec Molteni et Valsecchi qui moururent d'épuisement à la descente.

Face nord du Cervin[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Face nord du Cervin.
  • Première : du 31 juillet et 1er août 1931 par les frères Franz et Toni Schmid.
  • Première hivernale : 4 février 1962 par Hilti von Allmen et Paul Etter.
  • 1965 : Directe Bonatti, ouverte en hiver et en solitaire, par Walter Bonatti, qui met ainsi fin à sa carrière d'alpinisme
  • 1977 : première hivernale solitaire de la voie classique des frères Schmid par le japonais Tsuneo Hasegawa
  • 1994 : Catherine Destivelle accomplit la première répétition en solitaire et en hiver, 29 ans plus tard, de la Directe Bonatti, signant ainsi la première féminine de cette ascension.

Face nord des Grandes Jorasses[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Face nord des Grandes Jorasses.

Face nord de l'Eiger[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Face nord de l'Eiger.

Premières ascensions[modifier | modifier le code]

Face Hauteur de la face Hauteur du sommet Première ascension 1re hivernale 1re solitaire 1re solitaire hivernale Record de vitesse
Eiger 1650 m 3970 m 1938 : Heinrich Harrer, Anderl Heckmair, Fritz Kaspareket Ludwig Vörg 1961 : Toni Hiebeler, Toni Kinshofer, Walter Almberger et Anderl Mannhard 1963 : Michel Darbellay 1978 : Tsuneo Hasegawa 2011 : Daniel Arnold (2h 28m)[2]
Grandes Jorasses 1200 m 4208 m 1935 : Martin Meier et Rudolf Peters (éperon Croz) 1963 : Walter Bonatti et Cosimo Zappelli (éperon Walker) 1968 : Alessandro Gogna (éperon Walker) 1979 : Tsuneo Hasegawa (éperon Walker) 2008 : Ueli Steck (2h 21m)
Cervin 1200 m 4478 m 1931 : Franz Schmid et Toni Schmid 1962 : Hilti von Almen, Paul Etter 1959 : Dieter Marchart 1965 : Walter Bonatti (ouverture d'une voie nouvelle) 2009 : Ueli Steck (1h 56m)

Annexes[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. Um die Eiger-Nordwand Zentralverlag der NDSAP, F. Eher, 1938, [1]
  2. (de) Neuer Speedrekord in der Eiger-Nordwand

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Anderl Heckmair, Les trois derniers problèmes des Alpes [« Die drei letzten Probleme der Alpe »], Arthaud,‎ 1951 (1re éd. 1949)
  • Gaston Rébuffat, Étoiles et Tempêtes, Hoëbeke, 1954

Filmographie[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]